Page 1 sur 36

La case mémorable

Posté : mar. 13 avr. 2010, 11:17
par zaitchick
La case mémorable est la case qui marque le lecteur dans son jeune âge. Porteuse d'atmosphère, source de fascination ou de répulsion, elle titille son imaginaire. Raymond en parle très bien ici

Lors de mes lectures, différentes cases m'ont marquées. Revues à l'âge adulte, je réalise à quel point le prisme du souvenir les a déformées et embellies. (la "voiture-vache des As, par exemple) Néanmoins, certaines gardent leur charme.

Voici l'une d'elles, tirées de Janus Stark 14 (Mon Journal) paru en octobre 1976.

A Londres, au début du 20e siècle, un mystérieux colosse fait dérailler les trains de nuits. Janus Stark le poursuit et découvre son identité.

Image

La mise en scène, l'éclairage expressionniste, la taille du monstre, son allure pataude et son geste menaçant m'avaient alors fortement impressionné. J'y voyais toute la démesure de l'affrontement entre le héros et cette créature, héros qui me semblait d'autant plus courageux qu'il était clairement désavantagé.

Et vous, des images qui vous reviennent ?

Re: La case mémorable

Posté : mar. 13 avr. 2010, 16:24
par mlpr
J'ai pratiquement appris à lire avec les X-Men. Je les ais découvert dans les premiers Strange qu'achetait mon père au début des années 70 et je les ais suivi jusque dans Spécial Strange. J'étais amoureux de Jean Grey. John Byrne était le plus grand dessinateur du monde et Chris Claremont n'était pas bavard.
De fait, beaucoup de cases restent à mes yeux mémorables : Serval furax dans les égoûts, l'apparition magistral, pleine page, de Magnéto dans le spécial strange 18, le fauve et Phénix perdus dans une tempête de neige, Cyclope et Jean Grey passant la nuit dans les rocheuses. Cette scène, à l'époque j'avais 11 ans, me parue être le premier moment "adulte" et "vraie" que j'ais jamais vu dans un comic. Mais celle qui me frappa le plus intervient dans la 2ème partie du classique "futur antérieur" (spécial strange 36).
Dans le futur les X-Men survivants se font massacrer par les sentinelles. Les mêmes, 30 ans plus tôt, essaient d'éviter la mort d'un homme politique qui rendrait ce futur apocalyptique viable. La mort de Serval telle que décrite dans cette case a carrément été traumatisante pour le jeune lecteur que j'étais (même si, au final, elle sera invalidée puisque le sénateur sera sauvé). Je ne suis pas sûr que Marvel ait produit de scène aussi violente que celle là à l'époque. Je me souviens avoir fait une longue pause lorsque j'étais tombé dessus et avoir pris un temps avant de terminer la cuillère de confiture que j'allais porter à ma bouche.
Près de 30 ans ont passé mais cet épisode me rend toujours mal à l'aise. C'était le temps où la mort dans un comics Marvel avait encore un peu de sens et où l'on ne plaisantait pas avec ce type d'évènement.

Re: La case mémorable

Posté : mar. 13 avr. 2010, 16:35
par zaitchick
mlpr a écrit : J'étais amoureux de Jean Grey. John Byrne était le plus grand dessinateur du monde et Chris Claremont n'était pas bavard.

J'adore ce type. :ange:
Serval furax dans les égoûts,

Celle-là, elle a marqué du monde.
Mais celle qui me frappa le plus intervient dans la 2ème partie du classique "futur antérieur" (spécial strange 36).
Près de 30 ans ont passé mais cet épisode me rend toujours mal à l'aise. C'était le temps où la mort dans un comics Marvel avait encore un peu de sens et où l'on ne plaisantait pas avec ce type d'évènement.

Tout à fait d'accord avec toi.
Et c'est l'un des derniers épisodes de LA grande période des X-Men.
Pour moi, après le départ de Byrne, ils n'ont plus jamais retrouvé ce niveau.

Re: La case mémorable

Posté : mer. 14 avr. 2010, 16:53
par zaitchick
Petit recadrage.

Quand on parle de "case", il s'agit d'une vignette de bande-dessinée, donc d'un élément d'une continuité narrative. Elle est un élément d'une suite de cases, si vous préférez.
Elle peut figurer le début d'une action (on peut parler de case d'exposition - genre la grande case qui ouvre l'album d'Astérix), une étape de son déroulement (même si la BD fonctionne par ellipses, on ne peut pas tout éluder) ou un aboutissement (genre la scène du banquet d'Astérix - mais elle ne clôt pas obligatoirement le récit, juste l'action.) Par exemple :

Image

La première vignette montre le début de l'action (des vampires se préparent à attaquer) et la situe dans l'espace et dans le temps (une ferme, la nuit) ;
La seconde montre l'action en cours (les vampires pénètrent la maison) ;
la 3e montre la fin de l'action (le vampire agresse le fermier : l'action ne semble pas achevée - le fermier non plus - mais sur cette vignette se termine le récit en flash-back - dites "analepse" pour vous la, péter dans les cocktails mondains - donc il s'agit bien de la case finale.)

La case va nous marquer pour une raison X ou Y : parce qu'elle présente un coup de théâtre ou un cliffhanger (par exemple, l'apparition de Galactus à la fin d'un épisode des Fantastic Four), un retournement de situation (Arcade éclate de rire lorsqu'il annonce à Fatalis que Diablo s'est évadé de son piège), parce qu'elle met en exergue le moment de tension paroxystique d'un récit (le fameux climax - par exemple, Iron Man décoche le coup de poing fatidique qui va mettre Hulk KO debout), une action saisie dans son déroulement (Giraud était marqué par une vignette de Jigé montrant un indien se ruant sur Jerry Spring alors que, simultanément, le cow-boy ouvrait le feu avec son fusil sur son agresseur cf. Les cahiers de la BD) etc.

La case mémorable n'est pas nécessairement le fruit d'une prouesse graphique particulière (elle fait partie d'une suite or un dessinateur n'est pas un illustrateur, il ne pense pas ses cases séparément mais en fonction de l'action qu'il veut rendre), néanmoins elle marque le lecteur (peut-être plus qu'elle ne le devrait) au point qu'il en garde le souvenir et l'embellit... Au risque d'être un peu déçu quand il la revoit. Par exemple, un de mes amis était marqué par la vue en coupe du Baxter Building dans un récit des Fantastic Four.

Est-ce qu'un dessin de couverture est une case mémorable ? Oui et non.

Non parce que le dessin de couverture n'appartient pas à une suite : il synthétise une action clé du récit en BD voire plusieurs actions, et annonce le contenu du livre. Il est donc autonome. (Et parfois, il n'est pas l'œuvre du dessinateur du récit - cf. les cover artists des comics - ou il est exécuté dans un style radicalement différent - cf. les couvertures peintes des albums franco-belges - les couvertures des Chevaliers du Ciels ont d'ailleurs été refaites pour que Tanguy et Laverdure ressemblent à leurs incarnations télévisuelles, ce qui laissait perplexe le jeune lecteur lorsqu'il découvrait la tête de Laverdure dans l'album !)

Oui, parce que certaines cases synthétisent une action : par exemple, la fameuse vignette de Tintin(que je me garderai de reproduire), tirée de l'album Le Crabe aux Pinces d'Or, dans laquelle Hergé décompose à travers l'attitude de différents berbères le mouvement de fuite des pillards effrayés par les cris de colère du capitaine Haddock (en réalité, ils sont effrayés par l'approche d'une colonne de méharistes... Peut-on parler de double focalisation ? Non. ça suffit pour ce post la masturbation cervicale !)

Donc, postez les images de BD qui vous ont marquées, ce qui compte, c'est de se faire plaisir.

Re: La case mémorable

Posté : mer. 14 avr. 2010, 21:29
par johngiskan
Beaucoup d'images... mais deux très fortes ! La première a déjà été évoquée. Il s'agit de Wolverine dans le Spécial Strange. On sent bien que cela va trancher sévère dans le prochain épisode ! Claremont + Byrne + Austin = ce qui s'est fait le mieux dans l'histoire des X-Men. La seconde image est celle de l'affrontement de Daredevil avec le Tireur dans le Strange 138. Depuis ce jour, et un peu avant quand même, j'adore DD :love1:

Re: La case mémorable

Posté : mer. 14 avr. 2010, 22:53
par arruziel
Pour moi il s’agit d’une case de l’épisode de l’araignée parue dans Marvel 07 / 1970 ou l’araignée est démasqué par le Dr Octopus alors son pire ennemie devant Betty le flirt de Peter à l’époque, de J.J. Jameson et de la police. Pour moi la carrière de spiderman comme justicier était finie après cela, je ne voyais pas comment il pourrait s’en tirer.
Si plus tard je lui préférerais John Romita SR pour son coté plus esthétique, Steve Ditko était alors le seul dessinateur de l’araignée que je connaissais et il était alors au mieux de sa forme.
Même encore aujourd’hui je trouve son spiderman plus dynamique et bondissant que celui de John Romita SR.
Spidrman_Marvel07_1970.JPG

Re: La case mémorable

Posté : mer. 14 avr. 2010, 23:48
par zaitchick
Effectivement, moment fort et dramatique de la série.
Le style de Ditko conserve son élégance près de 50 ans après !

Re: La case mémorable

Posté : jeu. 15 avr. 2010, 21:14
par Tovenaar
C'était en 1962 et j'avais récupéré une énorme pile d'albums et d'illustrés du grenier de ma grand-mère.
Il y avait des albums de tintin, un de Blake et Mortimer.
Il y avait aussi un recueil Vaillant et un autre, Wrill.
Et puis, un gros paquet d'illustrés comme Coq Hardy, Hurrah, King Kong et… un "Atome Kid" !

Je savais à peine lire, mais c'est cette vignette provenant d'Atome Kid qui m'a le plus marqué :

AK027Rollinson14-01.gif
Atome Kid n°27 - Artima 1959

C'est une vignette de la série La Famille Rollinson dans l'Espace.

Je suis devenu fan de science-fiction, d'Artima et de bédé populaire en général.
Pourtant, sauf les albums et recueils, tout a été brûlé par mon père dans le fond du jardin ! :zidane:

Peu de temps après, je découvrais Météor et les autres productions Artima, dont les petits formats Big Boy/Big Boss, Foxie, Mystic, etc., tous soldés.

Mon sort était scellé ! :wink:

Re: La case mémorable

Posté : ven. 16 avr. 2010, 00:37
par Raymond
Bonne idée, ce sujet. :pouce:

Je vais me permettre de faire une confidence. Lorsque j'ai imaginé le billet sur la case mémorable, ce n'est pas E. P. Jacobs que j'avais choisi en premier, mais plutôt François Craenhals. Je pensais à l'image finale qui se trouve dans la Corne de Brume.

Lorsque j'ai regardé dans l'album, je me suis rendu compte que ma mémoire était mauvaise. Cette image est plutôt spéciale, puisque la tête de Gwendoline dépasse les limites du cadre (habile effet qui amplifie l'émotion). Une partie du dessin s'encastrant dans la vignette du dessus (j'ai coupé cette partie dans l'image que je vous montre), il devenait difficile de le retenir comme "case mémorable" (c'est d'ailleurs plutôt une séquence mémorable). Je me suis alors rabattu sur une vignette de Jacobs. :wink:

Il reste que dans mon enfance, cette image m'a arraché quelques larmes.

Re: La case mémorable

Posté : sam. 17 avr. 2010, 00:27
par Jean-Louis
Raymond a écrit : Une partie du dessin s'encastrant dans la vignette du dessus (j'ai coupé cette partie dans l'image que je vous montre), il devenait difficile de le retenir comme "case mémorable" (c'est d'ailleurs plutôt une séquence mémorable).

Ben si, ça peut, à mon avis ; ce n'est qu'un détail de mise en page... :o

Re: La case mémorable

Posté : sam. 17 avr. 2010, 02:23
par Tovenaar
zaitchick a écrit :Est-ce qu'un dessin de couverture est une case mémorable ? Oui et non.

Oui, parce que certaines cases synthétisent une action : par exemple, la fameuse vignette de Tintin(que je me garderai de reproduire), tirée de l'album Le Crabe aux Pinces d'Or, dans laquelle Hergé décompose à travers l'attitude de différents berbères le mouvement de fuite des pillards effrayés par les cris de colère du capitaine Haddock (en réalité, ils sont effrayés par l'approche d'une colonne de méharistes... Peut-on parler de double focalisation ? Non. ça suffit pour ce post la masturbation cervicale !)

Alors cette couverture est publiable ici :

Image

Je l'avais vue en vignette en 4e de couverture de quelques RC Artima de science-fiction, mais je ne trouvais pas le fascicule !
Mon imagination vagabondait tellement que j'en rêvais la nuit : des extraterrestres se cachant sous la mer et capturant des humains pour… les manger ?
Je devais avoir 7 ans.

Puis j'ai trouvé ce numéro d'Aventures Fiction soldé avec d'autres Artima dans un magasin près de chez moi.
Quelle joie !
J'avais déjà lu l'histoire illustrée sur la couverture avant d'être rentré à la maison. Je ne fus pas déçu ! :love:

Je relis encore régulièrement cette courte histoire et j'en ai acquis 2 versions américaines il y a quelques années.

Ce n'est pas très rationnel, tout ça, c'est viscéral ! :fou3:

:wink:

Re: La case mémorable

Posté : sam. 17 avr. 2010, 18:10
par mikay
:bye: ...beaucoup d'images aussi et j'ai choisi celle de Blek dans l'épisode LA DIGENCE PERDUE ( KIWI 245 ) .
il se trouve en TRES mauvaise posture dans un endroit ou il n'y a aucune ouverture donc pas de sauvetage de la part de quiconque et Blek se résigne dans la case suivante à une mort certaine car la lame se rapproche lentement de sa poitrine et...c'est tout car l'épisode est à suivre ...
je me souviens que je me suis torturé les méninges pour trouvé toutes les solutions possible pour qu'il soit sauvé et le mois a été long pour avoir la conclusion...

Superbement dessiné par Mitton qui avec le son de la lame procure cette peur que je retrouverai plus tard en visionnant les films de la Hammer ...

L'offensive de la tête

Posté : sam. 17 avr. 2010, 19:40
par zaitchick
Raymond a écrit :Bonne idée, ce sujet. :pouce:

Merci Raymond.
Mais c'est un peu grâce à toi.

Raymond a écrit :Lorsque j'ai regardé dans l'album, je me suis rendu compte que ma mémoire était mauvaise. Cette image est plutôt spéciale, puisque la tête de Gwendoline dépasse les limites du cadre (habile effet qui amplifie l'émotion). Une partie du dessin s'encastrant dans la vignette du dessus (j'ai coupé cette partie dans l'image que je vous montre), il devenait difficile de le retenir comme "case mémorable" (c'est d'ailleurs plutôt une séquence mémorable).

Si la tête délimite la case, alors elle forme un tout avec la case. Et une case peut résumer une action.Je ne vois pas où est le problème.

Raymond a écrit :Il reste que dans mon enfance, cette image m'a arraché quelques larmes.

C'est ce qui la rend mémorable.

Re: La case mémorable

Posté : sam. 17 avr. 2010, 19:44
par zaitchick
Prof TNJ a écrit :
zaitchick a écrit :Est-ce qu'un dessin de couverture est une case mémorable ? Oui

Alors cette couverture est publiable ici :

Image

Oui.

Je relis encore régulièrement cette courte histoire et j'en ai acquis 2 versions américaines il y a quelques années.

Pourquoi 2 ? Elles différaient en quoi ?

Ce n'est pas très rationnel, tout ça, c'est viscéral ! :fou3:

Au cul la rationalité.

Re: La case mémorable

Posté : sam. 17 avr. 2010, 19:47
par zaitchick
mikay a écrit ::bye: ...beaucoup d'images aussi et j'ai choisi celle de Blek dans l'épisode LA DIGENCE PERDUE ( KIWI 245 ) .
il se trouve en TRES mauvaise posture dans un endroit ou il n'y a aucune ouverture donc pas de sauvetage de la part de quiconque et Blek se résigne dans la case suivante à une mort certaine car la lame se rapproche lentement de sa poitrine et...c'est tout car l'épisode est à suivre ...

Et alors ? Il s'en tire comment ?

Superbement dessiné par Mitton (pléonasme :wink: ) qui avec le son de la lame procure cette peur que je retrouverai plus tard en visionnant les films de la Hammer ...

Ou dans Le Puits et le Pendule. avec Vincent Price.

Re: La case mémorable

Posté : sam. 17 avr. 2010, 19:50
par Tovenaar
mikay a écrit :... cette peur que je retrouverai plus tard en visionnant les films de la Hammer ...

Scène reprise de la nouvelle d'Edgar Allan Poe "Le puits et le pendule" (The Pit and de Pendulum) - 1842.
Le film "The Pit and the Pendulum" est un film de 1961 dirigé par Roger Corman avec Vincent Price et Barbara Steele.

pitandpendulummovie.jpg

Ce n'est pas une production de la Hammer, mais la confusion est fréquente.

:wink:

zaitchick a écrit :
Je relis encore régulièrement cette courte histoire et j'en ai acquis 2 versions américaines il y a quelques années.

Pourquoi 2 ? Elles différaient en quoi ?

La mise en couleur n'est pas du tout la même.

Re: La case mémorable

Posté : sam. 17 avr. 2010, 23:16
par zaitchick
Merci pour ces précisions Prof.

Nouvelle case marquante due à George Perez (encreur ?) dans La Ligue de Justice (DC-Arédit, 1982).

Darkseid, le dieu du mal est mort à l'issue de la série New Gods (alors abandonnée par Jack Kirby). Il se manifeste alors à des pions terriens qui seront l'instrument de sa résurrection.

Image

Dans cette vignette (panoramique verticale), le dieu crève le sol et se dresse de toute sa hauteur. Il a l'aspect d'un gigantesque golem composé de béton et de pierres. Les canalisations évoquent des serpents autour de lui puis dessinent des veines saillantes sur son corps minéral. Bien qu'il ne s'agisse que de matière animée, Darkseid semble présent, habité par la colère et l'esprit de revanche. Devant lui, les vilains paraissent minuscules, écrasés par une force qui les dépasse.

Une image qui m'avait marqué tant Perez avait su rendre la fureur et la puissance du dieu vindicatif.

Re: La case mémorable

Posté : dim. 18 avr. 2010, 12:11
par Garth
Prof TNJ a écrit : "Le puits et le pendule" (The Pit and de Pendulum) -

La version française des années soixante est…  géniale. Disponible sur le site de l'INA :wink:
http://boutique.ina.fr/video/art-et-cul ... le.fr.html

Pour ce qui concerne mes cases mémorables, il y en a une tirée de Hondo (1964) et une tirée de Spécial Kiwi.
Je m'en vais scanner ça ce jour ! :wink:

Voici celle de Hondo
.

Re: La case mémorable

Posté : dim. 18 avr. 2010, 13:03
par zaitchick
C'est plutôt une séquence.
mais c'est vrai que ça marque.

Une autre.
Lorsque j'apercevais mon grand-père entrer chez le père Sahut (le marchand de journaux du bourg), je me collais dans son sillage avec l'espoir de me faire offrir un "illustré". Ce jour-là, comme souvent, pépé était disposé à m'offrir une BD, à condition que ce ne soit pas "des pifs et des pafs" (comprendre Pif Gadget ou assimilé.) Je jetais alors mon dévolu sur une revue dont la couverture, dynamique m'attirait...

Image

On y voyait une créature de métal, dans une pièce remplie d'ordinateurs, qui tentait de foudroyer de son regard un homme costumé en diable et sa compagne tout de noir vêtue... tandis que, derrière lui, deux êtres, en métal également, pénétraient dans le laboratoire. Cette scène avait quelque chose de fascinant. Elle donnait envie de voir à l'intérieur...

Re: La case mémorable

Posté : dim. 18 avr. 2010, 14:59
par Garth
zaitchick a écrit :C'est plutôt une séquence.
mais c'est vrai que ça marque.


Surtout à 9 ans ! :wink: