Buck Danny

Discussions générales autour de l'univers des albums de bandes dessinées et des Mangas.
Les Parutions, les Auteurs, les Magazines dédiés, etc.

Re: Buck Danny

Messagepar JYB » Jeu 19 Oct 2017, 22:36

Tovenaar a écrit:
JYB a écrit:
s'il changeait quelque chose, c'était sur l'injonction d'un supérieur faisant partie de l'équipe éditoriale.

D'où la question de captainbop.

:wink:
Et d'où ma réponse...
JYB
Compagnon
Compagnon
 
Messages: 173
Inscription: Sam 19 Avr 2014, 15:18

Re: Buck Danny

Messagepar captainbop » Ven 20 Oct 2017, 00:22

Bonjour JYB,

Ce que vous affirmez à propos du lettreur laisse entendre qu'avant le "bon à tirer" le produit fini était forcément contrôlé, comparé au scénario original, pour vérifier l'éventuelle existence d'une modification n'ayant pas fait l'objet d'une autorisation.

Chez Artima il semble qu'on ne s'est pas laissé émouvoir. Chacun était libre d'adapter l'oeuvre à sa guise, le dessinateur et le lettreur...
Pas de traces au revers de la planche, ce qui n'était pas le cas des correcteur, directeur artistique ou de la publication ou Commission de censure, qui donnaient des ordres manuscrits au revers de la planche concernée.

Dans quel ouvrage Charlier fait-il référence à un éventuel comparatif effectué entre son travail de scénariste et le produit "bon à tirer" ? Fait-il allusion à une éventuelle comparaison entre son travail et l'album imprimé ?

Peut-on affirmer qu'un jour un employé, le scénario d'une main, les planches de l'autre, a relu l'ensemble pour détecter la moindre différence non autorisée ?
Ce travail a-t-il été jamais effectué ?
Existe-t-il à disposition du public, des scant de revers de planches de Buck Danny de cette époque, annotées à la main ?

Je ne serais pas étonné d'apprendre que pour Buck Danny, le dessinateur n'exécutait pas forcément à la lettre les ordres reçus, de même pour le lettreur... de toutes façon c'était destiné à des enfants...
Très cordialement.
:bye:
Avatar de l’utilisateur
captainbop
Habitué(e)
Habitué(e)
 
Messages: 88
Inscription: Ven 27 Jan 2017, 09:45
Localisation: En bord de mer

Re: Buck Danny

Messagepar Jean-Louis » Ven 20 Oct 2017, 08:31

captainbop a écrit:Bonjour à Tous,

J'ai écrit :
Par curiosité, pour comparer les difficulté rencontrées, d'un éditeur à l'autre, par les scénaristes et dessinateurs,
je cherche à entrer en contact avec Pimpfeur ayant connaissances sur
- l'élaboration de scénarios de Buck Danny (années 50/60)
- la technique de réalisation des planches (même époque),
mettant en valeur une 'éventuelle incidence sur l'oeuvre, du fait de l'intervention du directeur de publication, ou "artistique", de la commission de censure, du correcteur, voire du chargé du lettrage.

------------------------------
Jean-Louis a écrit :
"Quant à la question de Captainbop, personne n'en connaît apparemment la réponse, et surtout elle est très mal posée ; elle demanderait d'être formulée beaucoup plus simplement. :deso: "
-----------------------------


Re: si j'avoue volontiers que les "phrases" sont un peu longues, à la relecture la question me semble claire.

Elle est compréhensible, mais elle est trop vague...

Pour résumer, si j'ai bien compris, tu voudrais savoir s'il y a eu des mesures de censure sur Buck Danny.

Déjà, il faut prendre en compte que Charlier et Hubinon étaient des professionnels aguerris ; donc il y avait en amont une grande part d'auto-censure. Ils savaient très bien ce qui pouvait passer ou pas.

Ensuite, pour tous les éditeurs, Dupuis comme les autres, c'était uniquement les produits édités qui passaient en commission de censure ; il n'aurait pas été réalisable qu'un membre de la commission se place systématiquement derrière l'épaule du dessinateur pour vérifier si son travail était conforme.

Là encore, un processus d'auto-censure était effectué par un collaborateur de l'éditeur, pour vérifier les planches avant impression.

Les choses se passaient différemment entre Dupuis, qui employait directement des auteurs habitant à proximité, et un éditeur de PF comme Artima, qui recevait en majorité des planches de l'étranger (assez souvent à l'insu des auteurs). Pour cette raison, pour les éditeurs de PF, une équipe de retoucheurs mettait en conformité avec la censure le matériel reçu.
Apparemment, les frères Giordan subissaient le même traitement, du fait de leur éloignement géographique.
Mais la censure chez Artima était moins drastique que chez Dupuis. D'une part, parce qu'Artima était français (forme de protectionnisme), et à partir du moment où cet éditeur a mis la mention 'pour adultes' sur ses publications, suite à des démêlés avec la dite commission. De fait, il n'était pas rare de voir du nichon chez Artima, alors que c'était impensable chez Dupuis.

Concernant les différences entre le scénario écrit et le résultat dessiné (hors intervention de l'éditeur et des problèmes de censure), s'il y en avait, elles se faisaient suite à discussion entre le dessinateur et son scénariste (à moins que le scénariste laisse le dessinateur faire librement des modifications, question d'entente entre eux).
Pour le PF, le relationnel était très souvent inexistant (il n'était par rare que le dessinateur ait dessiné pendant des années une série, sans jamais avoir communiqué avec le scénariste, ni ne l'avoir rencontré).
Il y a encore le cas des séries non francophones, qui nécessitaient une traduction et adaptation...

Le lettreur (quand le dessinateur ne s'occupait pas du lettrage), quant à lui, n'était pas censé procéder à la moindre modification du texte. S'il le faisait, c'était sur injonction de l'éditeur ou de l'un de ses collaborateurs.

Pour revenir à Buck Danny, pour les détails, voir les ouvrages indiqués par JYB.
Jean-Louis
Guide Spirituel
Guide Spirituel
 
Messages: 6317
Inscription: Mer 27 Aoû 2003, 02:00

Re: Buck Danny

Messagepar Jean-Louis » Ven 20 Oct 2017, 09:27

captainbop a écrit:Peut-on affirmer qu'un jour un employé, le scénario d'une main, les planches de l'autre, a relu l'ensemble pour détecter la moindre différence non autorisée ?
Ce travail a-t-il été jamais effectué ?

Pourquoi l'aurait-il fait ? :o
Le souci de l'éditeur (ou d'un de ses collaborateurs) c'est que l'ouvrage ne heurte pas la Censure, et puisse plaire au public.
C'est du domaine du scénariste de vérifier si son scénario a été respecté.
A mon avis, ça a rarement été fait ; le scénariste éventuellement parcourt rapidement le produit fini, et s'il tombe sur une modif qui le gène, ça peut être corrigé dans une édition ultérieure...

Il faut se rendre compte que ces gens-là travaillaient comme des fous, et qu'ils n'avaient pas le temps de pinailler.
Quand on voit la quantité énorme de travail qu'ils ont abattu, on peut comprendre que des détails leur aient échappé.
Jean-Louis
Guide Spirituel
Guide Spirituel
 
Messages: 6317
Inscription: Mer 27 Aoû 2003, 02:00

Re: Buck Danny

Messagepar captainbop » Ven 20 Oct 2017, 10:01

J.-L.,
Merci pour ces précisions.


Pourquoi un contrôle à posteriori ?
Re :
Est-il normal que les créateurs (scénariste - dessinateur) ne soit pas informés des modifications apportées à leur oeuvre ?

A-t-on accès aux scénarios originaux de Charlier ?
Constituaient-ils comme chez Artima, un "storyboard" (résumé - ordres succincts donnés au dessinateur - textes à l'intention du lettreur) ?
Très cordialement.
:bye:
Avatar de l’utilisateur
captainbop
Habitué(e)
Habitué(e)
 
Messages: 88
Inscription: Ven 27 Jan 2017, 09:45
Localisation: En bord de mer

Re: Buck Danny

Messagepar Jean-Louis » Ven 20 Oct 2017, 10:16

captainbop a écrit:Pourquoi un contrôle à posteriori ?
Re :
Est-il normal que les créateurs (scénariste - dessinateur) ne soit pas informés des modifications apportées à leur oeuvre ?

On peut discuter si c'est une pratique normale ou pas, toujours est-il qu'on le faisait rarement.
Les éditeurs, fondamentalement, considèrent les auteurs comme des employés.
Une fois que les planches de BD sont entre leurs mains, ils considèrent que le rôle des auteurs est terminé, et que ce qui se passe après est de leur domaine. C'est ainsi.
A-t-on accès aux scénarios originaux de Charlier ?

A une partie, qui ont été reproduits dans des fanzines, ou des ouvrages d'études.
Constituaient-ils comme chez Artima, un "storyboard" (résumé - ordres succincts donnés au dessinateur - textes à l'intention du lettreur) ?

'Story-board' est un terme impropre ; un story-board est un scénario uniquement visuel (sans textes) dessiné de bout en bout, scène par scène.

Un scénario de BD se présente le plus souvent sous forme de feuilles, où à gauche est décrite l'action, case par case, et à droite les dialogues.
Charlier, en plus, incluait des croquis des scènes complexes, pour indiquer au dessinateur quoi représenter.
Jean-Louis
Guide Spirituel
Guide Spirituel
 
Messages: 6317
Inscription: Mer 27 Aoû 2003, 02:00

Re: Buck Danny

Messagepar captainbop » Dim 22 Oct 2017, 06:01

Bonjour Jean-Louis,

Merci pour ces fort intéressantes précisions.

Si j'ai bien compris :
A vous lire, on peut donc en conclure "qu'on n'a aucune idée de l'importance des modifications autorisées ou pas, apportées par les divers intervenants sur le scénario original."

Vous répondez à ma question initiale. :blll:

:paix:
Très cordialement.
:bye:
Avatar de l’utilisateur
captainbop
Habitué(e)
Habitué(e)
 
Messages: 88
Inscription: Ven 27 Jan 2017, 09:45
Localisation: En bord de mer

Re: Buck Danny

Messagepar Jean-Louis » Dim 22 Oct 2017, 07:54

captainbop a écrit:Si j'ai bien compris :
A vous lire, on peut donc en conclure "qu'on n'a aucune idée de l'importance des modifications autorisées ou pas, apportées par les divers intervenants sur le scénario original."

Globalement, non ; mais ponctuellement, on a pu constater des coupes et des modifications sur le dessin et l'histoire.

Ailleurs, on peut trouver dans un sujet une vidéo de Gérard Thomassian, où il fait remarquer qu'une scène, supposée de violence, a été remplacée par du texte.

On dispose d'un autre moyen de voir les pages censurées, c'est de comparer la VF avec la VO.

Et puis parfois, c'est évident. Quand on voit Spirou et Fantasio, habillés en cow-boys, batailler avec le doigt pointé (parce que les revolvers ont été effacés) ; de même pour Tex, on se dit qu'il y a un souci.

Tout autant quand un quidam, tué par les Indiens, s'effondre sans trace de blessure apparente (les flèches ont été effacées).
Les armes et la violence étaient formellement déconseillés ; sauf pour les récits de guerre où c'était open bar, car c'était pour la bonne cause.

Quand dans un vieux Spirou, on voit une scène de retrouvailles familiale, où le mari et la femme s'embrassent, et que Monsieur ne tient de son épouse que le haut du corps, car tout le bas, à partir de la taille est manquant, on a de la peine pour lui. :o

Les femmes ont payé un lourd tribut à la censure : seins rabotés, vêtements rallongés... etc. Hier je lisais un épisode de Swea Otanka, dans Akim. Comme chez MonJournal on devait la trouver trop sexy, ses tenues sont rallongées, et ça se voit, car ce n'est pas toujours très bien fait...

Franchement, dans le temps (pas si lointain), les éducateurs avaient des drôles d'idées : des écoles pour filles et garçons bien distinctes, et aucune mention de sexualité dans les médias, particulièrement dans les publications pour enfants.
Il y avait juste Babar qui avait droit à avoir une famille normale ; les enfants du monde Disney n'ont pas de parents ; que des oncles et des tantes, lesquels sont fiancés pour l'éternité. Dans tout l'univers Tintin, les seules femmes sont la Castafiore et sa camériste. De même, Blake et Mortimer sont désespérément privés de présence féminine (sauf tout récemment). Et je passe sur Alix et Enak... :wink: :sifl:

Par contre fumer et boire, pas de souci, libre représentation de ces vices pour les enfants ; il ne fallait surtout pas leur donner l'idée de se tirer sur la nouille, mais se préparer un cancer des poumons et se mitonner une cirrhose du foie, no problème. :D
Jean-Louis
Guide Spirituel
Guide Spirituel
 
Messages: 6317
Inscription: Mer 27 Aoû 2003, 02:00

Re: Buck Danny

Messagepar PifouPocheAddict » Dim 22 Oct 2017, 10:46

Jean-Louis a écrit:. :wink: :sifl:
Par contre fumer et boire, pas de souci, libre représentation de ces vices pour les enfants ; il ne fallait surtout pas leur donner l'idée de se tirer sur la nouille, mais se préparer un cancer des poumons et se mitonner une cirrhose du foie, no problème. :D

C'est tellement vrai ... ! :pouce:
Glop Glop la "Glopglopitude" ! :criswel: ... Pas Glop la "Pasglopitude" !!!
Mes Petits Gags sont ici ► viewtopic.php?f=4&t=39813 ◄ Venez jeter un œil ... Glop Glop !!!
Avatar de l’utilisateur
PifouPocheAddict
Manitou
Manitou
 
Messages: 7756
Inscription: Ven 30 Sep 2016, 13:58
Localisation: Midi Pyrénées - Près de CAHORS - LOT (46)

Re: Buck Danny

Messagepar captainbop » Dim 22 Oct 2017, 11:28

Re : A conseiller à ce sujet, le remarquable ouvrage "Haro sur de Gangster"- La moralisation de la presse enfantine 1934-1954;
De Thierry Crépin - CNRS Editions.
A propos de la présence féminine, la rareté faisait que les Messieurs étaient déjà émus rien qu'à la vue d'une cheville dévoilée.
Que dire de Hitchcock qui a eu plus de problèmes avec l'acteur qui embrassait, qu'avec l'acteur qui tuait...
Pour ma part, je ne citerai pas Lady X, mais plutôt Dale Arden (Flash Gordon) ou encore Barbarella...
Très cordialement.
:bye:
Avatar de l’utilisateur
captainbop
Habitué(e)
Habitué(e)
 
Messages: 88
Inscription: Ven 27 Jan 2017, 09:45
Localisation: En bord de mer

Précédente

Retourner vers Planète Album

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités