Gaston Lagaffe, le film

Pour les passionnés du petit écran et du 7e art.
Discussions sur les Séries TV cultes et sur le Cinéma mais également sur les sorties DVD ou Blu-Ray.
Avatar du membre
batless
Maître Jedi
Maître Jedi
Messages : 15918
Enregistré le : mer. 05 nov. 2008, 19:06
Localisation : auTitty Twister

Re: Gaston Lagaffe, le film

Message par batless » sam. 27 janv. 2018, 20:12

J'ai vu quelques photos. Gaston semble pas mal..Mais bon, ça reste inadaptable de toutes façons...

Avatar du membre
CRISWEL
Maître Jedi
Maître Jedi
Messages : 18614
Enregistré le : jeu. 05 mai 2005, 20:22
Localisation : Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt

Re: Gaston Lagaffe, le film

Message par CRISWEL » sam. 27 janv. 2018, 20:49

hoops a écrit :Il faut voir dans ce film une seule qualité, la volonté des descendants de mettre en avant un personnage qui aujourd'hui n'a plus d'actualité réelle.
Alors des jeunes vont pouvoir découvrir Gaston en Bd, et peut être que l'on gratifiera les anciens fans de quelques petites pépites comme un recueil des couvertures du magazine Spirou consacrées à Gaston.
Mais oui ! Laissons les enfants seuls juges... D'ailleurs, c'était à eux que s'adressaient ces bd de jadis..
- Tu me conduiras à l’église tout à l’heure, Il faut que je prie pour que le Père Franck Junior me téléphone.
- T’as qu’à l'appeler directement…
- C’est lui qui doit me téléphoner. C’est au fils d’appeler sa mère.
- Si je comprends bien : Tu vas à l’église pour que Dieu oblige Franck à te téléphoner ?
- Voilà, c’est ça…
- C’est pas vrai ! J’y crois pas ! Tu prends Dieu pour un employé du téléphone ?

Avatar du membre
Lord Foxhole
Maître 4e Dan
Maître 4e Dan
Messages : 4668
Enregistré le : mer. 29 sept. 2010, 19:30
Localisation : Hainaut (Belgique)

Re: Gaston Lagaffe, le film

Message par Lord Foxhole » sam. 27 janv. 2018, 22:04

CRISWEL a écrit : Mais oui ! Laissons les enfants seuls juges... D'ailleurs, c'était à eux que s'adressaient ces bd de jadis..
C'était sensé être " tout publics " comme le reste des séries publiées dans Spirou, d'ailleurs. Donc, pas forcément juste destinées à un jeune public.
Je pense que l'erreur communément commise avec ces adaptations de vieilles séries, c'est justement d'abêtir le contenu.
“La barbarie est l'état naturel de l'humanité, [...]. La civilisation n'est pas naturelle. Elle résulte simplement d'un concours de circonstances. Et la barbarie finira toujours par triompher.” ― Robert E. Howard.

Avatar du membre
CRISWEL
Maître Jedi
Maître Jedi
Messages : 18614
Enregistré le : jeu. 05 mai 2005, 20:22
Localisation : Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt

Re: Gaston Lagaffe, le film

Message par CRISWEL » dim. 28 janv. 2018, 00:02

Ben, ces vieilles bd étaient très certainement bien dessinées mais de là à dire qu'elles étaient sérieuses.... : :wink:
- Tu me conduiras à l’église tout à l’heure, Il faut que je prie pour que le Père Franck Junior me téléphone.
- T’as qu’à l'appeler directement…
- C’est lui qui doit me téléphoner. C’est au fils d’appeler sa mère.
- Si je comprends bien : Tu vas à l’église pour que Dieu oblige Franck à te téléphoner ?
- Voilà, c’est ça…
- C’est pas vrai ! J’y crois pas ! Tu prends Dieu pour un employé du téléphone ?

Avatar du membre
Tovenaar
Maître Jedi
Maître Jedi
Messages : 26646
Enregistré le : mar. 11 avr. 2006, 03:34
Localisation : de Vlieg op de Neus

Re: Gaston Lagaffe, le film

Message par Tovenaar » dim. 28 janv. 2018, 00:09

CRISWEL a écrit :Ben, ces vieilles bd étaient très certainement bien dessinées mais de là à dire qu'elles étaient sérieuses.... : :wink:
Il y avait souvent plusieurs niveaux de lecture dans ces BD pour tous.
Des sujets sérieux étaient abordés sans désir réel de faire de la morale.
Gaston était un distrait gaffeur mais il était aussi un écolo et un (gentil) anarchiste.
Image La couche du moche

Avatar du membre
CRISWEL
Maître Jedi
Maître Jedi
Messages : 18614
Enregistré le : jeu. 05 mai 2005, 20:22
Localisation : Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt

Re: Gaston Lagaffe, le film

Message par CRISWEL » dim. 28 janv. 2018, 00:15

Tovenaar a écrit : Gaston était un distrait gaffeur mais il était aussi un écolo et un (gentil) anarchiste.
Oui mais c'est sa période (fin 1979 je crois) que j'aime le moins... Là, j'avais compris que c'était la fin du personnage... Je l'aimais mieux dans son rôle de carotteur :lol:
- Tu me conduiras à l’église tout à l’heure, Il faut que je prie pour que le Père Franck Junior me téléphone.
- T’as qu’à l'appeler directement…
- C’est lui qui doit me téléphoner. C’est au fils d’appeler sa mère.
- Si je comprends bien : Tu vas à l’église pour que Dieu oblige Franck à te téléphoner ?
- Voilà, c’est ça…
- C’est pas vrai ! J’y crois pas ! Tu prends Dieu pour un employé du téléphone ?

Avatar du membre
Lord Foxhole
Maître 4e Dan
Maître 4e Dan
Messages : 4668
Enregistré le : mer. 29 sept. 2010, 19:30
Localisation : Hainaut (Belgique)

Re: Gaston Lagaffe, le film

Message par Lord Foxhole » dim. 28 janv. 2018, 02:21

CRISWEL a écrit : Ben, ces vieilles bd étaient très certainement bien dessinées mais de là à dire qu'elles étaient sérieuses.... : :wink:
Gaston Lagaffe était assurément une série purement comique...
Mais - on en a déjà parlé - pour son époque, c'était le contre-exemple type pour la belle jeunesse : un inadapté social, indiscipliné, feignant, maladroit, etc. Or, c'est ce personnage qui est désigné comme étant le " héros " sympathique de la série...
Pourtant, dans la vie réelle, soyez francs : qui aurait vraiment envie de travailler avec un gars pareil ?
Ce qui rend sympathique Gaston, c'est que c'est le grain de sable dans la mécanique : celui qui parasite le bon fonctionnement de sa boite, bouscule les habitudes, fait échouer les plans les mieux préparés, voire - même - fait carrément effondrer tout le Barnum.
Quelque-part, Franquin était doucement anarchiste.
“La barbarie est l'état naturel de l'humanité, [...]. La civilisation n'est pas naturelle. Elle résulte simplement d'un concours de circonstances. Et la barbarie finira toujours par triompher.” ― Robert E. Howard.

Avatar du membre
Tovenaar
Maître Jedi
Maître Jedi
Messages : 26646
Enregistré le : mar. 11 avr. 2006, 03:34
Localisation : de Vlieg op de Neus

Re: Gaston Lagaffe, le film

Message par Tovenaar » dim. 28 janv. 2018, 02:43

Lord Foxhole a écrit : Quelque-part, Franquin était doucement anarchiste.
Doucement ?
Il s'est bien lâché dans ses "Idées Noires".
Image La couche du moche

Avatar du membre
arsen33
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Messages : 1196
Enregistré le : mer. 09 oct. 2013, 14:29

Re: Gaston Lagaffe, le film

Message par arsen33 » dim. 28 janv. 2018, 11:15

Tovenaar a écrit :
Lord Foxhole a écrit : Quelque-part, Franquin était doucement anarchiste.
Doucement ?
Il s'est bien lâché dans ses "Idées Noires".
Franquin était surtout cafardeux. Pour moi il n'était pas anarchiste.
Je me demande ce qu'il ferait maintenant avec l'évolution de notre société. Enfin je devrais plutôt dire dévolution parce que là on y est en plein.

Jean-Louis
Guide Spirituel
Guide Spirituel
Messages : 6601
Enregistré le : mer. 27 août 2003, 02:00

Re: Gaston Lagaffe, le film

Message par Jean-Louis » dim. 28 janv. 2018, 11:52

Franquin c'était surtout un brave type et un humoriste, donc un observateur critique des travers de la société.

On a largement exagéré sa déprime ; il n'était pas bien (probable burn-out, et empoisonnement par un produit de traitement du bois), mais pas réellement dépressif. Un vrai dépressif, il reste prostré dans son coin, il n'a plus envie de rien, il ne fait plus rien.

Les Idées Noires, ce n'est pas l’œuvre d'un dépressif (il y est extraordinairement créatif), mais d'un artiste qui a (enfin) trouvé un moyen de pouvoir exprimer/dénoncer les choses qui le gênent et qui le révoltent...

Ce qui a accentué la légende de la dépression, c'est qu'avec les Idées Noires il paraît en rupture totale avec ce qu'il avait fait jusque-là. Mais si on est suffisamment observateur, on en trouve des traces dans ses travaux précédents.
Évidemment, pas question de faire ouvertement des Idées Noires chez Dupuis, dans un journal bien-pensant comme Spirou.
Il fallait un type barré comme Delporte, pour permettre l'existence du Trombone Illustré, expérience qui a fini par tourner court, car trop en rupture de ton avec le contenu gentillet et consensuel du reste du journal.

C'était l'époque aussi qui voulait ça, avec des auteurs qui secouaient les cocotiers de la routine, avec la création de l'Echo des Savanes, de Métal Hurlant, de Mormoil, et d'autres expériences...

Avatar du membre
nano
Demi-Dieu
Demi-Dieu
Messages : 9815
Enregistré le : jeu. 02 avr. 2015, 16:10

Re: Gaston Lagaffe, le film

Message par nano » dim. 28 janv. 2018, 14:16

Le fil de la discussion me porte à penser que finalement la grande force de Franquin et de quelques autres a été de donner plusieurs plans à ses productions. Gaston en est l'exemple typique chez Franquin comme le souligne Lord. Une lecture 1er degré pour les gamins et une lecture sous-tendant plus la critique sociale pour les adultes.
On retrouve ces mêmes ressorts chez le tandem Goscinny/Uderzo, Morris avec LL, Will et ses Tif et Tondu...

Je cherche des parallèles avec des auteurs d'aujourd'hui mais n'en trouve pas. Les registres me semblent plus étanches et monodimensionnels. Je serais curieux de savoir si certains d'entre nous ont des exemples récents de ces "doubles détentes".

Poursuivant ma réflexion, je me dis que finalement, il s'agissait bien là de l'essence même du "tous public".
Non pas une production qui satisferait le plus grand nombre "horizontalement" sur le modèle laminant du populaire mais bien "verticalement". La lecture étant différente suivant les tranches d'âge et/ou les couches sociales.

Ainsi, si on s'en tient à la partie satyre sociétale, nous serions enclin à voir chez Franquin des relents d'anarchisme. Relents qui n'apparaissent pas sur une lecture "1er degré".
Ce serait cependant, pour moi une erreur de conclure en ce sens. On peut stratifier facilement des œuvres.
De là à stratifier en conséquence des personnalités qui par nature sont constituées de couches sédimentées mais indivisibles...

Dans le même ordre d'idée, je ne peux conclure, à l'instar de jean-Louis quant au caractère dépressif de Franquin. Humour noir ne signifiant pas dépression mais plutôt causticité.

Enfin, je suis assez d'accord avec ce que dis Lord sur la difficulté de traduire fidèlement au cinéma, Gaston, dont la richesse réside justement dans la multiplicité de ses plans.

La production ne peut qu'axer sur un jeune public. Sachant qu'un gamin doit être accompagné, c'est "Benco" pour le nombre d'entrées.

Je n'irai donc pas voir cette bouse annoncée.
Si mes enfants deviennent pressants pour m'y contraindre, ne pouvant développer l'argumentaire de ce jour, je me contenterai de leur mettre une torgnole. L'injustice s'apprend aussi.
La petite fiente universelle!!!!!!!!!!

Jean-Louis
Guide Spirituel
Guide Spirituel
Messages : 6601
Enregistré le : mer. 27 août 2003, 02:00

Re: Gaston Lagaffe, le film

Message par Jean-Louis » dim. 28 janv. 2018, 14:57

nano a écrit :Le fil de la discussion me porte à penser que finalement la grande force de Franquin et de quelques autres a été de donner plusieurs plans à ses productions. Gaston en est l'exemple typique chez Franquin comme le souligne Lord. Une lecture 1er degré pour les gamins et une lecture sous-tendant plus la critique sociale pour les adultes.
On retrouve ces mêmes ressorts chez le tandem Goscinny/Uderzo, Morris avec LL, Will et ses Tif et Tondu...
Oui, c'est justement vu ; c'est ce qui peut expliquer d'ailleurs, que ces œuvres aient perduré, la richesse dans les nuances, la justesse graphique, et la profondeur du propos, sous une apparente simplicité, font qu'il est possible de les lire et les relire avec un bonheur toujours renouvelé.
Je cherche des parallèles avec des auteurs d'aujourd'hui mais n'en trouve pas. Les registres me semblent plus étanches et monodimensionnels. Je serais curieux de savoir si certains d'entre nous ont des exemples récents de ces "doubles détentes".
Oui ! Les travaux de Montellier, Sfar et Co. Quand on les lit, le sentiment immédiat, c'est de penser que c'est de la m... Mais on se dit aussitôt que ce n'est pas possible, qu'il doit y avoir un second degré, un énième degré, un sens caché, une esthétique ésotérique, hermétique au profane. On cherche, on fouille, on spécule, on met en abîme, et comme le ruban de Möbius, on revient toujours au point de départ, frustré et insatisfait. La conclusion à élaborer, c'est que ce sont des œuvres-miroirs, des auberges espagnoles lacunaires, où on ne consomme que ce qu'on a apporté, et que si on s'attend à être nourri et comblé, on reste sur sa faim, frustré et l'estomac gargouillant.
La grande force de ces auteurs majeurs (plus de 18 ans), c'est de permettre de chercher une lecture à plusieurs strates, d'envisager de multiples plans de compréhension, et de revenir toujours à la même conclusion que le sentiment de départ. Une telle homogénéité, une absence totale de dispersion dans le sens, une évidence telle, un refus viscéral de toute concession esthétique, de refus de toute compromission à céder au désir vain de manifester la moindre once de talent, force le respect. :jap:

Avatar du membre
Lord Foxhole
Maître 4e Dan
Maître 4e Dan
Messages : 4668
Enregistré le : mer. 29 sept. 2010, 19:30
Localisation : Hainaut (Belgique)

Re: Gaston Lagaffe, le film

Message par Lord Foxhole » dim. 28 janv. 2018, 17:39

nano a écrit : Le fil de la discussion me porte à penser que finalement la grande force de Franquin et de quelques autres a été de donner plusieurs plans à ses productions. Gaston en est l'exemple typique chez Franquin comme le souligne Lord. Une lecture 1er degré pour les gamins et une lecture sous-tendant plus la critique sociale pour les adultes.
On retrouve ces mêmes ressorts chez le tandem Goscinny/Uderzo, Morris avec LL, Will et ses Tif et Tondu...
Avec Tif et Tondu, je ne sais pas (c'est très classique, quand même)...
Mais pour les séries scénarisées par Goscinny, c'est plutôt manifeste. Un exemple, dans Lucky Luke, c'est de montrer que les colons du Vieil Ouest sont rarement aussi courageux que dans les westerns. Il y a des vrais courageux, mais ils sont assez rares...
Et les populations des petites villes sont régulièrement présentées comme des bandes de pleutres, qui s’aplatissent devant les professionnels de la violence. Lucky Luke est une bonne pâte, prêt à sauver ceux qui réclament son aide, mais il est également souvent consterné par la lâcheté de certains individus.
Étant donné ses origines (Goscinny est issu d'une famille de Juifs, émigrés en Amérique du Sud avant guerre) je me suis demandé s'il ne s'agissait pas d'une critique déguisée de la société française... En tous cas, de la façon dont les choses s'étaient déroulées au cours de l'Occupation. Quand quelques pistoleros sans scrupules règnent en tyrans sur des populations apeurées, ça peut évoquer certains souvenirs, je crois.
“La barbarie est l'état naturel de l'humanité, [...]. La civilisation n'est pas naturelle. Elle résulte simplement d'un concours de circonstances. Et la barbarie finira toujours par triompher.” ― Robert E. Howard.

Avatar du membre
mario
Maître 2e Dan
Maître 2e Dan
Messages : 2685
Enregistré le : dim. 08 août 2010, 15:21
Localisation : Paris

Re: Gaston Lagaffe, le film

Message par mario » dim. 28 janv. 2018, 18:01

Lord Foxhole a écrit :[
Étant donné ses origines (Goscinny est issu d'une famille de Juifs, émigrés en Amérique du Sud avant guerre) je me suis demandé s'il ne s'agissait pas d'une critique déguisée de la société française... En tous cas, de la façon dont les choses s'étaient déroulées au cours de l'Occupation. Quand quelques pistoleros sans scrupules règnent en tyrans sur des populations apeurées, ça peut évoquer certains souvenirs, je crois.
Bof !

Goscinny - et c'est sa force - n'a jamais bassiné personne avec ses origines et/ou l'Occupation.


Et puis la comparaison Ouest sauvage américain du XIXe siècle et la France des années 40 est purement oiseuse.

Avatar du membre
mario
Maître 2e Dan
Maître 2e Dan
Messages : 2685
Enregistré le : dim. 08 août 2010, 15:21
Localisation : Paris

Re: Gaston Lagaffe, le film

Message par mario » dim. 28 janv. 2018, 18:06

Jean-Louis a écrit : Oui ! Les travaux de Montellier, Sfar et Co. Quand on les lit, le sentiment immédiat, c'est de penser que c'est de la m...
Montellier et Sfar dans la même phrase ça n'a pas de sens. Pas la même époque. Pas le même style. Rien à voir.

Si tu ne sais pas les distinguer, je m'interroge sur la pertinence de tes analyses.

Bon je sais bien que c'est un clin d’œil (du mauvais œil) à mon égard.

Avatar du membre
mario
Maître 2e Dan
Maître 2e Dan
Messages : 2685
Enregistré le : dim. 08 août 2010, 15:21
Localisation : Paris

Re: Gaston Lagaffe, le film

Message par mario » dim. 28 janv. 2018, 18:15

Sinon sur le film, je pense que ...beurk!!! (je trouve pas l’émoticône qui dégueule).

Y a vraiment des gens qui vont aller voir ça ????

Déjà adapter de la BD au cinéma, c'est une mauvaise idée. Quel grand film est l'adaptation d'une BD ?

Je parle surtout de cinéma et de BD européenne. A la limite les films de super-héros dans leur genre grand spectacle hollywoodien tiennent la route.

Avatar du membre
CRISWEL
Maître Jedi
Maître Jedi
Messages : 18614
Enregistré le : jeu. 05 mai 2005, 20:22
Localisation : Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt

Re: Gaston Lagaffe, le film

Message par CRISWEL » dim. 28 janv. 2018, 19:04

mario a écrit :. Quel grand film est l'adaptation d'une BD ?

Oss117, les WC étaient fermés de l'intérieur , Petit con, je vais craquer (Films de Lauzier) :lol: :wink:
- Tu me conduiras à l’église tout à l’heure, Il faut que je prie pour que le Père Franck Junior me téléphone.
- T’as qu’à l'appeler directement…
- C’est lui qui doit me téléphoner. C’est au fils d’appeler sa mère.
- Si je comprends bien : Tu vas à l’église pour que Dieu oblige Franck à te téléphoner ?
- Voilà, c’est ça…
- C’est pas vrai ! J’y crois pas ! Tu prends Dieu pour un employé du téléphone ?

Avatar du membre
mario
Maître 2e Dan
Maître 2e Dan
Messages : 2685
Enregistré le : dim. 08 août 2010, 15:21
Localisation : Paris

Re: Gaston Lagaffe, le film

Message par mario » dim. 28 janv. 2018, 19:29

CRISWEL a écrit : Oss117, les WC étaient fermés de l'intérieur , Petit con, je vais craquer (Films de Lauzier) :lol: :wink:
Tu peux ajouter Gros Dégueulasse. Un navet supersonique alors que la BD de Reiser était mémorable.

Les films de Lauzier sont pas mal, c'est vrai. Pas des chef-d’œuvres mais ils sont bien. L'auteur adaptant son oeuvre, ça aide.

Leconte a fait de bons films, bien meilleurs que ses BD.

Les auteurs de BD font de meilleurs cinéastes que le contraire. Bon, en même temps, le contraire ne s'est jamais vu. :fonsde:

Jean-Louis
Guide Spirituel
Guide Spirituel
Messages : 6601
Enregistré le : mer. 27 août 2003, 02:00

Re: Gaston Lagaffe, le film

Message par Jean-Louis » dim. 28 janv. 2018, 21:37

mario a écrit :
Montellier et Sfar dans la même phrase ça n'a pas de sens. Pas la même époque. Pas le même style. Rien à voir.

Si tu ne sais pas les distinguer, je m'interroge sur la pertinence de tes analyses.

Bon je sais bien que c'est un clin d’œil (du mauvais œil) à mon égard.
:o Pas du tout, il n'y a aucun clin d’œil qui t'es adressé.
Les lecteurs (dont je suis) qui trouvent mauvais ce que font Montellier et Sfar, ne le font pas pour te faire bisquer.
Que ce soient des gens que tu apprécies n'est qu'une coïncidence fortuite...

Et Montellier et Sfar n'ont pas le même style, c'est vrai, mais ils ont bien des points communs (je ne précise pas plus, pour égard pour toi ; mais tu sais ce qu'on en pense), même si l'un a mieux réussi que l'autre...

Jean-Louis
Guide Spirituel
Guide Spirituel
Messages : 6601
Enregistré le : mer. 27 août 2003, 02:00

Re: Gaston Lagaffe, le film

Message par Jean-Louis » dim. 28 janv. 2018, 21:47

mario a écrit :Leconte a fait de bons films, bien meilleurs que ses BD.
Patrice Leconte a fait de la BD par accident, pour, disons des raisons alimentaires, en attendant d'avoir des ouvertures vers le cinéma.
Il a toujours voulu travailler dans le cinéma, et quand Goscinny l'a engagé, il faisait des études à l'IDHEC (Institut des hautes études cinématographiques)...

Ses amitiés avec des dessinateurs, dont Gotlib, qui adorait le cinéma, lui ont permis de faire ses premières armes comme cinéaste, et lui ont mis le pied à l'étrier pour commencer la carrière qu'il a eue ensuite.

Lauzier, lui il était bon dialoguiste, déjà dans ses BD, et fin observateur critique des travers de la société de l'époque.
Il a suivi le cursus progressif : BD, adaptation BD en pièces de théâtre, puis scénariste de films, puis scénariste et réalisateur.
mario a écrit : Les auteurs de BD font de meilleurs cinéastes que le contraire. Bon, en même temps, le contraire ne s'est jamais vu. :fonsde:
Oui, bon, moi, d'auteurs BD devenus cinéastes, je ne connais que les deux cas ci-dessus.
Pour l'inverse, ça ne tient pas à mon avis à une question de compétence, mais de rendement financier.
Quand on est installé dans le milieu du cinéma, ça doit être plus facile et moins fatigant de gagner de l'argent que d'être auteur BD.
Quoique si, dans ce cas il y a Jodorowski... :D

Sinon, je n'ai jamais vu non plus de chirurgien devenu garçon boucher, ni de pilote de course devenu meccano... :wink:

Répondre

Retourner vers « Séries TV, Cinéma & DVD »