Tarzan et tarzanides dans les pulps

Le roman populaire sous toutes ses formes : Science-Fiction, Fantastique, Heroïc Fantasy, Horreur, Polars, Livres dont vous êtes le héros, Bibliothèque Rose & Verte, etc.
Avatar du membre
Gradatio
Guide Spirituel
Guide Spirituel
Enregistré le : mer. 29 juil. 2020, 13:04
Localisation : sens Yonne

Re: Tarzan et tarzanides dans les pulps

Message par Gradatio »

Kioga partie 21 : Once against a Wilderness (les nouvelles 5/6)


Une cinquième nouvelle dont le sujet a déjà été évoqué lors du premier roman. Ici, l'auteur l'a développe un peu plus. Comme il y a très peu d'action, il n'y a pas grand chose à résumer même si le récit est agréable à lire.


5) White Heritage

Cette aventure se passe après la mort du vieux chef et des parents adoptifs. Kioga désormais un paria se promène avec Aki. Ils tombent sur trois guerriers de la secte qui décochent rapidement des flèches. Kioga semble être touché et s’écroule. Les trois chasseurs se rendent à la place où ils pensent trouver le cadavre de leur ennemi mais ils se rendent compte qu’ils ont été bernés. Le garçon et l’ours leur réserve un accueil musclés. La bataille terminée, les deux amis continue leur route qui les mène à l’épave du "Cherokee" longtemps laissé à l’abandon. Kioga parvient à forcer la porte de la cabine et explore l’intérieur du bateau. Il y découvre le pop-corn mais aussi un pistolet qui manque de tuer l’ours quand il la manipule provoquant un tir accidentel. Il finit par mettre la main sur un carnet dans lequel il découvre les écrits de son grand-père. Un fois l’inventaire complet effectué, il referme soigneusement la cabine et reprend sa vie sauvage avec son ami ours.
blue_book_193707.jpg
Blue Book de juillet 1937
Sur cette nouvelle, je ne suis pas parvenu à trouver le livre et donc les illustrations intérieures.

La dernière nouvelle ce week end.
Tu n'es plus là où tu étais mais tu es partout là où je suis.
Avatar du membre
pak
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Enregistré le : mer. 19 août 2020, 00:59
Contact :

Re: Tarzan et tarzanides dans les pulps

Message par pak »

Ben moi, et ça n'a rien à voir avec le sujet, j'adore l'illustration de couverture, avec cette ribambelle de chasseurs Boeing P26 "Peashooter" colorés d'avant guerre, avant que le camouflage ne dicte ses règles.
Il m'apparaît de plus en plus clairement que les motifs ténébreux de cette obscurité s'enrobent d'un mystère opaque assez peu propice aux interprétations lumineuses... Achille Talon

https://www.notrecinema.com/
https://forum.westernmovies.fr/
Avatar du membre
Gradatio
Guide Spirituel
Guide Spirituel
Enregistré le : mer. 29 juil. 2020, 13:04
Localisation : sens Yonne

Re: Tarzan et tarzanides dans les pulps

Message par Gradatio »

C'est vrai que les illustrations de Stoops sont assez réussies. :love1:

Kioga partie 22 : Once against a Wilderness (les nouvelles 6/6)

6) The Turn of the Tide

Kioga , Aki et Mika Vienne en aide au vieil ermite K’yopit en facheuse posture. Ils le ramènent avec eux à leur caverne. Kioga est en train de fabriquer une embarcation pour rentrer aux Etats-Unis. Le vieil ermite est admiratif en regardant cet adolescent vouloir défier la mer au-delà de Nato'Wa. L’embarcation une fois terminée est remplie de provisions puis mise à l’eau et le quatuor embarque. Sur le fleuve qu’ils doivent emprunter pour regagner la haute mer, ils sont surpris par une pirogue avec des guerriers Shonis qui les prennent en chasse. La destination prise par nos héros décourage vite les poursuivants qui ne veulent pas se risquer dans les grandes eaux. Le début du périple se passe plutôt bien même si les deux animaux sont nerveux. Les difficultés ne vont quand même pas tardés à se venir sous la forme d’un orque qui les prend pour cible. K’yopit en panique ne cesse de boire la liqueur fermenté qu’il a prise avec lui. Il n’est pas très frais. Kioga parvient tant bien que mal en enrayer l’assaut du géant mais l’embarcation a subit pas mal d’avaries. Trop pour continuer. Le jeune homme, la mort dans l’âme rebrousse chemin. A son retour, une délégation Shoni l’attend. Elle est venu lui proposer d’être le nouveau chef de guerre.
blue_book_193708.jpg
Blue Book d'août 1937
Et les illustrations intérieures
Once6.1.jpg
Once6.2.jpg
Once6.3.jpg
Once6.4.jpg

Avec cet ultime nouvelle, Chester boucle la tranche de vie des jeunes années de Kioga. Il me reste un roman à vous présenter qui fait suite au second vu précédemment.

Nous allons entamer la dernière ligne droite de ce topic. A bientôt.
Tu n'es plus là où tu étais mais tu es partout là où je suis.
Avatar du membre
Gradatio
Guide Spirituel
Guide Spirituel
Enregistré le : mer. 29 juil. 2020, 13:04
Localisation : sens Yonne

Re: Tarzan et tarzanides dans les pulps

Message par Gradatio »

Bon, nous y sommes. Voici le début du résumé du dernier récit de ce topic. Je n'ai pas trouvé d'autres personnages de ce style pour le moment.

Le roman est un peu plus court que les deux précédents. Il a été proposé en 6 parties. Je n'ai pas trouvé l'ensemble des revues, uniquement quatre dont je pourrais vous poster les illustrations intérieures.


Kioga partie 23 : Kioga of the Unknown Land (troisième roman 1/4)

Stanley Kirk, le narrateur dont on apprend enfin le nom, essaie de monter une expédition pour se rendre à Nato’Wa pour retrouver Munro et l’équipage du "Narwal". La société d’assurance qu’il contacte refuse de le couvrir vu les risques encourus. Il rentre chez lui pour découvrir sa porte ouverte. Prudent, il s’empare d’une arme et se rend dans son bureau pour constater qu’un visiteur a ouvert son coffre fort. L’intrus s’enfuit malgré le tir que déclenche Kirk qui loupe sa cible. Il se rend compte que la carte de Nato’Wa qu’il gardait précieusement a disparu. Il contacte en urgence ses associés, John La Salle, père de Beth et Dan ainsi que la capitaine Scott qui commande le "Bearcott", l’embarcation qui doit les emmener dans le Grand Nord. Scott a réuni l’ensemble de son équipage et malgré les mauvaises nouvelles, le capitaine accepte de continuer. L’équipage est lui plus frileux mais lorsque Kirk leur passe le film récupérer dans l’épave du "Narwal" qui offre quelques vues incroyables du monde perdu, l’expédition est voté à l’unanimité.

La première partie du voyage se passe bien mais se complique considérablement quand les conditions météo se dégradent. Pris dans un brouillard dans lequel on ne voit pas grand-chose et encerclé par la glace, le navire avance lentement. Au bout de quelques jours, une forme apparait en parallèle. Un autre navire à première vue. Ils s’en approchent prudemment et finissent par apercevoir l’équipage qui le repère à son tour. Kirk croise le regard de son voleur mais tout va alors très vite car les balles fusent. Le navire fait une embardée pour éviter les tirs de canon de l’adversaire mais se met alors en danger en frôlant la glace. Scott décide de répliquer mais l’assaillant a pris de l’avance et disparait dans la brume. L’urgence de toute façon est de passer à travers cet amas de glace qui semble se refermer sur eux. Le canon embarqué est très utile et ils réussissent enfin à sortir de la zone dangereuse. Ils aperçoivent la terre et l’autre bateau qui va accoster. C’est à ce moment que se lève une tempête qui met à mal le Bearcott. La lutte contre les éléments est terrible et quelques membres de l’équipage y restent mais à force de travail collectif, l’embarcation, qui vit ses derniers instants arrive tout de même au bord des terres permettant aux survivants de débarquer sain et sauf. Le répit est de courte durée car un déluge de balles les accueille sur la plage. Le navire qui les a précédé a mieux résisté et ses occupants ne sont pas très amicaux. La bande de Kirk parvient tout de même à se réfugier dans la jungle à l’abri puis s’y enfonce jusqu’à ce que la nuit les oblige à monter le camp.

Le lendemain, Kirk, qui est celui qui a une meilleure connaissance théorique des lieux grâce au carnet de Munro se fait construire un radeau afin de partir en éclaireur vers le fort que le scientifique a fait ériger. Le reste de l’équipage se tenant prêt à le rejoindre en cas de besoin. Kirk parvient sans encombre au fort qu’il trouve, à première vue, abandonnée. Il est très surpris d’entendre des voix. Il essaie de déterminer d’où elles peuvent venir quand il se trouve face à un tigre. Il ouvre le feu, manque sa cible mais la détonation a provisoirement éloigné le félin. Il en profite pour se réfugier dans l’un des baraquements dont il coince la porte en espérant que cela suffise à tenir la menace à distance. Il remarque que les bâtiments correspondent entre eux et les explore. Les voix dont il finit par repérer leur provenance le laisse pantois. Il s’agit d’un oiseau qui émet en boucle les mêmes phrases. Il pense alors à la corneille de Flashpan, le cuisinier du "Narwal", mentionnée dans le carnet. Si elle est dans le secteur, son maître y est peut-être aussi. Il repère des tombes à l’extérieur. Il essaie de sortir mais c’est pour se retrouver face au tigre qui l’attend. Il n’a pas le temps d’épauler son fusil qu’une forme humaine a jaillit sur le dos de l’animal. Un corps à corps sauvage, une lame qui brille et le tigre s’écroule mort. Grace au film de Munro, Kirk identifie son sauveur comme étant Kioga, le Faucon des Neiges. Il se présente et lui explique sa présence en ce lieu. Kioga l’évacue rapidement du camp pour discuter dans un endroit plus sur. Aux questions de Kirk, il lui répond que Munro et Beth vont bien mais que Dan n’est pas revenu lors d’une chasse. Il était à sa recherche quand il a vu le canot de Kirk près de l’ancien fort de l’île.

Kioga part chasser. Il ramène de la nourriture à Kirk et lui dit de ne pas bouger le temps de repartir au village chercher une embarcation plus solide que celle que s’est confectionné le visiteur. L’attente n’est pas très longue et Kioga peut l’emmener rapidement à destination. En repassant à proximité du fort, Kirk aperçoit une bande loups en train de chasser et se dit qu’il a eu de la chance de s’en être sorti à si bon compte. Au village, les retrouvailles sont chaleureuses. Ils ne s’attardent pas et en compagnie de quelques guerriers repartent vers le camp qu’a dressé l’équipage. Nouvelles retrouvailles et liesse des visiteurs. L’inquiétude est de même de mise car il n’y a toujours aucune nouvelle de Dan. Kioga décide de reprendre ses recherches et confie les nouveaux venus aux Shonis qui vont aider à fortifier le camp de fortune.
blue_book_193803.jpg
Blue Book de mars 1938 (première partie)
et les illustrations intérieures
Land1.1.jpg
Land1.2.jpg
Land1.3.jpg
Land1.4.jpg
Land1.5.jpg
Land1.6.jpg
Land1.7.jpg
blue_book_193804.jpg
Blue Book d'avril 1938 (deuxième partie)
L'un des deux livres que je n'ai pas trouvé

A suivre...
Tu n'es plus là où tu étais mais tu es partout là où je suis.
Avatar du membre
Gradatio
Guide Spirituel
Guide Spirituel
Enregistré le : mer. 29 juil. 2020, 13:04
Localisation : sens Yonne

Re: Tarzan et tarzanides dans les pulps

Message par Gradatio »

Kioga partie 24 : Kioga of the Unknown Land (troisième roman 2/4)


Les talents de pisteur de Kioga le mettent très vite dans la bonne direction. Il est clair que Dan est tombé entre les mains d’une bande dont il se rend compte lorsqu’il a remonté la piste qu’il s’agit de Shonis rebelles chassés du village principal. Seul, il ne peut rien faire et rebrousse chemin. De retour, une fois la situation exposée, une expédition de secours dirigée par Kias est organisée. Munro, Flashpan ainsi que Kirk y prennent part. L’assaut de l’ennemi se fait sur la rivière et le canon du cuisinier fait des ravages. Ils n’arrivent pas malgré tout à sauver Dan qui est évacué par une partie de la bande au début de l’attaque. La piste semble se perdre dans le dédale montagneux empli de grottes. Les poursuivants ont la surprise de tomber sur Tokala. Le gamin a désobéi mais Kioga n’est pas fâché car le petit renard sait où se sont réfugiés les fuyards avec Dan. Il les conduit à l’entrée d’une caverne. Kioga s’y glisse et se rend compte de l’immensité de la structure qui possède énormément d’embouchures emmenant dans des directions opposées. Suivant les indications de Tokala, il parvient dans la pénombre jusqu’à l’endroit où est retenu Dan. Ce dernier est plutôt mal en point ayant subi une séance de torture. En silence, il parvient à l’extraire et le ramène à l’entrée. La fuite du prisonnier est très vite découverte. Kioga prend la décision de confier Dan à Kias afin qu’il le ramène se faire soigner. Lui, va faire diversion. Les trois Européens et Tokala lui emboite le pas. La ruse fonctionne mais en entrainant les rebelles dans les profondeurs de la montagne, ils se rendent compte à un moment qu’ils risquent de ne jamais pouvoir en ressortir. Le bruit d’une rivière souterraine attire leur pas. Ils la traversent et lors d’un nouvel embranchement, une série de graffitis apparaissent sur les murs à la lueur de la torche. Munro reconnait un très ancien dialecte Indien. Ils empruntent le couloir où les marques sont de plus en plus nombreuses avant de tomber sur un cul-de-sac en apparence car en manipulant la roche, une ouverture leur permet de pénétrer dans ce qui ressemble à une chambre funéraire où sont entreposée de nombreux corps orné de bijoux. Tokala s’empare d’un pendentif qu’il passe autour de son cou. A la sortie de la chambre se trouve un énorme squelette que Munro identifie comme étant celui d’un mammouth. Ils décident de rebrousser chemin étant sur d’avoir semé leur poursuivant. Hélas, entre temps, des pluies torrentielles sont tombées à l’extérieur faisant grossir le cours d’eau souterrain. Plus possible de passer par là, il faut aller de l’avant coute que coute bien que le pessimisme soit de rigueur. Ils traversent un dédale de caveaux funéraires et au fur et à mesure de leur avancée, l’air commence à être vicié par la présence de gaz. C’est de plus en plus pénible de faire un pas. Les torches finissent par s’éteindre et les quatre hommes et l’enfant s’attendent à la mort par asphyxie. Alors que tout espoir semble perdu, une lueur apparait dans le noir. Ils se rendent vite compte que derrière un mur de rochers se trouve peut-être la sortie. C’est en utilisant leur dernières ressources qu’ils parviennent à faire s’écrouler la paroi amenant lumière et air pur. Ils sont dans un endroit inconnu de Kioga. Une gigantesque vallée entourée de haut col montagneux. Ils aperçoivent un mouvement en contre bas. Prudemment, ils s’approchent et c’est la stupeur. Un grand groupe d’Indiens montés sur des mammouths encadrent ce qui semble être des esclaves. Un bruit derrière eux les surprend. D’autres guerriers les entourent et les menacent de leur lances. Ils n’ont d’autre choix que de rejoindre la colonne d’esclave sous la contrainte.

Kias a ramené Dan au village. Là, il bénéficie des soins nécessaires et Heladi S'en occupe particulièrement. Le chef des shonis est bien embêté. Son premier reflexe est de monter une nouvelle expédition pour aller au secours de son ami et de ses alliés. Malheureusement, les pluies ont commencé à déferler sur la région et par expérience, il sait que le terrain sera difficilement praticable et les recherches bien dangereuses. Le capitaine Scott, quand à lui a fait un aller retour jusqu’à l'épave du bateau afin de ramener du matériel pouvant être utile. Le temps est compté puisqu’après les pluies torrentielles, ce sera l’hiver rigoureux qui s’installera sur la région.

Le groupe de Kioga n’est pas au bout de ses surprises. La procession les conduit jusqu’à une gigantesque cité de pierre dans laquelle ils sont introduits. Un tri est alors fait dans les prisonniers. Quand un des Indiens s’en prend à Tokala, Kioga voit rouge et fonce dans la mêlée. Hélas, il est vite neutralisé, assommé et évacué hors de vue des autres. Quand ils décident de s’occuper de l’enfant, les assaillants ont un moment de stupeur en voyant le pendentif qu’il a autour du cou. Munro qui comprend le langage des autochtones indique qu’ils prennent le jeune garçon pour une réincarnation d’un ancien chef enseveli dans la montagne. Ce nouvel élément permet aux trois hommes blancs de rester avec Tokala. Ils sont conduits au cœur de la cité et mis dans une pièce spacieuse.

Là, ils reçoivent la visite de Marhi, un noble qui leur explique qu’ils se trouvent à M’Anda. Les habitants se nomme eux-mêmes T’emaho. La confirmation que Tokala est pris pour la réincarnation de l’ancien roi Ru décédé récemment permet aux prisonniers d’envisager un espoir de libération. Ils sentent bien que la lutte pour le pouvoir est la même que partout ailleurs et que Marhi a bien l’intention de se servir de l’enfant afin d’asseoir sa position.
blue_book_193805.jpg
Blue Book de mai 1938 (troisième partie)
Et une illustration de ce numéro en phase avec le résumé
Land3.2.jpg
L'action de cette deuxième partie du roman se déroule principalement dans le Blue Book d'avril que je n'ai malheureusement pas trouvé, ce qui explique le manque d'illustrations qui seront plus nombreuses la prochaine fois.

A suivre...
Tu n'es plus là où tu étais mais tu es partout là où je suis.
Avatar du membre
pak
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Enregistré le : mer. 19 août 2020, 00:59
Contact :

Re: Tarzan et tarzanides dans les pulps

Message par pak »

Je ne connaîs pas le contexte du récit lié à l'illustration de couverture, mais ça me fait beaucoup penser au film Les 55 jours de Pékin...
Il m'apparaît de plus en plus clairement que les motifs ténébreux de cette obscurité s'enrobent d'un mystère opaque assez peu propice aux interprétations lumineuses... Achille Talon

https://www.notrecinema.com/
https://forum.westernmovies.fr/
Avatar du membre
Gradatio
Guide Spirituel
Guide Spirituel
Enregistré le : mer. 29 juil. 2020, 13:04
Localisation : sens Yonne

Re: Tarzan et tarzanides dans les pulps

Message par Gradatio »

La couverture est en rapport avec ce récit
IMG_20240203_104553.jpg
Tu n'es plus là où tu étais mais tu es partout là où je suis.
Avatar du membre
Doc Mars
Maître 3e Dan
Maître 3e Dan
Enregistré le : jeu. 29 oct. 2015, 17:47
Localisation : Mons Olympus
Contact :

Re: Tarzan et tarzanides dans les pulps

Message par Doc Mars »

D'après le texte, il s'agit de la conquête du Tonkin par la légion étrangère en 1883.
https://www.legionetrangere.fr/la-fsale ... lazuc.html

La révolte des Boxers date de 1899-1901
* Je recherche: Aigle d'or (série 1) n°3-7-22; Antares n°111; Arc en Ciel n°1-15; Astrotomic n°38; Biggles n°11-20; Big Horn n°12-13-15-16-17-26-28; Biribu n°10; Bison Noir (SFP) n°6-10; Bliz n°4; Cap.7 (2e série) n°2-8; Fantasia n°27; French Bill n°21-22-23; Flingo n°9-16-26; Hoppy (série 1) n°1-4; Hoppy (série 2) n°7; Jim Taureau (3 PF) n°6-13-20; Joé Texas n°18-35; Johnny Speed n° 21; Johnny Texas n°37-47-48-49; Kali n°2; Kid Colorado (SER) n°18-25; King la Jungle n°9-10; Kwaï Noblesse n°10; Lancelot n°94-100; Marco Polo album n°16; Old Bridger et Creek n°67-71; Pato n°5; Pecos Bill (série 2) n°15; Princesse n° 23-43-51-56; Rancho n°9-10-14-21; Sans Peur n°104 (03-04/1960 -SEG); Super Boy n°100-103; Super J n°29; Teddy (série 1) n° 3-4; Tenax n°1-3-14; Totem (série 2) n°3-4; Yowa n°6;

"Si on ne peut avoir la réalité, un rêve vaut tout autant." Ray Bradbury, Chroniques Martiennes
Mars et la Science-Fiction http://www.sfmars.com
Avatar du membre
pak
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Enregistré le : mer. 19 août 2020, 00:59
Contact :

Re: Tarzan et tarzanides dans les pulps

Message par pak »

Moi j'aurai plutôt dit les évènements d'avant, à la première intervention française au Tonkin vers 1873, qui ne fut pas une grande réussite, même si la Légion n'y était pas me semble-t-il...
Il m'apparaît de plus en plus clairement que les motifs ténébreux de cette obscurité s'enrobent d'un mystère opaque assez peu propice aux interprétations lumineuses... Achille Talon

https://www.notrecinema.com/
https://forum.westernmovies.fr/
Giovannangeli
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Enregistré le : mer. 02 févr. 2022, 16:56
Localisation : Moussoulens (Aude)

Re: Tarzan et tarzanides dans les pulps

Message par Giovannangeli »

pak a écrit : sam. 03 févr. 2024, 16:31 Moi j'aurai plutôt dit les évènements d'avant, à la première intervention française au Tonkin vers 1873, qui ne fut pas une grande réussite, même si la Légion n'y était pas me semble-t-il...
Il me semble que c'est les fusiliers marins qui sont intervenus au Tonkin, avec une flotte assez importante.
Avatar du membre
Gradatio
Guide Spirituel
Guide Spirituel
Enregistré le : mer. 29 juil. 2020, 13:04
Localisation : sens Yonne

Re: Tarzan et tarzanides dans les pulps

Message par Gradatio »

Kioga partie 25 : Kioga of the Unknown Land (troisième roman 3/4)

Kioga reprend conscience dans une gigantesque prison en sous-sol. Il est pris en main par Mingo, venu d’une autre peuplade réduite en esclavage qui lui explique à son tour les rouages politiques de la cité. Des gardes surgissent et entraînent les deux hommes dans une espèce de fosse. Sur un balcon qui surplombe cette fosse, un noble apparait. D’une autre ouverture sortent deux loups qui sous les ordres de l’homme au balcon se jettent sur les deux prisonniers mais ils ne connaissent pas Kioga et n’ont pas l’habitude qu’on leur résiste. Très vite, ils battent en retraite. Furieux, l’homme sort un fouet et commence à flageller le résistant. Mal lui en prend car il est très vite désarmé et finit à son tour dans la fosse. Les gardes interviennent et remettent les deux hommes en cellule. Kioga, qui pensait que son acte de résistance lui vaudrait quelques sympathies de la part des prisonniers se rend compte qu’il s’est bien trompé quand ils lui tombent dessus afin de le tuer. Submergé par le nombre, la dernière pensée de Kioga est le visage de Beth avant de sombrer dans le néant.

Il reprend conscience avec son nouvel ami à ses côtés. Il a eu la vie sauve à l’arrivée des gardes. Le noble se réservant le droit de se venger. Une clameur monte de l’extérieur et attire les prisonniers vers les ouvertures au niveau de la chaussée. Kioga et Mingo s’y rendent à leur tour et pourtant pas très impressionnable, le faucon des neiges contemple un incroyable spectacle. La procession de Mammouth entrevue plus tôt a atteint la cité. D’après Mingo, il s’agit de l’arrivée de la princesse Loalli, l’une des prétendantes les plus légitimes au trône vaquant. Le souci est que dans cette cité aussi grande soit-elle, le passage de nombreux mastodontes au milieu des rues reste délicat. L’un de mammouth fait une embardée et crée une grosse panique. Les hommes qui guident le mammouth perdent le contrôle entrainant la mort de l’un d’entre eux. Un second va subir le même sort quand surgit Kioga. Ce dernier a profité de la passivité des gardiens pour sortir dès le début de l’échauffourée afin d’une part de regagner sa liberté et d’autre part, de venir en aide à la procession bien mal engagé. Il sauve le second gardien des pattes mortelles puis se rend compte que le mammouth de la princesse a lui aussi été heurté par l’un de ses congénères la projetant au sol. Kioga bondit sur le dos du géant et parvient à le calmer puis met la jeune femme éperdue de reconnaissance à l’abri avant de filer rejoindre le garde qu’il a sauvé. Ce dernier appelé Tahro lui propose de devenir son nouvel aide. Son évasion ayant passé inaperçue, il peut désormais se fondre dans la foule de la cité. Il ne sait pas que son sauvetage a été aperçu par Mahri qui voit dans cette intervention un obstacle à se plans pour accéder au pouvoir. Il convoque sur le champ quelques uns de ses hommes qu’il envoie à la recherche du sauveur.

Kioga, lui ne perd pas de temps. Il fausse compagnie à son compagnon, non sans apprendre que ce dernier fomente la révolte des esclaves, et déambule en ville. Un mouvement de foule attire son attention. Un homme est poursuivi par d’autres. Il le cache et découvre qu’il s’agit d’un membre de la guilde des voleurs qui sévit dans la cité. Ce dernier reconnaissant lui propose de rejoindre la guilde. Il accepte, se trouve un faux nom (Akra) et se retrouve en présence du chef, Ameeg, qui a de sérieux doutes sur la sincérité du nouveau venu. En guise d’avertissement, il punit sévèrement un membre qui a faillit à sa mission. Avec cette couverture, Kioga est un peu plus libre de ses mouvements et remplit diverses missions dans la cité. La rumeur lui parvient que l’on recherche l’homme qui a sauvé la princesse. Il y a va au culot et demande à rencontrer Mahri contre des informations. Bien grimé, il fait illusion et propose ses services. Il est assez convaincant pour entreprendre un jeu dangereux en étant sur plusieurs fronts à la fois. Ses compagnons le croient mort. Ça lui laisse le champ plus libre. Au bout de quelques temps au service de Marhi auprès duquel il parvient à se rendre indispensable, il devient le messager numéro 1. Il est envoyé porter un message auprès de la princesse Loalli qui le reconnait malgré son déguisement mais ne le dénonce pas.

Entre temps, la vie des prisonniers est tout de même loin d’être désagréable même si ils sont cantonnés dans le palais. Tokala apprend auprès de Marhi les rudiments de la politique afin de faciliter son ascension mais le gamin s’ennuie rapidement et parvient à fausser compagnie à sa garde rapprochée afin d’explorer les environs. Son escapade le conduit aux quartiers des esclaves où il est reconnu. Constatant la misère du peuple, il leur promet la liberté une fois qu’il sera roi et leur propose de venir sous la fenêtre de ses appartements afin qu’il leur fournisse des armes.

La fugue de Tokala a fait réfléchir le vieux noble qui décide de renforcer la surveillance de son pion tout en permettant aux autres un peu plus de liberté. C’est ainsi que Flashpan devient très vite une célébrité dans le milieu des bars grace à sa personnalité hors du commun. Il entend parler d’un nouveau voleur en ville qui a la capacité de se déguiser assez facilement. La description de cet homme lui met un doute et il mène l’enquête. Il parvient à s’introduire dans l’un des repaires de la guilde où il obtient les renseignements qu’il espérait. Kioga est bien en vie. Il rapporte l’information au reste de ses compagnons.

La fin des illustration de la troisième partie
Land3.1.jpg
Land3.3.jpg
Land3.4.jpg
Land3.5.jpg
Land3.6.jpg
Suite en dessous...
Tu n'es plus là où tu étais mais tu es partout là où je suis.
Avatar du membre
Gradatio
Guide Spirituel
Guide Spirituel
Enregistré le : mer. 29 juil. 2020, 13:04
Localisation : sens Yonne

Re: Tarzan et tarzanides dans les pulps

Message par Gradatio »

Suite...
blue_book_193806.jpg
Blue Book de juin 1938 (quatrième partie)
et ses illustrations intérieures
Land4.1.jpg
Land4.2.jpg
Land4.3.jpg
Land4.4.jpg
Land4.5.jpg

A suivre...
Tu n'es plus là où tu étais mais tu es partout là où je suis.
Avatar du membre
Gradatio
Guide Spirituel
Guide Spirituel
Enregistré le : mer. 29 juil. 2020, 13:04
Localisation : sens Yonne

Re: Tarzan et tarzanides dans les pulps

Message par Gradatio »

Kioga partie 26 : Kioga of the Unknown Land (troisième roman 4/4)

La semi-liberté dont ils jouissent profite également à Kirk et Munro qui ont réussi à s’attirer la sympathie de l’un des esclaves du palais. Grace à lui, ils parviennent à retrouver le chemin à travers les tombeaux de la montagne jusqu’au bloc de pierre effondré. De l’autre côté, la situation s’est considérablement dégradée. Les blancs arrivés avant Kirk ont capturé un grand nombre de Shonis afin qu’ils leur servent d’esclaves pour extraire de l’or dans une mine qu’ils ont découverte. Les tentatives des Indiens pour les tuer se sont toutes soldées par des échecs et des nombreux morts devant la puissance de feu adverse. Ceux-ci en veulent aux blancs en général et malgré la protection de Kias, Dan et Beth sont très inquiets. Dan, qui n’a pas perdu espoir de retrouver leurs compagnons a établi un campement près de l’éboulement. Il y a un minuscule passage qui permet au singe de Flashpan de faire la liaison entre les deux groupes. L’espoir renait de chaque côté.

La double vie de Kioga n’a pas échappé à l’un des gardes rapproché de Marhi. Meru de son nom décide de lui régler son compte afin de regagner les faveurs du maître. Avec deux sbires, il organise une embuscade. Kioga passe à dos de mammouth sans se douter de rien et se fait surprendre. Malgré la difficulté à reprendre le contrôle de sa monture, il parvient tout de même à éviter les lances et s’enfuit. Il y a foule sur la route principale car le couronnement de Tokala est pour le jour même. Meru, qui n’a pas renoncé rejoint Kioga innocemment et engage la conversation. Sur ses gardes, le faucon des neiges fait parler plus que de raison le traître qui se délecte de lui annoncer que pendant le couronnement, la princesse sera assassinée éliminant du même coup tout opposition au pouvoir des nobles représenté par Mahri. Kioga passe à l’action et les trois gardes ne sont pas de taille face à un homme qui tue les ours en corps à corps. Il n’y a pas de temps à perdre. Il remonte sur son mammouth et fonce vers le palais. Son entrée ne passe pas inaperçu et tout s’enchaine. Kioga prévient la princesse de l’attentat. Le noble qui devait assassiner la jeune femme est poignardé par elle. Les voleurs dans la salle se jettent dans la mêlée en voyant l’un des leurs en danger. Marhi parvient à s’éclipser discrètement en voyant ses plans s’effondrer. Les esclaves sont libérés. Le calme finit par revenir dans la salle du trône qui acclame son jeune nouveau roi. Marhi finit par réapparaitre et demande à parlementer. Il veut parler à Tokala et Kioga en privé. Notre héros confie ses amis à Ameeg. Une fois dans la pièce pour parlementer, le piège se referme lorsque des soldats font irruption. Heureusement sur ses gardes, Kioga s’enfuit avec Tokala entrainant ses poursuivants dans les sous-sols où il fut retenu prisonnier. Tokala connait bien les lieux aussi et a compris le plan de son ami. Il part de son côté et rejoins l’enclos réservé aux loups servant de divertissements aux nobles. Il libère les bêtes et c’est un carnage. Entre temps, comprenant la trahison, les esclaves dirigés par Tarho se sont armés et rebellés massacrant la noblesse. C’est le chaos total dans la cité. Kioga et Tokala rejoigne leurs amis et en compagnie de la princesse et suivi par les nobles survivants se rendent dans le passage des tombeaux.

Un réseau en morse avaient été établi entre temps avec Dan qui avait préparé de la dynamite pour faire sauter le bloc de pierre qui les sépare. Les nobles passent soudain à l’attaque. Leur but étant de liquider Tokala et Loalli pour sauver leur peau. Kioga tue le premier qui s’avance. Les assaillants étant trop nombreux, perdu pour perdu, Munro demande à Dan d’allumer la dynamite. Une explosion secoue la montagne, Kirk reçoit une pierre sur la tête et sombre dans l’inconscience.

Il revient à lui dans ce qui semble être un bateau. Commotionné, il apprend la suite de l’histoire de la bouche de Munro. L’explosion a ébranlé la montagne, bien ouvert le passage mais provoqué de nombreux autres éboulements. Munro, Flashpan et Kioga transportant Kirk ont réussi à passer avant l’effondrement final. La plupart des nobles ont été écrasés. La dernière chose rassurante aperçue par nos héros est que Loalli et Tokala semble avoir échappés à la mort mais désormais, il n’est plus possible de les rejoindre. Il ne leur reste à espérer que le statut du jeune garçon lui permette de régner en toute sécurité avec la jeune femme à ses côtés.

De retour au village où est soigné Kirk, l’heure du repos n’a pourtant pas sonné. La menace que représentent les intrus qui exploitent la mine d’or doit être conjurée. Les marins rafistolent tant bien que mal le "Bearcott". Kioga doit d’abord matter l’humeur des Shoni hostiles aux blancs puis, l’assaut est lancé.

Une grande bataille navale s’engage alors entre les deux camps. Les pertes des deux côtés sont lourdes. Le père de Beth et Dan est tué, Flashpan blessé. Par une manœuvre audacieuse de Scott, ils parviennent à lancer l’abordage. Au corps à corps, l’avantage tourne rapidement à l’avantage de Kioga et de ses alliés. Une gigantesque explosion détruit le bateau ennemi, les Shoni sont libérés.

Malgré l’état lamentable du Bearcott, Scott propose de jouer le tout pour le tout en essayant de regagner la civilisation. Tous les blancs survivants embarquent. La chance leur sourit alors que le bateau ne tient plus la route puisqu’une autre embarcation leur porte secours. Au réveil de Kirk, une cérémonie de mariage est organisée et Kioga alias Lincoln Rand Junior peut enfin épouser Beth La Salle.

Une fin qui me laisse quelques peu sur ma faim pourrait-on dire. Aucune mention d'Heladi dans les derniers chapitres. Elle était pourtant très proche de Dan. Un mariage mixte semblait encore hors de question à l'époque.
blue_book_193807.jpg
Blue Book de juillet 1938 (cinquième partie)
et ses illustrations intérieures
Land5.1.jpg
Land5.2.jpg
Land5.3.jpg
Land5.4.jpg
Land5.5.jpg
Land5.6.jpg
blue_book_193808.jpg
Blue Book d'août 1938 (sixième partie)
Numéro que je n'ai pas trouvé malheureusement.


Et voilà ! Que dire ? Que c'est avec une certaine émotion que je conclue ces résumés dédiés au tarzanides de pulp dont j'ai connaissance. Il y en a surement d'autres (principalement des hommes préhistoriques, je pense, notamment Avar qui a échappé à mes recherches) mais je ne les connais pas encore. En cas de nouvelles découvertes, je ne manquerai pas de les indiquer ici.

En reparcourant l'ensemble du sujet afin de vous mettre en première page les liens en rapport avec les personnages traités pour faciliter les recherches, je me suis rendu compte du chemin parcouru et de l'évolution de la façon dont j'ai traité le sujet. A ce propos, pour être en phase avec la majeure partie, il me reste encore une chose à vous proposer. Je vous prépare celà pour la semaine prochaine.

En attendant, je tenais ici à remercier les lecteurs qui ont suivi ce topic jusqu'à présent. Le membres qui m'ont encouragés et donner des conseils. C'est essentiel pour le moral et les coups de mou que l'on peut avoir à certains moments. Mais aussi tous les autres, membres ou non qui ont été présents pendant ces presque deux ans et demi (le nombre de vues sur ce topic est là pour l'attester).

Un immense merci à tous!!!! :beer: :bye:
Tu n'es plus là où tu étais mais tu es partout là où je suis.
Avatar du membre
drou
Maître Jedi
Maître Jedi
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2003, 01:00
Localisation : Melrand (56) et aujourd'hui Echillais (17)

Re: Tarzan et tarzanides dans les pulps

Message par drou »

Merci Thierry pour tout ces résumer de ces revues bien oubliées. :chapeau:
Ont a passer de bon moment de lecture a découvrir toutes ces histoires ainsi que tout
ces scans qui les ont accompagnés. :chapeau: :jap: :jap:
Giovannangeli
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Enregistré le : mer. 02 févr. 2022, 16:56
Localisation : Moussoulens (Aude)

Re: Tarzan et tarzanides dans les pulps

Message par Giovannangeli »

Un grand bravo à toi, Thierry.

Un travail de longue haleine qui pour ma part mérite le respect et souligne ta passion à nous faire partager ces histoires d'un monde où l'exotisme est présent à chaque page.

Kioga et le monde inconnu est un très bon roman, et il aurait mérité une adaptation en BD .

Merci encore pour tout. :beer: :chapeau:
Avatar du membre
Gradatio
Guide Spirituel
Guide Spirituel
Enregistré le : mer. 29 juil. 2020, 13:04
Localisation : sens Yonne

Re: Tarzan et tarzanides dans les pulps

Message par Gradatio »

Merci les amis. Le but principal est de partager et d'essayer de faire apprécier ces récits d'un autre temps. Si j'y suis parvenu, alors l'objectif est atteint.

Pour conclure pour le moment ce sujet, je vous propose un historique de l'éditeur par lequel je suis venu aux pulps, à savoir Fiction House. Ki-Gor et Sheena faisant partis de mes premiers sujet traités, je n'avais pas encore pensé à l'époque à le faire. C'est venu au fil du temps au fur et à mesure que j'étoffais mes sujets.

Il est temps de remédier à ce manque. L'historique est surtout la biographie de son fondateur John William Glenister signée une fois de plus par l'auteur qui nous aura accompagné durant tout ce sujet, David Saunders.
Glenister-photo.jpg
John William "Jack" Glenister est né le 11 janvier 1874 à New York. Son père, Joseph Glenister est né en 1849 en Angleterre. Sa mère, Sarah Morris, est née en 1853 en Angleterre d'origine irlandaise. Ses parents sont arrivés en Amérique en 1870 et se sont installés à New York. Le 5 mars 1873, ils se marièrent à Manhattan. Ils ont eu un enfant. La famille vivait au 13 Washington Street dans le Lower Manhattan. Le père était agent commercial.

En 1875, la famille déménagea au 79 Sackett Street à Brooklyn.

Selon John W. Glenister, « Je suis né à New York, près de Battery. J'ai appris à nager dans l'East River comme la plupart des autres enfants là-bas. Le grand sport de l'époque était de nager jusqu'à Brooklyn et retour. Le must était d’y arriver en évitant les ferrys. À l'âge de neuf ans (en 1883), j'ai commencé ma carrière commerciale en vendant des journaux."

En 1885, son père mourut à l'âge de trente-six ans. Après cette mort tragique, sa mère a quitté New York et a déménagé à Rhode Island, où elle a travaillé comme servante dans la maison de Henry C. Luther, un maçon à la retraite de soixante-dix-huit ans, au 7 Pine Hill Avenue à Providence, RI.

John W. Glenister se souviendra plus tard : « D'aussi loin que je me souvienne, j'avais un grand désir de découvrir le monde. Bien sûr, il n'y a rien d'inhabituel à cela, vous savez. Tous les jeunes garçons ont soif d'aventure. Quand j'avais quatorze ans (en 1888), je J'ai réussi à me frayer un chemin jusqu'à Chicago à bord de trains de marchandises. J'y suis resté un petit moment et j'ai fait des petits boulots dans des restaurants et dans tout autre endroit où il y avait du travail. Peu de temps après, cependant, j'ai sauté sur un autre fret et je suis parti pour le Nebraska. " Il n'y avait rien d'inhabituel dans tout cela. Je n'ai pas échappé à la mort d'un cheveu. J'étais juste là pour découvrir le monde et c'est exactement ce que j'ai réussi à faire. Finalement (en 1895) j'ai atterri dans l'Est à Newport, Rhode Island. " C'est là que j'ai commencé à nager professionnellement. Mon temps pour la distance de douze milles entre Narragansett Pier et Newport est toujours valable. J'ai également réalisé un record de nage de dix-huit milles jusqu'à Rock Island . "

Il mesurait 1m83 avec des yeux bleus et des cheveux noirs. Sa beauté et son talent naturel pour le théâtre l'ont amené à New York, où il a posé pour le célèbre artiste Charles Dana Gibson (1867-1944) et a joué dans du vaudeville. Le soir du Nouvel An 1899, le dernier jour du XIXe siècle, le New York Herald a publié un article sur les bouffonneries comiques de John W. Glenister pour un coup publicitaire au nom d'un théâtre local, alors qu'il était habillé en rustre lors de sa première visite à New York.

Le 10 juin 1901, John W. Glenister épousa Emma Swanburg à Lowell, Massachusetts. Elle est née en 1880 à Lewiston, dans le Maine.

Le 30 avril 1903, sa femme, Emma Glenister, décède en couches. Elle avait vingt-deux ans.

Après cette mort tragique, John W. Glenister se lança dans une entreprise désespérée et téméraire. Le 18 août 1903, il devint le premier homme à survivre à la traversée de la rivière Niagara à la nage. Cet exploit a fait la une de la presse nationale, notamment le Steuben Courier de Bath, New York, le Minneapolis Journal et le Ithaca Herald d' Ithica, New York, qui ont proclamé : « Il est l'un des hommes les plus beaux jamais vus ici. le physique est parfait." Le « professeur John W. Glenister » est devenu un athlète célèbre dont le soutien a été recherché pour des campagnes publicitaires. Selon John W. Glenister, « la nage s'est déroulée sous les chutes et dans le prolongement des rapides du Niagara. Bien sûr, j'ai eu un grand plaisir à nager. Vous devez comprendre qu'il ne s'agissait pas vraiment de nager, mais simplement de rester au-dessus de l'eau et en gardant les poumons pleins d'air. Les courants m'ont fait tourbillonner de l'autre côté. J'ai eu plus de chance que la tentative précédente quinze ans plus tôt du capitaine Matthew Webb, qui avait été tué lorsque sa tête a heurté un gros rocher. Je l’ai fait parce qu'il y avait de l'argent à gagner. Ils prenaient des photos de la tentative et cela signifiait également des contrats de vaudeville. Après la natation, j'ai fait une grande tournée pour donner une petite conférence et montrer des photos. J'ai même joué au Victoria du vieux Hammerstein avec le numéro. Après le numéro est devenu obsolète, je me suis lancé dans la production de pièces mélodramatiques et j'ai travaillé dans divers journaux en faisant du travail de diffusion et de promotion. J'ai commencé au Boston Herald , puis je suis revenu à New York, où j'ai travaillé sur The World, The Tribune et The Telegraph . Puis J'ai reçu une offre pour devenir directeur commercial du Washington Herald. J'ai travaillé pour des journaux dans tout le pays."

Le 10 janvier 1904, la République de Saint-Louis publia un article faisant l'éloge de sa nage héroïque.
Lors d'un voyage à la Foire de Saint Louis en 1904, il rencontra une sténographe dans le bureau du St. Louis Star et après leur premier rendez-vous, il lui proposa le mariage . Le 20 août 1904, il épousa Julia Alice Mitchell. Elle est née le 4 novembre 1877 à Miamiville, Ohio . Ils ont eu trois enfants, Alice Rosheen (née en 1906), Jacqueline Emilia (née en 1907) et Julia Sarah (née en 1909). La famille vivait au 76 Providence Street à Springfield, Massachusetts, où John W. Glenister était directeur du Springfield Democrat, un journal appartenant au père de Sherman Bowles.

En 1912, la plus jeune fille, Julia Sarah Glenister, décède à l'âge de trois ans dans le Massachusetts.

En 1918, pendant la Grande Guerre, John W. Glenister avait quarante-quatre ans et était père de deux enfants. Il n'a donc pas servi dans l'armée.

En 1919, il était vice-président de Warner Publications, au 25 West 45th Street. L'entreprise appartenait à Eltinge F. Warner. Ils ont produit "Saucy Stories" et "The Parisienne".

Le 17 janvier 1920, le dix-huitième amendement entre en vigueur, qui fait de la vente d'alcool un crime fédéral. La demande a dépassé l’offre à un point tel que les forces de l’ordre ont été rapidement dépassées. Les politiciens avaient l’intention d’interdire les comportements malsains, mais ont créé par inadvertance un syndicat national du crime organisé qui contrôlait et coordonnait l’importation, la fabrication, le stockage, le camionnage et la distribution en gros de boissons alcoolisées. Les gangs criminels se sont soudainement retrouvés impliqués dans une industrie de production de masse extrêmement lucrative, à une échelle auparavant inimaginable.

Le 15 avril 1921, le New York Times rapportait que Fiction House était une entreprise nouvellement constituée.

Selon John W. Glenister, « Finalement, je me suis tourné vers l'édition de magazines. En association avec JB Kelly, j'ai publié notre premier magazine de fiction consacré aux récits d'aventures. C'était en 1921. En quatre ans, le magazine s'est vendu à 150 000 exemplaires par numéro et nous a lancé quatre autres magazines suivi par plusieurs autres.

Son partenaire, John Byrne "Jack" Kelly (1886-1932) , est né à Brooklyn et avait débuté dans les journaux en tant que copieur. Pendant la Grande Guerre, il était directeur de la diffusion au Metropolitan Magazine lorsque le rédacteur en chef était Theodore Roosevelt, pour qui il a travaillé comme responsable des relations publiques ainsi que rédacteur de la biographie de l'ex-président. En 1921, "Jack" Glenister et "Jack" Kelly avaient fondé la Fiction House Publishing Company au 41 Union Square à Manhattan. Au cours de leur première décennie, ils ont produit des magazines pulp, tels que Action Stories, Air Stories, Lariat Stories, Detective Classics, The Frontier, True Adventures, Wings et Fight Stories.

Le 7 août 1922, les journaux nationaux publièrent des articles annonçant la direction par John W. Glenister d'un nouveau mouvement anti-prohibition, la People's Voice League. Il aurait déclaré : "Nous voulons le soutien moral du peuple. Nous voulons qu'il soit organisé de telle sorte que lorsqu'un réformateur brandira une pétition de 300 Johnnies au nez bleu et Annies au visage long contre un législateur tremblant, nous présenterons devant le même législateur le pétition de trois fois trois cents Américains de bon sens, hommes et femmes de son propre district, qui ne proposent plus de rester les bras croisés et de faire supprimer par la loi leurs libertés personnelles". Au cours des mois suivants, ses discours publics ont été rapportés dans tout le pays dans des journaux tels que le Harrisburg Telegraph en Pennsylvanie, le New York Evening News à New York, le Daily Republican de Belvidere, dans l'Illinois, et le New York Tribune.

Le 16 décembre 1928, sa plus jeune fille, Jacqueline Emila Glenister, épousa Thurman Thomas Scott . Il est né en 1903 en Géorgie et travaillait comme vendeur de chaudières et d'équipements de réfrigération.

Le 26 avril 1930, le New York Evening Post rapportait que Jack Glenister et son partenaire d'édition Jack Kelly effectuaient une expédition en Irlande pour découvrir le prochain grand boxeur de championnat des poids lourds. L'article a été écrit par Jack Kofoed (1894-1979), un célèbre journaliste sportif, dont les histoires de pulp fiction étaient régulièrement publiées dans les magazines Fiction House, tels que Fight Stories.

En juin 1930, John W. Glenister commença à souffrir de problèmes de santé. Il confia donc la direction de Fiction House à son gendre, Thurman T. Scott, puis se retira de l'édition. Il a déménagé à Santa Monica, en Californie, pour vivre près de la famille de sa fille aînée, Alice Rosheen Glenister, qui s'est mariée pour devenir Mme BL Lavender.

En janvier 1932, son associé JB « Jack » Kelly se rendit à Santa Monica, en Californie, pour rendre visite à John W. Glenister et à plusieurs auteurs locaux. Le 9 février 1932, le Los Angeles Times publia un article sur lui.

Le 4 avril 1932, JB "Jack" Kelly mourut à l'âge de quarante-cinq ans, alors qu'il était encore en visite à Santa Monica.

Cinq mois plus tard, Fiction House arrête brusquement la production. Bien que les articles de journaux sur cette interruption unique citent Thurman T. Scott attribuant l'arrêt aux coûts plus élevés des auteurs et à la perte de ventes au profit de concurrents moins chers, la véritable raison était un procès intenté par la veuve de Jack Kelly, Laura A. Kelly, qui a préféré se retirer. Sa fortune héritée d'un partenariat avec Fiction House. Son avocat a exigé la liquidation de l'entreprise afin de lui verser la moitié de sa valeur marchande. Alors que le tribunal a statué sur l'affaire, Fiction House a reçu l'ordre de cesser de dépenser son argent pour la production. Après un long appel, le tribunal a autorisé l'entreprise à reprendre l'impression afin de conserver ses titres et ses privilèges postaux, mais elle n'a été autorisée à produire des magazines que selon un calendrier trimestriel, afin de maintenir les coûts au minimum jusqu'à ce qu'un règlement soit finalement conclu deux fois par mois bien des années plus tard.

La publication des magazines Fiction House reprit progressivement après janvier 1934.

Fiction House a ensuite relancé ses best-sellers et a introduit de nouveaux magazines pulp, tels que North West Romances, Detective Book, Jungle Stories, Two Complete Science Adventure Books et Planet Stories. Ils ont ensuite publié une série de bandes dessinées à succès, dont certaines étaient basées sur leurs magazines pulp, tels que Planet Comics, Wings Comics et Jungle Comics. Dans plusieurs cas, leurs couvertures de bandes dessinées utilisaient des versions de dessins de magazines pulp précédemment publiés.

Le 16 avril 1937, son épouse, Julia Alice Glenister, décède à Santa Monica, en Californie, à l'âge de soixante ans.

Sept mois plus tard, John W. Glenister mourut d'une crise cardiaque à Santa Monica, en Californie, à l'âge de soixante-trois ans, le 14 octobre 1937.


Fiction House mettra la clé sous la porte vers 1955 à l'instar de beaucoup de maisons de pulps. Le livre de poche avait rendu le support obsolète et les comics qui mettaient en évidence des femmes très peu vétues n'ont pas résistés à la vague qui allait créée le comics code.

Je vous propose la couverture de tout les premiers numéros de pulps sortis par l'éditeur (j'espère que je n'en ai pas oublié). Ils sont ici par ordre alphabétique. Il y en a de très éphémères et d'autres qui ont des titres très proches. Celà veut souvent dire que l'un a remplacé l'autre (il faut regarder les dates pour en être sur). Je ne suis pas entré dans les détails n'étant pas sur que ça interresse grand monde. je n'ai pas mis ni Jungle Stories que j'ai épluché en détail, ni le magazine unique consacrée à Sheena présentée aussi. C'est parti
aces_192812_v1_n1.jpg
55 numéros entre 1928 et 1940
action_novels_192902_v1_n2.jpg
25 numéros entre 1928 et 1933
action_stories_192109.jpg
225 numéos entre 1921 et 1950 (le premier pulp de l'éditeur)
air_stories_192708_v1_n1.jpg
61 numéros entre 1927 et 1933
all_adventure_action_novels_1937fal_v1_n1.jpg
3 numéro entre 1937 et 1939
all_american_football_1938fal_v1_n1.jpg
24 numéros entre 1938 et 1953
baseball_stories_1938spr.jpg
33 numéros entre 1938 et 1954
basketball_stories_1937win_v1_n1.jpg
1 numéro en 1937

La suite en dessous...
Tu n'es plus là où tu étais mais tu es partout là où je suis.
Avatar du membre
Gradatio
Guide Spirituel
Guide Spirituel
Enregistré le : mer. 29 juil. 2020, 13:04
Localisation : sens Yonne

Re: Tarzan et tarzanides dans les pulps

Message par Gradatio »

Suite...
black_aces_193201_v1_n1.jpg
3 numeros en 1932
bulls_eye_detective_1938fal_v1_n1.jpg
3 numéros entre 1938 et 1939
bulls_eye_sports_1938win_v1_n1.jpg
3 numéros entre 1938 et 1939
civil_war_stories_1940spr.jpg
1 numéro en 1940
detective_book_193004_v1_n1.jpg
65 numéros entre 1930 et 1954
detective_classics_192911_v1_n1.jpg
22 numéros entre 1929 et 1931
fight_stories_192806.jpg
105 numéros entre 1928 et 1952
football_action_1939fal_v1_n1.jpg
22 numéros entre 1939 et 1952
football_stories_1937fal.jpg
23 numéros entre 1937 et 1951

Suite en dessous...
Tu n'es plus là où tu étais mais tu es partout là où je suis.
Avatar du membre
Gradatio
Guide Spirituel
Guide Spirituel
Enregistré le : mer. 29 juil. 2020, 13:04
Localisation : sens Yonne

Re: Tarzan et tarzanides dans les pulps

Message par Gradatio »

Suite...
frontier_192410.jpg
160 numéros de 1924 à 1953
george_bruces_aces_193103.jpg
1 numéro en 1931
george_bruces_air_novels_1931.jpg
1 numéro en 1931
illustrated_novelets_192312.jpg
17 numéros en 1923 et 1925
hollywood_love_romances_1939spr.jpg
1 numéro en 1939
lariat_story_192508.jpg
187 numéros entre 1925 et 1951
love_romances_192601.jpg
85 numéros entre 1926 et 1938
north_west_romances_1937fal.jpg
61 numéros entre 1937 et 1953
north_west_stories_192505.jpg
124 numéros entre 1925 et 1937
planet_stories_1939win.jpg
71 numéros entre 1939 et 1955

Suite en dessous...
Tu n'es plus là où tu étais mais tu es partout là où je suis.
Avatar du membre
Gradatio
Guide Spirituel
Guide Spirituel
Enregistré le : mer. 29 juil. 2020, 13:04
Localisation : sens Yonne

Re: Tarzan et tarzanides dans les pulps

Message par Gradatio »

Suite et fin...
soldier_stories_192904_v1_n1.jpg
4 numéros en 1929
tops_in_science_fiction_1953spr_v1_n1.jpg
2 numéros en 1953
true_adventures_192502.jpg
7 numéros en 1925
two_complete_detective_books_1939win.jpg
76 numéros entre 1939 et 1954
two_complete_science_adventure_books_1950win_n1.jpg
11 numéros entre 1950 et 1954
two_western_action_books_1951spr.jpg
12 numéros entre 1950 et 1954
two_western_books_1948win_v1_n1.jpg
19 numéro entre 1948 et 1954
two_western_romances_1950sum.jpg
3 numéros en 1950
walt_coburns_action_novels_1931_n1.jpg
1 numéro en 1931
wings_192801.jpg
133 numéros entre 1928 et 1953


Et voilà, la boucle est bouclée. Je vous dis à une prochaine et merci encore :bye:
Tu n'es plus là où tu étais mais tu es partout là où je suis.
Giovannangeli
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Enregistré le : mer. 02 févr. 2022, 16:56
Localisation : Moussoulens (Aude)

Re: Tarzan et tarzanides dans les pulps

Message par Giovannangeli »

Super, toutes ces couvertures, il y a pas à dire les dessins du siècle dernier c'était quelque chose...
Répondre

Retourner vers « Forum des Romans Populaires »