Page 1 sur 1

Albert Uderzo (publications)

Posté : mer. 02 juin 2021, 18:05
par Jean-Louis
Riche actualité pour Albert Uderzo. :D
D'une part, trois publications sortent sur lui actuellement :

- Un hors-série Beaux-Arts :

Uderzo Beaux-Arts.PNG

- Un hors-série Le Parisien :
Uderzo Le Parisien.PNG

- Le catalogue/livre de l'exposition Albert Uderzo au musée Maillol à Paris jusque fin septembre, catalogue vendu en librairies :
Uderzo Comme une potion magique.PNG
- Et d'autre part, l'expo qui lui est consacrée au musée Maillol comme déjà énoncé ; tous les détails :

http://bdzoom.com/167938/actualites/alb ... n-magique/

Rappel de la monographie sur Albert Uderzo :

https://www.forumpimpf.net/viewtopic.ph ... o#p1075767

Autre sujet ancien sur Albert Uderzo, plus morbide :

https://www.forumpimpf.net/viewtopic.ph ... ert+uderzo

Re: Albert Uderzo (publications)

Posté : ven. 04 juin 2021, 04:13
par Jean-Louis
Je me suis fait plaisir, je me suis offert les trois, et ils sont complémentaires. :D

Le hors-série Le Parisien est le plus réussi, je trouve, avec un texte biographique bien écrit, plaisant et chaleureux sur la vie d'Uderzo et de Goscinny.
Interview de Sylvie Uderzo et d'Anne Goscinny les filles des précités.
Une autre interview d'Ada, la veuve d'Uderzo.
De nombreuses photos d'époque, et des reproductions de dessins et planches d'Uderzo.

Le hors-série Beaux-Arts a une présentation un peu style Paris-Match.
Une interview de Sylvie Uderzo, fille de son père.
Une section de reproductions de crayonnés de planches, ou plutôt de photocopies de crayonnés, car les planches ont évidemment été encrées, et les techniques de reproduction n'étaient pas aussi élaborées qu'aujourd'hui.
Pareil que l'autre hors-série, des photos et des reproductions.

Et le livre qui est en fait le catalogue de l'expo (donc relativement peu de texte), de très nombreuses reproductions sur du beau papier lisse et mat.
Ce qui est très intéressant, c'est qu'on peut voir ce qu'Uderzo a fait avant Astérix, qui est forcément plus mal connu que les deux Gaulois.

La lecture de ces ouvrages confirme que Goscinny et Uderzo, ce n'était pas qu'une collaboration professionnelle, ces deux-là étaient vraiment des amis très proches.
Ils étaient tombés en amitié dès qu'ils se sont vus, et les galères qu'ils ont traversées avaient encore plus scellé leur amitié.
Uderzo a mis plus de deux ans à surmonter le décès de son ami René, mort bêtement à 51 ans d'un test d'effort mal conduit.
La réussite et la fortune les avaient comblés, mais il ne faut pas oublier qu'outre le talent, c'est le résultat d'un travail acharné de forçat, et pendant des années, Albert Uderzo ne dormit que cinq heures par nuit. Il fallait qu'il abatte ses cinq planches par semaine (une d'Astérix, deux de Tanguy et Laverdure, deux de OumPahPah), plus ses travaux annexes, comme des couvertures et d'autres dessins...
Après, ça alla un peu mieux ; son frère Marcel put l'aider, et il transmit Tanguy et Laverdure à Jijé...

C'est un vrai plaisir d'admirer des planches d'Uderzo en noir et blanc (car pour la couleur, il était daltonien).

J'aimerais bien que sorte un jour une intégrale d'Astérix en noir et blanc.

Re: Albert Uderzo (publications)

Posté : jeu. 10 juin 2021, 03:45
par Jean-Louis
Je viens d'entamer la lecture de l'intégrale Tanguy et Laverdure.
Je ne raffole pas du tout des récits militaristes, c'est pour cela que j'ai longtemps repoussé l'achat de cette série.

Mais bon, Uderzo et Charlier ! :pouce: :chapeau:

Quand même, Uderzo était un génie graphique : arriver simultanément à faire une série réaliste et une série comique comme Astérix, il y a peu d'exemples semblables. En plus, c'est hyper-technique, T&L. C'est vraiment le grand écart graphique, entre les paysages bucoliques d'Astérix et les bases aériennes de TL.

Ah, et retrouver le style narratif de Charlier, un vrai bonheur !

Et puis au moins, comme les couleurs ont été refaites en plus réalistes (elles sont réussies), on n'a plus la torture de subir ces couleurs psychédéliques qui nous étaient infligées dans Pilote (dues à Claude Poppé ?).

Il y a une chose qui est dommage, c'est que Tanguy et Laverdure paraissaient à suivre dans Pilote, avec les planches en vis à vis, et qu'en bon feuilletoniste, Charlier se débrouillait pour avoir la dernière vignette de la planche de droite qui finissait sur un suspens ; et dans les albums, ce hang up narratif est gâché, car au lieu de tomber sur la page de droite, il tombe sur la page de gauche. Dommage.

Re: Albert Uderzo (publications)

Posté : jeu. 10 juin 2021, 09:08
par JYB
Jean-Louis a écrit : jeu. 10 juin 2021, 03:45 Je viens d'entamer la lecture de l'intégrale Tanguy et Laverdure.
Je ne raffole pas du tout des récits militaristes, c'est pour cela que j'ai longtemps repoussé l'achat de cette série.

Mais bon, Uderzo et Charlier ! :pouce: :chapeau:

Quand même, Uderzo était un génie graphique : arriver simultanément à faire une série réaliste et une série comique comme Astérix, il y a peu d'exemples semblables. En plus, c'est hyper-technique, T&L. C'est vraiment le grand écart graphique, entre les paysages bucoliques d'Astérix et les bases aériennes de TL.

Ah, et retrouver le style narratif de Charlier, un vrai bonheur !

Et puis au moins, comme les couleurs ont été refaites en plus réalistes (elles sont réussies), on n'a plus la torture de subir ces couleurs psychédéliques qui nous étaient infligées dans Pilote (dues à Claude Poppé ?).

Il y a une chose qui est dommage, c'est que Tanguy et Laverdure paraissaient à suivre dans Pilote, avec les planches en vis à vis, et qu'en bon feuilletoniste, Charlier se débrouillait pour avoir la dernière vignette de la planche de droite qui finissait sur un suspens ; et dans les albums, ce hang up narratif est gâché, car au lieu de tomber sur la page de droite, il tombe sur la page de gauche. Dommage.
Je crains que tu mélanges plusieurs choses en une seule.

1) les couleurs que tu qualifies de "psychédéliques" dans la série Tanguy ne furent appliquées que pour le premier épisode (lequel fait 84 planches mais - pour l'anecdote - fut tronçonné en deux autrefois, pour en tirer deux albums avec du remplissage car faire deux albums de 48 pages à partir d'une histoire en 84 planches implique des acrobaties dont seul Georges Dargaud, reconnu comme un grand filou qui se moquait de ce qu'il imprimait, était capable ; c'est dans l'intégrale Dargaud n°1 de 2014 que l'histoire a été publiée enfin en un seul morceau, sans cassure et sans triturages vaseux ; je n'ai pas la précédente intégrale pour dire si l'histoire est entière et sans cassure). Je suppose que tu commentes les couleurs de cette intégrale n°1 de 2014.

2) ces couleurs "psychédéliques" (en effet, parfois elles le sont...), au moins pendant les premiers mois de la prépublication dans Pilote entre fin 1959 et début 1960, étaient dues à un mystérieux "coloriste" (tu remarques les guillemets), d'origine italienne à ce qu'on m'a dit, qui faisait aussi les couleurs du début de Barbe-Rouge et d'Astérix, mais qui a été remplacé. Claude Poppé n'est intervenu que plus tard et n'a rien à voir avec ça. A noter que Marcel Uderzo, frère d'Albert, a dit qu'il a réalisé aussi des couleurs sur Tanguy (sur 1964-66, période où Marcel a secondé Albert) et il est possible que Marcel ait précédé Claude Poppé, ou réalisé des couleurs en alternance avec ce dernier (il faudrait faire un pointage, difficile de nos jours, tous les témoins ayant disparu).

3) les couleurs (de cette histoire) ont été refaites pour l'intégrale. Heureusement... mais malheureusement, je ne les trouve pas si terribles, et surtout, le coloriste a commis des erreurs documentaires et des étourderies. Quelqu'un de bien informé au sein de la maison m'a dit que ce coloriste a été sous-payé (Dargaud est pauvre, n'est-ce pas, et il ne s'agissait de colorier "que" la fameuse série Tanguy et "que" des dessins du grand Uderzo) et en plus il avait dû faire très vite, par contrat... Ces nouvelles couleurs ont au moins le mérite d'apporter une harmonisation dans l'ensemble de l'histoire.

4) la publication des planches de Tanguy dans Pilote , dessinées par Uderzo, se faisait non pas au hasard, mais en fonction de divers paramètres indépendants de la volonté du scénariste JM Charlier. Un coup, c'était une planche dans un numéro, un coup c'était deux planches. Ceci est dû principalement au fait qu'Uderzo dessinait à la fois Tanguy et Astérix, plus quelques travaux ponctuels (couvertures, illustrations, d'autres BD courtes), aussi il y avait alternance : parfois une planche de Tanguy quand il y avait deux planches d'Astérix, ou l'inverse la semaine d'après. De toute façon, pendant quelque temps, Uderzo dessinait aussi Oumpah-Pah dans Tintin (pas tout le temps, mais par épisodes espacés) et quand c'était ça, il n'y avait qu'une planche d'Astérix et qu'une planche de Tanguy dans Pilote, pendant des semaines et des semaines.
Ce n'est qu'à la reprise de Tanguy par Jijé à partir de la rentrée scolaire 1966 que les histoires de Tanguy ont paru dans Pilote à raison de deux planches en vis-à-vis, chaque semaine. Et il y a eu aussi deux planches d'Astérix, Uderzo s'étant "libéré" de Tanguy.

5) Charlier a toujours - je dis bien : toujours - prévu un suspense à la fin de chaque planche de n'importe quelle histoire qu'il a écrite, que ce soit Tanguy ou autre. Même pour des histoires qui ont été publiées directement en albums, les planches ont toutes un suspense. Car Charlier avait toujours en tête que ses histoires pouvaient être prépubliées dans un journal, à raison d'une planche ou deux par livraison, même si parfois cela n'a pas pu se faire (comme certains albums à la fin de sa vie, quand il n'avait plus de journal à disposition, ni Pilote qu'il a quitté en 1972, ni Spirou qu'il a quitté en 1979, ni Super As qui n'a duré qu'un an et demi sur 1979 et 1980 ; sur la fin de sa vie, Charlier a tenté de lancer une nouvelle revue hebdomadaire, mais il n'y a pas réussi). Bref, pour y revenir, qu'une planche (de Tanguy en l'occurrence) se retrouve à droite ou à gauche dans une intégrale, elle a un suspense.

Re: Albert Uderzo (publications)

Posté : jeu. 10 juin 2021, 13:40
par Jean-Louis
JYB a écrit : jeu. 10 juin 2021, 09:08 Je suppose que tu commentes les couleurs de cette intégrale n°1 de 2014.
Il s'agit de la 2015 -2021, la dernière en date.
ces couleurs "psychédéliques" (en effet, parfois elles le sont...), au moins pendant les premiers mois de la prépublication dans Pilote entre fin 1959 et début 1960, étaient dues à un mystérieux "coloriste" (tu remarques les guillemets), d'origine italienne à ce qu'on m'a dit, qui faisait aussi les couleurs du début de Barbe-Rouge et d'Astérix, mais qui a été remplacé. Claude Poppé n'est intervenu que plus tard et n'a rien à voir avec ça.
C'est bien pour cela que j'ai mis un point d'interrogation à Poppé ; je savais qu'il avait fait des couleurs, mais pas si c'était lui le massacreur psychédélique.
les couleurs (de cette histoire) ont été refaites pour l'intégrale. Heureusement... mais malheureusement, je ne les trouve pas si terribles, et surtout, le coloriste a commis des erreurs documentaires et des étourderies. Quelqu'un de bien informé au sein de la maison m'a dit que ce coloriste a été sous-payé (Dargaud est pauvre, n'est-ce pas, et il ne s'agissait de colorier "que" la fameuse série Tanguy et "que" des dessins du grand Uderzo) et en plus il avait dû faire très vite, par contrat... Ces nouvelles couleurs ont au moins le mérite d'apporter une harmonisation dans l'ensemble de l'histoire.
Moi je les aime bien, elles sont mieux que les précédentes, en tout cas.
Ce n'est qu'à la reprise de Tanguy par Jijé à partir de la rentrée scolaire 1966 que les histoires de Tanguy ont paru dans Pilote à raison de deux planches en vis-à-vis, chaque semaine. Et il y a eu aussi deux planches d'Astérix, Uderzo s'étant "libéré" de Tanguy.
Ah, alors Charlier, étant un des deux rédacteurs en chef de Pilote, était en position privilégiée pour savoir comment allaient être publiées les planches qu'il scénarisait. Donc il avait quand même une certaine capacité d'anticipation de comment allaient se présenter les planches dans la revue ; encore plus particulièrement à partir de septembre 1966.
Et comme il était toujours charrette pour livrer ses scénarios, leur publication se retrouvait quasiment en temps réel.
Charlier a toujours - je dis bien : toujours - prévu un suspense à la fin de chaque planche de n'importe quelle histoire qu'il a écrite, que ce soit Tanguy ou autre. Même pour des histoires qui ont été publiées directement en albums, les planches ont toutes un suspense.
Ben, ce n'est pas du tout flagrant. Je viens de vérifier.
Ce qui est vrai c'est qu'effectivement, le point culminant de la séquence en cours se situe presque toujours en bas de planche.
Ce qui m'a amené à poser mon hypothèse, c'est que j'ai remarqué plusieurs suspens qui se trouvaient du mauvais côté de l'album, mais je n'ai pas vérifié systématiquement sur toutes les pages...

Re: Albert Uderzo (publications)

Posté : jeu. 10 juin 2021, 14:30
par Jean-Louis
Autre sujet, je viens de m'offrir l'album : 'Comment Obélix est tombé dans la marmite du druide quand il était petit'.

Attention, ce n'est pas un album BD, c'est un livre illustré (mais au format des albums).

A l'origine, c'était une nouvelle écrite par Goscinny et illustrée par Uderzo, et paru dans Pilote en 1965.
Uderzo l'a étoffé, et l'a sorti sous la forme qu'il a en 1989 (32 pages).

Je suis bien content de me l'être procuré, on y voit Astérix et Obélix gamins y commettre l'anecdote fondatrice.

Par contre, si on regarde bien, on constate que ça devait être la fin où il encrait lui-même.
Après des décennies de dessin forcené, sa main était douloureuse et ne fonctionnait plus bien.
Ainsi, on peut observer que s'il a toujours un bon coup d’œil, il ne peut plus tracer des traits continus comme avant, ils sont devenus erratiques, hachés et en zigzag.
A une distance habituelle de lecture, ça ne se remarque pas, mais dès qu'on regarde un peu mieux, ça se voit, et ça fait peine de voir un dessinateur aussi talentueux perdre ses capacités.

Cela est hélas fréquent pour beaucoup de dessinateurs de cette génération, qui durent travailler longtemps comme des forçats pour joindre les deux bouts, et l'âge venu, en subir les séquelles sur la main et/ou les yeux...

Re: Albert Uderzo (publications)

Posté : jeu. 10 juin 2021, 15:05
par JYB
L'intégrale tome 1 que j'ai chez moi est bien datée de 2014 ("Copyright Dargaud 2014 PREMIERE EDITION"), avec une mention ajoutée disant : "Dépôt légal : janvier 2015". Elle a dû paraître à cheval sur fin 2014 et début 2015, ou alors être prévue pour parution en décembre 2014 mais repoussée à janvier 2015 ; ou encore imprimée en décembre 2014 et diffusée en janvier 2015. Bref, on doit parler de la même intégrale, et je suppose que tu parlais bien du tome 1 présentant l'histoire L'école des Aigles.
Jean-Louis a écrit : jeu. 10 juin 2021, 13:40 Ah, alors Charlier, étant un des deux rédacteurs en chef de Pilote, était en position privilégiée pour savoir comment allaient être publiées les planches qu'il scénarisait. Donc il avait quand même une certaine capacité d'anticipation de comment allaient se présenter les planches dans la revue ; encore plus particulièrement à partir de septembre 1966.
Et comme il était toujours charrette pour livrer ses scénarios, leur publication se retrouvait quasiment en temps réel.
Non non, je suis certain que ça n'a rien à voir. D'autant qu'il est arrivé des cas où ce sont ses dessinateurs qui n'ont pu fournir à temps les planches (soit qu'ils n'aient pas pu pour diverses raisons personnelles, soit que... Charlier soit en retard pour livrer son scénario...), donc ça cassait les prévisions "sur le papier".
Dans les premières années de Pilote, Charlier n'était pas encore rédacteur en chef ; il y avait un rédacteur en chef et un maquettiste qui s'occupaient de ce qu'on appelle le "chemin de fer", et Charlier devait s'y plier ; il devait aussi tenir compte, je le répète, des capacités de chacun de ses dessinateurs ; il ne faut pas oublier qu'il scénarisait aussi, à la même époque, Barbe-Rouge avec Victor Hubinon, alors que les deux auteurs réalisaient aussi Buck Danny pour Spirou... (et là encore, la vitesse d'exécution de ces BD en parallèle a entraîné des problèmes dans Spirou où parfois, ne paraissait qu'une planche de Buck Danny alors que d'habitude c'était deux planches hebdomadaires) ; enfin, Charlier écrivait aussi La Patrouille des Castors pour Spirou avec MiTacq, qui dessinait en même temps Jacques Le Gall dans Pilote, avec toujours Charlier au scénario. Longtemps, il n'y eut qu'une planche de Jacques Le Gall dans Pilote chaque semaine, une raison étant que MiTacq ne pouvait pas faire plus...
En plus, Charlier a fait, en tant que membre de la rédaction ou carrément rédacteur en chef, trois séries de reportages à l'autre bout de la terre ; pendant ces trois tours du monde, il était loin de la rédaction et pas au fait de ce qui s'y passait jour après jour. Je me demande d'ailleurs comment il faisait pour envoyer ses bouts de scénarios au fil de ses pérégrinations, tellement il était en retard (Hubinon m'avait écrit un jour - je cite de mémoire - : "Je recevais des scénarios écrits dans un avion, à bord d'un bateau, ou d'un train, ou dans sa chambre d'hôtel..."). Et à l'époque, il n'y avait pas Internet ni les téléphones portables.
Après l'arrivée de Jijé en septembre 1966, oui, il y avait toujours deux planches de Tanguy dans chaque numéro - sauf que, comme par hasard, la première histoire dessinée par Jijé fait 61 planches : il y a forcément eu un moment où une seule planche a paru dans Pilote ; et vu la méthode d'improvisation de Charlier, il n'avait sans doute pas prévu que cette histoire aurait un nombre impair de planches - ni qu'elle ferait nettement plus que les 46 habituelles. Une autre dessinée par Jijé ne fait "que" 45 planches. Une autre fait 48 planches et pour l'édition en album unitaire à l'époque, il a fallu amputer l'histoire de deux planches... Une histoire de Barbe-Rouge fait 49 planches (là aussi, il a fallu en amputer trois pour que ça entre dans un album unitaire qui ne peut contenir que 46 planches) ; ce n'était pas prévu que Charlier "tire" jusqu'à 49 planches, nombre impair, pour cette histoire alors que presque toutes les autres de Barbe-Rouge font 46 planches (sauf les deux premières qui en font 62).
Jean-Louis a écrit : jeu. 10 juin 2021, 13:40
Charlier a toujours - je dis bien : toujours - prévu un suspense à la fin de chaque planche de n'importe quelle histoire qu'il a écrite, que ce soit Tanguy ou autre. Même pour des histoires qui ont été publiées directement en albums, les planches ont toutes un suspense.
Ben, ce n'est pas du tout flagrant. Je viens de vérifier.
Ce qui est vrai c'est qu'effectivement, le point culminant de la séquence en cours se situe presque toujours en bas de planche.
Ce qui m'a amené à poser mon hypothèse, c'est que j'ai remarqué plusieurs suspens qui se trouvaient du mauvais côté de l'album, mais je n'ai pas vérifié systématiquement sur toutes les pages...
Si tu entends "suspense hitchkockien" à chaque fin de page quand je parle de suspense, en effet, ce n'est pas ça. Mais un suspense quand même, une interrogation, quelle qu'elle soit, une mise en alerte, un propos intrigant qui amène le lecteur à se demander ce qui va se passer à la page d'après, etc., je maintiens qu'il y a bien quelque chose de cet ordre d'idée, ce que tu appelles un point culminant, à chaque fin de page de n'importe quelle histoire. Mais si tu espères voir un énorme suspense, théâtral, ou qui prend à la gorge ou qui empêche de dormir, non...
Charlier est quand même connu pour avoir tenu en haleine tous ses lecteurs tant dans Spirou que Pilote ou Tintin ou autre, ces lecteurs attendant fébrilement la parution de leur journal préféré la semaine suivante pour savoir quel serait le dénouement des suspenses en cours. Et il y a une raison à ça, qu'il y ait une ou deux planches de chaque histoire dans chaque journal.
Il faut voir aussi que certaines histoires publiées à raison de deux planches par semaine dans Pilote (restons à Pilote) ont été replacées selon un autre rythme. Par exemple, un Blueberry et deux Barbe-Rouge ont été publiées dans Ouest-France, le quotidien régional, à raison d'un strip (pas une planche : un strip) chaque jour ; et si tu regardes bien, il y a un suspense même à la fin de chaque strip ; je le sais car j'avais lu ça quand j'étais adolescent, et chaque jour, je n'en revenais pas qu'il y ait quelque chose qui tient en haleine et qui me forçait alors à ne pas rater le journal du lendemain...

Re: Albert Uderzo (publications)

Posté : jeu. 10 juin 2021, 21:02
par Jean-Louis
JYB a écrit : jeu. 10 juin 2021, 15:05 L'intégrale tome 1 que j'ai chez moi est bien datée de 2014 ("Copyright Dargaud 2014 PREMIERE EDITION"), avec une mention ajoutée disant : "Dépôt légal : janvier 2015". Elle a dû paraître à cheval sur fin 2014 et début 2015, ou alors être prévue pour parution en décembre 2014 mais repoussée à janvier 2015 ; ou encore imprimée en décembre 2014 et diffusée en janvier 2015. Bref, on doit parler de la même intégrale, et je suppose que tu parlais bien du tome 1 présentant l'histoire L'école des Aigles.
C'est peut-être la même intégrale, mais pas la même édition ; mon tome 1 est copyright Dargaud 2015 (dépôt légal janvier 2015).
Ensuite les autres tomes s'échelonnent postérieurement (copyright 2017 pour les tomes 2 et 3).

Re: Albert Uderzo (publications)

Posté : jeu. 10 juin 2021, 21:23
par JYB
Jean-Louis a écrit : jeu. 10 juin 2021, 21:02 C'est peut-être la même intégrale, mais pas la même édition ; mon tome 1 est copyright Dargaud 2015 (dépôt légal janvier 2015).
Ensuite les autres tomes s'échelonnent postérieurement (copyright 2017 pour les tomes 2 et 3).
Oui, c'est la même intégrale (il y a une intégrale Tanguy en gros tous les 15 ou 20 ans ; là, c'est la dernière en date, de la seconde moitié des années 2010). Et l'édition du tome 1 que j'ai doit être la même que celle de ton tome 1.
En revanche, mon tome 2 est daté aussi de 2015 ; tu dois avoir une réimpression.

Re: Albert Uderzo (publications)

Posté : ven. 11 juin 2021, 01:29
par Jean-Louis
Pas sûr, les dépôts légaux de mes tomes 2 et 3 sont de juin 2017, alors que celui du tome 1 était resté de janvier 2015, malgré la réédition...

Re: Albert Uderzo (publications)

Posté : ven. 11 juin 2021, 10:26
par JYB
Jean-Louis a écrit : ven. 11 juin 2021, 01:29 Pas sûr, les dépôts légaux de mes tomes 2 et 3 sont de juin 2017, alors que celui du tome 1 était resté de janvier 2015, malgré la réédition...
Bizarre autant qu'étrange...

Re: Albert Uderzo (publications)

Posté : ven. 11 juin 2021, 12:54
par Blasond'argent
JYB a écrit : jeu. 10 juin 2021, 21:23
Jean-Louis a écrit : jeu. 10 juin 2021, 21:02 C'est peut-être la même intégrale, mais pas la même édition ; mon tome 1 est copyright Dargaud 2015 (dépôt légal janvier 2015).
Ensuite les autres tomes s'échelonnent postérieurement (copyright 2017 pour les tomes 2 et 3).
Oui, c'est la même intégrale (il y a une intégrale Tanguy en gros tous les 15 ou 20 ans ; là, c'est la dernière en date, de la seconde moitié des années 2010). Et l'édition du tome 1 que j'ai doit être la même que celle de ton tome 1.
En revanche, mon tome 2 est daté aussi de 2015 ; tu dois avoir une réimpression.
Les 4 premiers tomes sont de 2015 (tome 1 avec aussi date 2014) et chacun de ces 4 tomes possèdent la mention
PREMIERE EDITION

Re: Albert Uderzo (publications)

Posté : ven. 11 juin 2021, 13:33
par Jean-Louis
JYB a écrit : ven. 11 juin 2021, 10:26
Jean-Louis a écrit : ven. 11 juin 2021, 01:29 Pas sûr, les dépôts légaux de mes tomes 2 et 3 sont de juin 2017, alors que celui du tome 1 était resté de janvier 2015, malgré la réédition...
Bizarre autant qu'étrange...
Je n'ai pas la possibilité de comparer pour vérifier, mais peut-être que les tirages plus récents ont subi de légères corrections, ce qui a nécessité un nouveau dépôt légal... :heu: :deso: