PFA : Luciféra chez Elvifrance

Tout ce que vous voulez savoir sur les Petits Formats et sur la BD populaire est ici.
Retrouvez également l'actualité des Fumetti en France, les projets des éditeurs sans oublier les fanzines dédiés.
De Blek le Roc à Akim en passant par Tex Willer, Mister No ou Zagor, c'est ici que ça se passe !!
Nutello
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Messages : 1219
Enregistré le : lun. 14 juil. 2014, 21:35

PFA : Luciféra chez Elvifrance

Message par Nutello » lun. 12 sept. 2016, 08:59

LuciJ.jpg
LUCIFERA.

Si Terror et Outretombe, respectivement quatrième et cinquième titres publiés par Elvifrance, inaugurent une des deux branches des collections de cette maison d'édition en présentant des récits complets sans héros récurrents, suivis d'autres collections comme Terrificolor, les célèbres Série bleue, jaune, rouge et verte, puis d'autres titres encore comme Contes féérotiques, Contes satyriques, les Série rose, violette, orange, etc., un autre pan important de la production est celle de longues sagas centrées sur un personnage principal.

Ce sont ainsi trois titres de personnages permanents, Isabella, Jungla, Jacula, qui inaugurent les publications Elvifrance, et d'autres suivront : Vénus de Rome, Goldboy, Luciféra, Lucrèce, Mortimer, Zara, Zordon, etc.
Dans les éditions françaises, le plus souvent la série porte le nom du personnage, comme dans les exemples précédents. Mais ce n'est pas toujours le cas. Blanche Neige (en Italie : Biancaneve) apparaît dans Contes malicieux, Ophélie (en Italie : Cimiteria) dans Série demi-jaune, Super-terrifiant, Satires, Incube et Série blanche, Sukia dans Electrochoc, Yra et Ulala dans Satires, etc. Vampirissimo puis Super-diabolique regroupent des récits de Luciféra et Jacula.

Huitième titre publié par les éditions Elvifrance, Luciféra commence sa parution en mars 1972.
LuciD.jpg
LuciD.jpg (16.61 Kio) Vu 2247 fois
Modifié en dernier par Nutello le lun. 12 sept. 2016, 09:07, modifié 1 fois.

Nutello
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Messages : 1219
Enregistré le : lun. 14 juil. 2014, 21:35

Re: PFA : Luciféra chez Elvifrance

Message par Nutello » lun. 12 sept. 2016, 09:06

LuciB.jpg
LuciB.jpg (15.83 Kio) Vu 2245 fois
Faust, médecin et savant, est un vieil homme qui consacre son énergie à la création d'un philtre devant rendre bons les hommes. Sentant que son grand âge risque de le trahir et de l'empêcher de mener à terme la mission qu'il s'est donnée, il décide de vendre son âme au diable en échange de la jeunesse afin d'avoir le temps de parfaire son œuvre. Ayant regagné son ardeur de jeune homme, Faust retrouve en même temps le trouble des sens, et se prend de passion pour la fille d'un paysan voisin, Marguerite.
LuciE.jpg
De son côté, le démon, qui n'est pas dupe, tâche d'empêcher Faust d'atteindre son but. Il envoie pour cela sur terre l'une de ses diablesses, Luciféra, pour qu'elle profite de cette ardeur retrouvée et trouble Faust, le détournant de son travail, et un diable charmeur, Koorsan, pour qu'il séduise de son côté Marguerite. La manœuvre réussit puisque Luciféra peut annoncer fièrement à Satan : "Depuis que je suis auprès de Faust, il n'a pas travaillé un seul jour au philtre du bien. Et Marguerite a donné le jour à notre messie !" (Luciféra n° 14 p. 40).
LuciC.jpg
LuciC.jpg (19.45 Kio) Vu 2239 fois
Luciféra est de fait une créature somptueuse aux charmes physiques évidents, doublée d'une criminelle atroce semant meurtres, massacres et damnations sur son chemin, assassinant quiconque se dresse, volontairement ou par hasard, devant elle. L'auteur des premiers épisodes, Leone Frollo, offre des portraits saisissants de sa nature diabolique : voir par exemple Luciféra n° 14 p. 46, 47 ; et on peut ajouter deux dessins dus à d'autres dessinateurs : n° 70 p. 60, n° 84 p. 77.
LuciA.jpg
Ce que le démon n'avait toutefois pas prévu, est que son envoyée satanique se prendrait d'intérêt pour le docteur rajeuni. Et si elle s'emploie, par sa sensualité, à le détourner de ses recherches, elle n'en demeure pas moins soucieuse de sa survie et devient d'une certaine manière son "ange gardien", en tout cas sa fidèle alliée, n'hésitant pas à intervenir régulièrement pour lui sauver la vie. Elle n'hésite pas ainsi à descendre dans l'antre d'un cyclope pour l'en remonter (n° 3), intervient auprès de Satan pour que celui-ci l'aide dans son "affrontement" avec les Walkyries (n° 4), le sauve de la crucifixion à Byzance (n° 10), de la mort par le froid et l'épée à Sprügen (n° 13), de l'écartèlement chez les chevaliers teutoniques (n° 14), d'un coup d'épée (n° 38), etc.
Luci26.png
Dans "Sabbat" (n° 6), Luciféra va jusqu'à désobéir à Satan qui lui demande de quitter Faust pour revenir en enfer. Quand elle désobéit une nouvelle fois à Satan dans "Je suis une femme, plus une diablesse" (n° 26), le démon lui enlève ses pouvoirs et fait d'elle une femme - presque - "normale".
Modifié en dernier par Nutello le lun. 12 sept. 2016, 09:21, modifié 1 fois.

Nutello
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Messages : 1219
Enregistré le : lun. 14 juil. 2014, 21:35

Re: PFA : Luciféra chez Elvifrance

Message par Nutello » lun. 12 sept. 2016, 09:15

Étrangement, le n° 1 de Luciféra, "Les flammes de l'enfer", paraît en France le même mois que le n° 1 de Terror hors série, "L'ombre du malin", sur un scénario rigoureusement similaire et dans un même décor, la Thuringe.
Luci1.png
terrorhs1.png
On y trouve la même sorcière, le philtre du bien, et des scènes identiques dans l'un et l'autre titres, par exemple celle où le frère de l'héroïne, nommée Marguerite dans Luciféra comme dans Terror hors série, veut châtier le démon qui a séduit sa sœur, ou celle où le héros délivre une femme de sa ceinture de chasteté (Luciféra n° 13, Terror hors série n° 2). Dans Terror hors série, la diablesse se nomme Belzéba. Le nom du héros, Wertel, fait penser à Werther des Souffrances du jeune Werther, autre ouvrage, après Faust, très célèbre de Goethe.
Luci13.png
terrorhs2.png
Mais si Terror hors série n° 1 et 2 présentent une courte série, Luciféra va développer une longue épopée. 99 numéros vont se suivre de mars 1972 à septembre 1980, prolongés d'autres épisodes dans Vampirissimo et dans Super-diabolique mêlés à des rééditions.
Luci-a2.png

Nutello
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Messages : 1219
Enregistré le : lun. 14 juil. 2014, 21:35

Re: PFA : Luciféra chez Elvifrance

Message par Nutello » lun. 12 sept. 2016, 09:20

La série se décompose en plusieurs cycles :

Du n° 1 à 7, se mettent en place les machinations de Satan et Luciféra pour empêcher Faust de travailler à son philtre et corrompre Marguerite, qui deviendra mère d'un démon.
Luci2.png
Du n° 7 à 11, Faust et Luciféra parcourent le proche et le moyen orient, de Jérusalem à Bagdad puis à Byzance. Faust rencontre en chemin Catherine, jeune vénitienne enlevée par les Turcs, qui remplace momentanément Marguerite dans ses pensées.
Luci3.png
Les n° 11 et 12 présentent des aventures vénitiennes, et la vengeance de Catherine contre sa mère qui l'a reniée.
Luci4.png
Dans le n° 13, dans une brève anecdote Faust débarrasse une femme, dont le mari est aux croisades, de sa ceinture de chasteté. Le retour inopiné du seigneur et mari crée le drame.
Luci5.png
Dans les n° 13 et 14, Faust et Luciféra rencontrent les chevaliers teutoniques, ordre auquel ils sont obligés d'adhérer avant d'en être chassés.
Luci6.png

Jean-Louis
Guide Spirituel
Guide Spirituel
Messages : 6599
Enregistré le : mer. 27 août 2003, 02:00

Re: PFA : Luciféra chez Elvifrance

Message par Jean-Louis » lun. 12 sept. 2016, 09:22

Ah, Luciféra ! :love1:

J'ai toujours été frappé de la parenté de style entre Leone Frollo et John Buscema.

Un jour il faudra que je me penche sur la chronologie, voir qui a pu influencer l'autre.

Voir notamment la ressemblance entre Luviféra et Shalla Ball (Silver Surfer), et Satan chez les deux dessinateurs (Satan dans Silver Surfer, aussi).

Nutello
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Messages : 1219
Enregistré le : lun. 14 juil. 2014, 21:35

Re: PFA : Luciféra chez Elvifrance

Message par Nutello » lun. 12 sept. 2016, 09:26

Dans les n° 14 et 15, Faust et Luciféra reviennent en Thuringe et au cycle de départ. On retrouve les personnages du début, et le même thème : la lutte entre l'Église et les envoyés du démon. Comme toujours, Faust est ballotté dans et par les événements, sans bien comprendre ce qui lui arrive.
Luci7.png
Du n° 15 à 18, Luciféra devient la maîtresse du Sanguinaire, puis sa remplaçante. Elle lutte ensuite avec le prince de Mayence, puis contre lui, avant de devenir enfin sa maîtresse.
Luci8.png
Du n° 18 à 21, Luciféra et le prince de Mayence se lancent dans la quête du Graal. Ils passent par le monde des sirènes et atteignent ce qui deviendra les États-Unis.
Luci9.png
Du n° 22 à 25, Faust retrouve Marguerite qu'il avait perdue depuis le début du n° 7. Recommence la lutte des forces du bien contre celles du mal, avec le triomphe de ces dernières grâce aux manœuvres de Luciféra.
Luci10.png
Du n° 26 à 41, Faust et Luciféra s'associent à une troupe d'archers rebelles pour lutter contre l'usurpateur qui s'est emparé de la région. C'est au cours de cette partie de la série que, sur décision de Satan, Luciféra cesse d'être une créature infernale pour devenir une femme (Luciféra n° 26).
Luci11.png

Nutello
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Messages : 1219
Enregistré le : lun. 14 juil. 2014, 21:35

Re: PFA : Luciféra chez Elvifrance

Message par Nutello » lun. 12 sept. 2016, 09:31

Le n° 40 présente une brève apparition du fils de Marguerite, devenu un démon adulte.
Luci12.png
Du n° 41 à 45, Faust part à la recherche d'un alchimiste ayant composé un philtre de jouvence. Luciféra rencontre le chef des Saxons.
Luci13.png
Du n° 45 à 49, l'armée des Francs envahit la Saxe. Une fois de plus, Faust et Luciféra se trouvent opposés dans des camps adverses. Luciféra redevient une diablesse, et Faust est changé en homme-araignée (n° 49).
Luci14.png
Du n° 50 à 69, Luciféra, grâce à ses manigances, déclenche de nouvelles guerres entre Saxons, Lombards et Francs, et même entre Arabes et Berbères lors d'un séjour à Cordoue.
Luci15.png
Du n° 70 à 72, Luciféra reprend sa lutte contre le bien, en faisant se rencontrer le fils de Marguerite et du cyclope, et la fille qu'elle a eue avec Faust.
Luci16.png

Nutello
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Messages : 1219
Enregistré le : lun. 14 juil. 2014, 21:35

Re: PFA : Luciféra chez Elvifrance

Message par Nutello » lun. 12 sept. 2016, 09:35

Du n° 72 à 76, Luciféra sème la luxure dans un couvent.
Luci17.png
Du n° 77 à 81, Luciféra s'attaque à Charlemagne.
Luci18.png
Du n° 82 à 86, Luciféra retrouve le chef des Saxons, au moment où les Francs envahissent une nouvelle fois la Saxe.
Luci19.png
Du n° 86 à 89, Luciféra se rend en Italie pour pousser le duc de Fioul à entrer en guerre contre les Francs.
Luci20.png
A partir du n° 89, Luciféra retourne une fois de plus en Saxe. Elle pousse les Francs à combattre les Maures en Espagne.
Luci22.png

Nutello
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Messages : 1219
Enregistré le : lun. 14 juil. 2014, 21:35

Re: PFA : Luciféra chez Elvifrance

Message par Nutello » lun. 12 sept. 2016, 09:40

LuciG.jpg
En 1974 et 1977, Numa Sadoul est sous le charme. Après avoir résumé avec précision les 18 premiers fascicules dans Phénix n° 40 (août 1974), il se livre, trois ans plus tard, à une analyse minutieuse dans Phénix n° 47 (janvier 1977).
"Parmi toutes les publications qu'Elvifrance traduit de l'italien, Luciféra me paraît l'une des plus fortes, l'une des plus captivantes et peut-être la plus belle. Cette bande "pleine de bruit et de fureur" charrie des torrents de flammes, de sang et de tendresse. Elle atteint à une espèce de permanence dans la qualité, mêlant l'érotisme le plus fou à un sens rarissime de l'aventure. Avec cette histoire, nous sommes conviés à des émotions intenses, des passions excessives, de mystérieuses sensations qui prennent leur source à la profondeur de notre mythologie inconsciente. (...) Elle sait marier (...) un irréel à couper le souffle avec un peu courant sens de l'humain, le rêve avec la vérité, l'émotion avec le grotesque et pas mal d'humour avec une violence jamais tragique" (Phénix n° 40 p. 38).
LuciO.jpg
Dès les premiers mots de présentation en ouverture de son étude, Numa Sadoul est élogieux. Il se livre ensuite à un bref résumé historique du mythe de Faust à travers diverses légendes et interprétations successives, y compris musicales avec les opéras de Berlioz et de Gounod (Phénix n° 47 p. 15). De ce fond mythologique, les auteurs de la bande dessinée n'ont gardé que les personnages de Faust et de Marguerite. Quant à Méphistophélès, c'est donc Luciféra, diablesse somptueuse, qui le remplace.
LuciH2.jpg
Le récit développé par la bande dessinée s'échappe des versions "classiques" - après tout le titre est Luciféra et non Faust - pour s'enrichir d'autres mythologies, mêlant les époques sans trop de souci de chronologie pourvu que cela évoque le moyen âge et la Renaissance. Numa Sadoul passe ainsi en revue les diverses époques entremêlées dans ce récit, depuis le XIe siècle des croisades et du pape Urbain II jusqu'au XVe siècle et la conquête de la Pologne par les chevaliers teutoniques. Il resitue les événements que traversent Faust et Luciféra, alignant historiques des croisades, de l'Inquisition, de l'ordre teutonique avec les dates précises (Phénix n° 47 p. 16).
LuciN.jpg

Nutello
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Messages : 1219
Enregistré le : lun. 14 juil. 2014, 21:35

Re: PFA : Luciféra chez Elvifrance

Message par Nutello » lun. 12 sept. 2016, 09:46

Luci29.png
A la page 51 de Luciféra n° 19, on lit cette note: "Les colonnes d'Hercule : ainsi était appelé le détroit de Gibraltar. A cette époque, les gens croyaient que la terre était plate et qu'elle se terminait là". Pour rétablir un peu de vérité scientifique et historique, rappelons qu'au IIIème siècle avant notre zéro conventionnel, Clèomède avait fort logiquement compris que la terre était sphérique, et Ératosthène de Cyrène (275 - 195) avait calculé son rayon.
Luci24.png
Comme autre petite entorse historique, signalons plus prosaïquement le port du porte-jarretelles (Luciféra n° 60, 70, 78, 79, 80, 88, 92, 96) et des bas résille (n° 99).
Luci25.png
Considérant lui-même qu'"il nous importe peu que les exploits de Luciféra se rient" de la vérité historique (Phénix n° 47 p. 16), Numa Sadoul aborde ensuite l'analyse des thématiques.
Luci42.png

Nutello
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Messages : 1219
Enregistré le : lun. 14 juil. 2014, 21:35

Re: PFA : Luciféra chez Elvifrance

Message par Nutello » lun. 12 sept. 2016, 09:53

"A première vue, le monde fantastique de la série est celui de la sorcellerie et des prodiges moyenâgeux dont le Romantisme a fait son cheval de bataille : sorcières et démons voisinent avec fées et géants, les héros légendaires se heurtent aux magies d'un univers onirique, les philtres succèdent aux sortilèges, les envoûtements précèdent les messes noires, des forces naturelles "brutes" parcourent les éléments rendus à la vie première et des rituels initiatiques équilibrent les visions infernales, les sabbats, les prodiges de l'Irréel. Il y a là-dedans tout un arsenal d'alchimie et de songe que la raison ne gouverne pas" (Phénix n° 47 p. 16).
Luci54.png
Au mythe premier de Faust et aux références à la sorcellerie et la démonologie, telles qu'on les associe aujourd'hui volontiers à notre représentation du moyen âge, vient donc s'ajouter un florilège de thèmes tirés de multiples traditions et légendes : l'histoire de Blanche Neige et des sept nains (n° 2) ; le cyclope de L'Odyssée (n° 3) ; les Walkyries (n° 4) ; une allusion au Cheval de Troie (n°8) ; Aladin et sa lampe (n°9) ; l'ogre (n° 11) ; la quête du Graal (n° 18 à 21) ; le Maelstrom (n° 18) ; les sirènes (n° 19) ; Robin des bois (n° 26) ; les Amazones (n° 28 et 38) ; la Lorelei (n° 45) ; Circée et les compagnons d'Ulysse changés en porcs (n° 55) ; Pasiphaé, mère du Minotaure (n° 58) ; l'épée Durandal (n° 90).
Luci55.png
Et même la mythologie chrétienne, inversée, avec la naissance du petit-fils de Satan, le messie du mal (Luciféra n° 3 p. 103). "L'épisode reprend méthodiquement, mais à rebours, quelques faits célèbres de la naissance du Christ" (Phénix n° 47 p. 17) : la crèche, l'étoile, l'adoration du nourrisson, les présents, la fuite, le massacre des nouveau-nés (Luciféra n° 7).
Luci56.png
Signalons aussi des mythologies plus récentes, principalement cinématographiques : le crabe géant (n° 19) ; l'étrange créature du Lac noir pourvue d'un visage frankensteinien (n° 20) ; les chasses du comte Zaroff (n° 28 ) ; l'araignée géante (n° 47) ; la caravane de chariots bâchés de westerns (n° 58, 59). Ces diverses références contribuent à donner parfois l'impression d'un récit fait de bric et de broc, et certains mélanges ne relèvent pas toujours de la meilleure inspiration.
Luci64.png
Numa Sadoul, enfin, conclut son étude en soulignant l'humour et la gaillardise, la paillardise de l'œuvre, évoquant Voltaire (Phénix n° 47 p. 18), le roman picaresque (p. 18), le Décaméron et le Satyricon (p. 19).
Luci71.png

Nutello
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Messages : 1219
Enregistré le : lun. 14 juil. 2014, 21:35

Re: PFA : Luciféra chez Elvifrance

Message par Nutello » lun. 12 sept. 2016, 09:59

Au centre de ce pandémonium, la thématique clef demeure les conflits et affrontements à travers "la querelle sempiternelle du Bien et du Mal. Mais si ce dernier est partout visible, largement déployé, principalement incarné en Satan, le Bien ne se voit jamais, il est caché, sans présence, sans épaisseur, sans porte-drapeau valable" (Phénix n° 47 p. 16). Il est vrai que ses deux principaux représentants, Faust et Marguerite, entretiennent eux-mêmes des relations ambiguës avec le mal. Faust, dans le premier épisode, vend son âme au diable. On peut argumenter que ce renoncement au salut éternel est sans doute l'acte le plus généreux et le plus héroïque qui soit, bien plus grand que de donner sa vie pour autrui, puisque Faust l'accomplit dans un but charitable, tâcher de sauver les humains du mal. Il n'en demeure pas moins que cet acte sent le soufre. Ainsi marqué du sceau du mal, il ne peut pas toucher la Lance exposée à Byzance (Luciféra n° 10).
Luci75.png
Marguerite pour sa part, après avoir été violée par un cyclope géant, devient la mère du messie du mal (Luciféra n° 3). Au lieu de faire disparaître cet enfant, connaissant sa nature démoniaque, elle le protège et pour cela va jusqu'à assassiner une femme et son enfant lors d'un sabbat (Luciféra n° 6).
Luci76.png
"Voilà pourquoi l'on peut dire que le manichéisme traditionnel est totalement inversé: le Bien est sans poids, sans saveur, triste, vaincu d'avance, le Mal triomphe superbement" remarque Numa Sadoul (Phénix n° 47 p. 16). Il est vrai aussi que le triomphe du mal est précisément une caractéristique des récits fantastiques publiés par Elvifrance.
Luci78.png
Encore faut-il se demander ce qui, ou ce que, représente le mal dans cette série. "Satan est beau comme seul peut l'être un diable. Ses infernales orgies donnent envie de connaître la damnation éternelle ! Ses esclaves et ses messagers, à l'image du Maître, ont tout ce qu'il faut pour séduire. Et même les défenseurs du Bien ne peuvent donner le change : le Grand Inquisiteur est un vicieux qui se retrouve naturellement en Enfer, Frère Jean est un beau moine sadique compensant dans la cruauté des tendances homosexuelles mal ou pas assumées du tout. Il y a dans Luciféra une complète sexualisation du manichéisme, mais à l'avantage du prétendu Mal : les Enfers ne sont autres qu'un gigantesque bordel, le Bien n'exerce que pour oublier les tentations de la chair" (Phénix n° 47 p. 16). L'idée de pureté elle-même est mise à mal et comme le souligne Numa Sadoul (p. 16), c'est grâce à un philtre, "donc un artefact", que Marguerite retrouve sa virginité physique.
Luci81.png
"Sous-tendue par une fausse naïveté qui est celle de l'humour (...), Luciféra atteste la force des pulsions sexuelles, leur magie, leur pouvoir créateur" ajoute Numa Sadoul (p. 16) qui achève de dénoncer "deux mille ans de perversité judéo-chrétienne" (p. 17). "La lutte se résume à un concours pour la jouissance et tous les moyens sont bons pour y parvenir" note Numa Sadoul (p. 17) qui remarque encore: "Les "forces du Mal" ici déchaînées sont celles, brutes et pures, d'un fantastique instinct vital" (p. 18).
Luci35.png

Nutello
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Messages : 1219
Enregistré le : lun. 14 juil. 2014, 21:35

Re: PFA : Luciféra chez Elvifrance

Message par Nutello » lun. 12 sept. 2016, 10:03

Par là même, cette prétendue problématique bien-mal se révèle bien anodine, relevant d'une pensée et d'une symbolique largement désuètes, et fleurant l'opposition tardive au puritanisme et à la morale chrétienne. Signifier que ce qui se veut le bien - la vertu et la chasteté défendues par l'Église - n'est en rien bienfaisant, et que le mal - la "tentation de la chair" - n'est pas si malfaisant, apparaît aujourd'hui comme une thématique bien rodée et héritée de toute une tradition, loin d'être novatrice et pas davantage subversive. La critique de l'Église et du christianisme tient avant tout du discours très convenu. Rire aux dépends des hypocrites et des donneurs de leçons est une vieille recette, même si elle semble fonctionner toujours. Cette critique de la "perversité judéo-chrétienne" se présente au bout du compte plutôt comme un bon prétexte pour montrer la "tentation de la chair" à l'œuvre. Quant à dire que "le Bien est sans poids, sans saveur, triste, vaincu d'avance, le Mal triomphe superbement", tout le monde sait que "l'on ne fait pas de bons films avec les trains qui arrivent à l'heure", comme dit une maxime.
Luci43.png
Guère subversive en vérité, cette série peut même prendre des accents franchement rétrogrades, ainsi dans la séquence où, quand Luciféra découvre qu'elle est enceinte, et fait une drôle de tête, Faust lui dit : "Tu n'es pas heureuse ? Toutes les femmes sont heureuses d'attendre un enfant" (Luciféra n° 31 p. 51).
Luci47.png
Dans un texte ultérieur, publié dans Schtroumpf n° 16, de février 1978, Numa Sadoul a corrigé de lui-même : "Le lecteur moyen paraît, à l'image des auteurs peut-être, singulièrement chauviniste mâle, (...) fermé à l'idée d'une émancipation possible de la femme. C'est ce qui a fait dire à certains qu'Elvifrance est une maison réactionnaire" (Schtroumpf n° 16 p. 11).
"Dans les bandes Elvifrance, tout est permis, tout arrive, sauf que la femme soit l'égale de l'homme - et Lucrèce et Luciféra ne me feront pas mentir - et sauf que l'homme atteigne à la maturité sexuelle tant ses frustrations apparaissent rigoureuses. Prenons le cas de l'homosexualité : chaque fois qu'un "pédé" ou qu'une "tante" sont mis en scène, c'est inévitablement pour être tournés en dérision, maltraités, voire massacrés" (p. 11). "Sans doute le lecteur type demande-t-il assouvissement de ses blocages les plus courants, et sans doute s'agit-il d'un lecteur à projections "éduquées", donc uniquement viriles, guerrières, dominatrices, revanchardes et somme toute conformistes" (p. 11, 12).
On peut noter un singulier changement de ton en l'espace d'une année, entre les deux textes de Numa Sadoul publiés respectivement dans Phénix (janvier 1977) et dans Schtroumpf (février 1978).
Luci49.png
Bien que contemporaines de la fameuse "libération sexuelle" du tournant des années 1960 et 1970, et d'ailleurs publiées à l'occasion de celle-ci, les bandes dessinées publiées par Elvifrance n'en exprimaient pas vraiment les idées, et sûrement pas celles de l'émancipation des femmes et de la reconnaissance de l'homosexualité. A l'opposé, ces récits véhiculaient parfois des concepts résolument archaïques.
Modifié en dernier par Nutello le jeu. 13 oct. 2016, 17:01, modifié 2 fois.

Nutello
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Messages : 1219
Enregistré le : lun. 14 juil. 2014, 21:35

Re: PFA : Luciféra chez Elvifrance

Message par Nutello » lun. 12 sept. 2016, 10:05

VIOLENCE.

Cette série se caractérise par sa violence incessante. La vengeance, premier moteur de conflits dans des séries comme Terror, Outretombe ou Terrificolor, y est toutefois peu rencontrée.
Luci8.png
Le grand thème violent est celui de la guerre et ses massacres de populations, que ce soient les divers conflits entre humains, ainsi les croisades ou les guerres incessantes entre Francs, Saxons et Lombards, et aussi l'affrontement des forces infernales et celles de l'Église.
Remarquons que la plupart de ces guerres sont dues à Luciféra, précisément dans le cadre de son action au service de Satan. Ajoutons les assassinats en tout genre, dont beaucoup perpétrés par Luciféra, les décapitations régulières, les supplices du pal, les bûchers, et un certain penchant pour les énucléations et les castrations.
Modifié en dernier par Nutello le jeu. 13 oct. 2016, 17:03, modifié 1 fois.

Nutello
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Messages : 1219
Enregistré le : lun. 14 juil. 2014, 21:35

Re: PFA : Luciféra chez Elvifrance

Message par Nutello » lun. 12 sept. 2016, 10:14

COUVERTURES.

Les couvertures des 99 fascicules de Luciféra montrent avant tout des "scènes uniques". Certaines sont à mosaïques, 9 étant constituées d'une scène principale augmentée d'un visage, 5 à 2 scènes, 4 à 3 scènes, 1 à 4 scènes. Globalement, elles sont plus simples dans leur configuration que celles de Terror, Outretombe et Terrificolor.
Luci86.png
Réalisées sans grand talent, elles illustrent assez fidèlement le contenu des fascicules. La plupart, 79 sur 99 (79,79 %), mettent en scène Luciféra en personnage principal. Parfois, Luciféra figure à part égale avec un autre personnage (n° 10, 11, 40) ; en personnage secondaire (n° 16, 51, 53, 98) ; en simple visage ajouté à une scène valorisant un autre personnage (n° 33, 34, 52, 59, 77, 86).
Luci-a1.png
Luci52.png
Sur le n° 19, Luciféra porte étonnamment la tenue de Vampirella.
LuciV.jpg
Luci19.png
Modifié en dernier par Nutello le lun. 12 sept. 2016, 18:06, modifié 2 fois.

Nutello
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Messages : 1219
Enregistré le : lun. 14 juil. 2014, 21:35

Re: PFA : Luciféra chez Elvifrance

Message par Nutello » lun. 12 sept. 2016, 10:18

Soulignons quelques scènes notables :

- Marguerite et les sept nains (n° 2) ;
- l'homme habillé en ours et sodomisé par un nain (n° 30) ;
- la jeune rebelle torturée par la langue d'une chèvre (n° 34) ;
Luci34.png
- la paysanne déguisée en fleur et possédée par un homme habillé en abeille (n° 37, 38) ;
- Luciféra et Marguerite se disputant à pleines mains le sexe d'Arn enfermé dans une cage, la première pour le castrer, la seconde pour le préserver, jusqu'à un sérieux arrosage de Marguerite (n° 40) ;
- Marguerite et Faust changé en araignée (n° 53) ;
Luci53.png
- Luciféra combattant nue au milieu d'un champ de bataille (n° 60) ;
- quelques castrations buccales (n° 58, 59, 93) ;
- une castration par un serpent (n° 62) ;
- la séquence dans laquelle Luciféra se déshabille devant des prisonniers de guerre, afin qu'ils se caressent en la regardant, trahissant ainsi s'ils sont droitiers ou gauchers, et puissent ensuite être amputés de leur main directrice : lesquelles mains sont ensuite utilisées, piquées au bout de perches, en guise de panneaux "stop" à une frontière, puis en tant que flèches indicatrices dans un dédale de cavernes (n° 64) ;
- côte à côte, Luciféra s'accouplant avec un dieu invisible et Arn avec une femme-araignée (n° 66) ;
- Luciféra exhibée nue devant la population d'une ville, frappée et couverte de crachats (n° 73) ;
- la somptueuse diablesse sans nom ouvrant la porte des enfers (n° 77).

Nutello
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Messages : 1219
Enregistré le : lun. 14 juil. 2014, 21:35

Re: PFA : Luciféra chez Elvifrance

Message par Nutello » lun. 12 sept. 2016, 10:21

Luciféra

n° 1 Les flammes de l'enfer (mars 1972)
n° 2 Le bosquet enchanté
n° 3 L'abîme du péché
n° 4 Le philtre de la virginité
n° 5 Un enfant sur le bûcher
n° 6 Sabbat
n° 7 Le messie du mal
n° 8 A la croisade!
n° 9 La tête coupée de Saladin
n° 10 Les byzantins
n° 11 L'oiseau de feu
n° 12 Femme perverse
n° 13 Les chevaliers teutoniques
n° 14 Vers la Thuringe
n° 15 Les tentations de frère Jean
n° 16 Le sanguinaire
n° 17 Quand le mal triomphe
n° 18 Erotisme infernal
n° 19 Les sirènes
n° 20 Le Saint-Graal
n° 21 Urbain II
n° 22 Le mal est mon bien
n° 23 La revanche du mal
n° 24 A feu et à sang!
n° 25 Le triomphe de Luciféra
n° 26 Je suis une femme, pas une diablesse
n° 27 Les archers de l'amour
n° 28 La violence et le plaisir
n° 29 Défi à Satan
n° 30 Amour de feu
n° 31 Les tripes à l'air
n° 32 Piège pour Luciféra
n° 33 Passion singulière
n° 34 Le supplice de la chèvre
n° 35 La mort en face
n° 36 On recherche folle diabolique
n° 37 Une terrifiante découverte
n° 38 La liberté ou la mort
n° 39 Vive l'amour!
n° 40 Le bénéfice du mal
n° 41 La fille du bien
n° 42 Délices mortelles
n° 43 Cherchez la diablesse
n° 44 Dévorée d'amour
n° 45 La grande panique
n° 46 Etreinte fatale
n° 47 Le piège de l'araignée
n° 48 Les Saxons
n° 49 Le châtiment de Faust
n° 50 Je t'apprendrai la luxure
n° 51 Trahison
n° 52 Folles naines
n° 53 Aux ordres de Satan
n° 54 La bête immonde
n° 55 Eternel désir
n° 56 Le supplice de Saladin
n° 57 Les jeux de l'enfer
n° 58 Ollé taureau!
n° 59 Paradis artificiel
n° 60 Portrait diabolique
n° 61 Jour de carnage
n° 62 Comme un chien
n° 63 Moisson infernale
n° 64 Hymne à la cruauté
n° 65 Vive Luciféra!
n° 66 Etreintes sismiques
n° 67 Feu au ventre
n° 68 L'esprit frappeur a frappé
n° 69 Les dépravés
n° 70 La male gloire
n° 71 Au cœur de l'apocalypse
n° 72 Les abîmes du sexe
n° 73 La marche hérétique
n° 74 Ne priez pas pour moi
n° 75 Une diablesse au couvent
n° 76 Vade retro, Satana!
n° 77 Passeport pour l'enfer
n° 78 Pépin le Bossu
n° 79 T'as vu l'oiseau?
n° 80 Le roi est mort, vive le roi
n° 81 Mille et des poussières...
n° 82 Diable de femme
n° 83 Complètement noirs!
n° 84 Je la veux vivante!
n° 85 Crève, salope!
n° 86 Chaussures à mon pied
n° 87 A chacun sa chacune
n° 88 L'amour, toujours l'amour...
n° 89 Les larmes de Luciféra
n° 90 Roland fait fureur
n° 91 Le prince arabe
n° 92 Piège pour Charlemagne
n° 93 Alyce au pays des Francs
n° 94 Pauvre roi Didier
n° 95 Oh! Les cornes!
n° 96 En route pour l'Espagne
n° 97 Le faucon de Roncevaux
n° 98 Un ange passe...
n° 99 Un plan diabolique (septembre 1980)

Suite dans Vampirissimo puis Super-diabolique.
LuciIt.jpg
Modifié en dernier par Nutello le lun. 12 sept. 2016, 10:37, modifié 1 fois.

Nutello
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Messages : 1219
Enregistré le : lun. 14 juil. 2014, 21:35

Re: PFA : Luciféra chez Elvifrance

Message par Nutello » lun. 12 sept. 2016, 10:29

Planches de Frollo à voir ici :

http://www.comicartfans.com/searchresul ... 20Lucifera
LuciY.jpg

Luciféra vue par Birago Balzano :
LuciZ3.jpg

J.J.I.
Maître 4e Dan
Maître 4e Dan
Messages : 4771
Enregistré le : ven. 14 avr. 2006, 18:28
Localisation : NÎMES

Re: PFA : Luciféra chez Elvifrance

Message par J.J.I. » lun. 12 sept. 2016, 15:15

NUTELLO ça devient répétitif de te féliciter pour ce super boulot :clap: mais c'est indispensable et bien mérité :pouce:
De bien beaux posts comme on voudrait en voir plus souvent :love1:
Merci à toi ! :king:
:beer:
parti voir ailleurs si...

Avatar du membre
drou
Maître Jedi
Maître Jedi
Messages : 13017
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2003, 02:00
Localisation : Melrand (56) et aujourd'hui Echillais (17)

Re: PFA : Luciféra chez Elvifrance

Message par drou » lun. 12 sept. 2016, 16:02

super boulot pour toutes ces revues Elvifrance :jap:
il y a toujour un PF qui vous manque
pour retrouver la petition sur swing c'est ici
viewtopic.php?t=6129

Répondre

Retourner vers « Le Cercle des PF disparus ? / La BD Populaire en 2018 »