De Plein la gueule pour pas un rond à Tintin Reporter n°0

Hebdomadaire publié par Les Éditions du Lombard entre septembre 1946 et novembre 1993.
Discussions générales sur l'univers d'Hergé.
Publications soeurs : Nouveau Tintin, Tintin l'Hebdoptimiste, Tintin reporter, Super Tintin, Hello Bédé mais aussi Le Petit Vingtième, Coeurs Vaillants, Le Soir (et Le Soir Jeunesse) ...

De Plein la gueule pour pas un rond à Tintin Reporter n°0

Messagepar PILOTEZERO » Sam 22 Avr 2017, 19:25

Bonsoir
Faisant des recherches sur Tintin Reporter n°0 "il y en eut plusieurs en fait " j'ai eu la chance d'entrer en contact avec Bruno Raboudin Alias Brunor qui fut un temps Chef de rubrique BD de Tintin Reporter Paris

Voici l'entretien effectué qui porte de "Plein la gueule pour pas un rond" à "Tintin Reporter n°0 "

Je viens de contacter Mr Bruno Rabourdin auteur, journaliste, dessinateur , scénariste

Mr Rabourdin bonjour, dites-nous ...Comment vous êtes-vous retrouvé Chef de rubrique BD de Tintin Reporter Paris ?

B.R << Hé bien tout dabord il me faut vous retracer la chronologie des faits .

1987
Sur conseil du Pape Jean Paul II à qui il demandait comment se rendre utile pour la jeunesse , Rémy Montagne (Président du groupe Ampère Média participations, mais également avocat d’affaires, militant catholique conservateur, député de droite et plus tard ministre) a voulu acheter des journaux pour y inclure un contenu culturels et intelligents destiné à des ados de moins de 15 ans et non pas à d'anciens jeunes aimant "Thorgal " et d’autres séries renommées que l’on trouvait dans Tintin.
"Maitre" Remy Montagne rachète le Lombard pour avoir le journal Tintin mais s'aperçoit après coup que le titre allait être perdu à brève échéance , car le contrat permettant aux éditions du Lombard , d’utiliser le nom TINTIN arrivait à date d'expiration , Média participation perdait le titre Tintin .
La Fondation Hergé sait quelle va récupérer le titre et veut faire son propre journal Tintin mais semble avoir des difficultés à réaliser ce projet.
Média participations / Le Lombard veut continuer son journal mais elle ne peut le faire qu’avec un nouveau titre .
La fondation Hergé rencontre Média participation et lui propose une association
Ils font un mariage de raison et créent la société Yéti Presse qui réalisera le journal Tintin commun.
Media Participation /Le Lombard aurait injecté une partie de l'argent grâce à ses actionnaires et Baran International Licensing aurait financé la part de la Fondation Hergé .
Il y aura des bureaux à Bruxelles et Paris pour un même journal .

Ils se mettent d'accord pour produire un journal contenant de la bd , de la culture générale , du sport et des reportages .
6 mois avant le dernier numéro du journal Tintin daté du 29 Novembre 1988 ils font concevoir en commun une maquette datée du 22 mai 1988 .
Maquette composée de trois fascicules de format et paginations différents .

36 pages pour format 23x30 / 32 pages pour format 21x29,7 / 12 pages pour format 43x32
Il se pourrait que des n°0 eussent été fait de part et d'autre car j'ai retrouvé les copies de *versions différentes au siège Français .
*(Essais de maquettes n°0 Tintin reporter Mensuel et non hebdomadaire, couverture différente
pages 1 à 7 imprimées puis 33 pages blanches / Maquette du n°1 totalement différente en papier carton glacé 16 pages / Journal Tintin Reporter Daté du 08 Décembre 1988 et venant de Belgique )
Mon arrivée chez Yeti Presse
J'avais déjà lu les deux premiers numéros de Tintin Reporter avant d'y entrer mais je m'en était lassé rapidement, ce au regard du travail d'amateur dans la conception de ce journal rempli d'erreurs de pagination et de foliotage.
Le hasard a voulu que , étant journaliste et couvrant un festival d'art je sois hébergé sur place et lors du petit déjeuner dans la salle commune je me suis trouvé à la même table d'une agréable personne que je ne connaissais pas et avec qui j'ai entamé une discussion .
Je me souviens que nous avons très vite parlé Bd et de ma participation à l'aventure du Fanzine P.L.G, né un premier Avril 1978…
Cette aventure de PLG a commencé début 1978, quand je rencontrai deux passionnés de Bd, nommés Philippe Morin et Pierre- Marie Jamet .

Ils avaient créé un premier fanzine mais ça n’avait pas marché.

A cette époque, J'étais étudiant en arts plastiques après être passé par l'architecture et dessinais déjà sous le pseudo d’Onurb des Bd inspirées par Bodé, Moebius, etc.
J’avais dans ma classe de licence d’arts plastiques , rue st Charles (Paris IV, Panthéon Sorbonne) la sœur de Philippe Morin . Constatant facilement que j’étais fan de Bd, elle m’explique que son frère et un ami avaient essayé de créer un premier fanzine, mais ça n’avait pas marché. Elle me propose de les rejoindre avec de nouvelles idées. J’ai donc fait leur connaissance. Ils m’expliquent qu’il veulent faire un Fanzine qui s’appellera « PLGPPUR », c’est-à-dire : " Plein La Gueule Pour Pas Un Rond" , (pour une raison que j’ai oubliée). Je me dis qu’on va pouvoir être un peu créatifs autour de ce titre ce titre dont l’intérêt me semble surtout résider dans les initiales.
OK, on se lance tous les trois dans le projet :

Jamet et Morin firent quelques bandes dessinées mais pas trop, car à vrai dire ils n’étaient pas vraiment des dessinateurs. En revanche ils se sont avérés d’excellents maquettistes, journalistes Bd et critiques, ainsi que découvreurs de talents car ils ont été les premiers à publier bon nombre de stars actuelles de la Bd comme Goetting, Dupuy, Moineau, Jeanne Puchol,(citer d’autres) . De mon côté je dessinais alors pas mal de planches en m’amusant à les signer sous des pseudos différents et comme sur le mode de Pilote de l’époque, en plaçant à chaque fois en haut de page mon petit portrait mais changeant selon les signatures mon aspect avec des moustaches , des lunettes noires , barbe et autres… Je crois que ce fut le cas uniquement dans le n°1 .
Ce numéro bouclé qui ressemblait plus à un n°0 qu'à un n°1, comprenait "avec la couverture dessinée par Philippe Morin d'après photo" 22 pages dessinées sur 44 (en fait, il est difficile d’imaginer que la photocopie n’avait pas encore été inventée ! Nous avons donc utiliser un système de reproduction appelé " Stencil -Electronique" !C’est ainsi que nous avons pu dupliquer 200 exemplaires. Les heureux possesseurs de ce numéro 1 historique savant que le journal est imprimé une page sur deux car il était impossible d’utiliser le verso tant l’encre traversait le papier !! Donc une seule face par page !)
On avait failli faire un tirage moins important mais puisque nous nous lancions dans un vrai Fanzine de qualité, pas un du genre "on fait nos petits dessins et on revend un micro tirage d'une vingtaine d'exemplaires aux proches ou à la famille " nous y avons cru !! La nouveauté que je proposais pour ce nouveau fanzine était de taille : Aller rencontrer des stars de la Bd, publier des interviews, des reportages sur ces auteurs dont nous étions fans et d'arriver à obtenir d'eux des dessins inédits qui seront inclus le Fanzine, en particulier la couverture ! Moebius, Bilal, F'murr , Goossens , jouèrent le jeu dès le départ .
Pari gagné : fait la vente se passa très bien.
Et puis très vite des jeunes dessinateurs nous ont présenté leurs planches : Et nous avons créé une association pour la promotion des jeunes auteurs de Bd (l’APJABD)
Nous sommes passés à coté d’une idée qui me semblait sympa : "Le journal qui change de titre comme de chemise" .
Le projet qui consistait à modifier le sens des initiales P.L.G.P.P.U.R à chaque nouveau numéro :
Le N°1 s’appelait : Plein La Gueule Pour Pas Un Rond
n°2 s’appellerait... Pour la Girafe Petit Pinceau Ultra Rapide
n°3 deviendrait ... Peindre La Guérite Pour Pigeonner Un Réformé
Pour les numéros suivants nous ferions participer le lecteur afin qu'il trouve d'autres phrases sur le même principe. La proposition semblait rassembler les suffrages.
Au numéro suivant une imprimerie anar est prête à nous sortir 500 exemplaires (je crois !) .
Et finalement on a gardé le titre désormais « connu » après la vente des 200 ex du n°1
*Il en changea 8 ans après au n°20 du 01/07 /1986 et devint officiellement P.L.G
PLG fut quand même reconnu pour être réellement un excellent fanzine par le public, et par les professionnels... La meilleure remarque vint de Jean Giraud qui déclara en le feuilletant : << Ca c’est un vrai Fanzine ! >> .

Reconnu par la profession, PLG a reçu l'Alfred du meilleur fanzine en 1982 et a brillé par sa durée jusqu'en 2004.

Que sont devenus les co-fondateurs ?
Philippe Morin est architecte mais continue dans la bd avec une maison d'édition nommée P.L.G où il fait un magnifique travail autour de la Bd. Des monographies sur des auteurs de bd , il a également été commissaire d'une exposition à Angoulême sur Goossens, puis co-commissaire (je crois) pour la très grande epo « Architecture et bd » au palais de Chaillot, Paris 16°.
Pierre-Marie Jamet est fondateur d'une galerie de Bd : « La Galerie Oblique » qui est dans le Marais et est le principal vendeur d'originaux de Tardi et de beaucoup d’autres stars.
Revenons à ce petit déjeuner
Avant de nous quitter nous échangeons nos cartes de visite, la personne que je venais de rencontrer était Aline Seeuws qui allait être nommée Directrice de la Publication et Rédactrice en Chef de Tintin Reporter (Paris et Bruxelles ) .
Six mois passent et je reçois une lettre me disant que je suis convoqué au siège du magazine Tintin Reporter 11 rue Duguay Trouin paris 6eme . Je m'attendais à une éventuelle proposition de travail , mais allait on me propose de collaborer comme scénariste, dessinateur, ou journaliste ? .
Aline Seeuws m’explique que leur Chef de rubrique BD sur Paris Jean Marc Thevenet , scénariste, éditeur , ancien rédacteur en chef de Pilote venait de les quitter après le n°13 du 03 Mars 1989 et qu’il était remplacé provisoirement par Patrick Lesueur, illustrateur et dessinateur de bande dessinée ayant oeuvré pour Pilote Tintin, Pif Gadget, l'Echo des Savanes, Metal Hurlant. Après le n°15 du 17 Mars 1989, la place allait de nouveau être vacante.
Aline Seeuws me dit qu’avec la direction, on avait pensé à moi pour cette place de Chef de rubrique BD du journal Paris. Elle me proposait de démarrer tout de suite, dès le prochain numéro , c'est à dire le n°16 du 24 Mars 1989 .
J'ai bien sûr accepté tout en ayant un peu l’impression de rêver !
J’ai fait la connaissance des grands patrons qui étaient Alain Baran pour La Fondation Hergé et Vincent Montagne pour Media participation.
A Paris, je rencontrais les auteurs au bureau, ou plus souvent dans la petite cour au rdc car nous étions 5 à partager une pièce et il était compliqué de recevoir des auteurs sans déranger les autres collègues !
J’allais comme mes prédécesseurs à Bruxelles dans les locaux et j’organisais alors des grandes réunions de rédaction à la façon de Pilote. Ce qui a beaucoup surpris les auteurs belges habitués à ne voir le chef rubrique Bd que un par un pendant guère plus de 10 minutes.
Ce qui fait que les auteurs ne se rencontraient pas entre eux qu'il n'y avait ni cohésion ni esprit de groupe. Ça m’a paru normal de lancer ces grandes réunions ou chacun propose un truc… Surtout qu'il fallait rendre vivant l'espace bd du journal .
Une réunion de rédaction mensuelle à Bruxelles pour préparer les sujets fut lancée avec succès .Peu nombreux au départ : (la première fois ils étaient seulement 8 !) Les auteurs sont venus de plus en plus nombreux 35- 40 , et les réunions furent un vrai succès.
Quand je suis arrivé il n’y avait pas de planches d’avance, il a fallu lancer plein de commandes ! Assez vite, le journal ne fonctionnait plus à flux tendu car nous avions fait un stock d'avance avec de la bd
Je proposais également 3 nouvelles rubriques dans l’esprit de l’Univers de Tintin, qui furent acceptées et qui ont très bien marché.

1/ Les archives de la fusée Lunaire
Dès Tintin reporter n°23 du 12 Mai 1989
L'idée fut de faire coïncider l'anniversaire des 20 ans de la pose du pieds d'Amstrong sur la lune avec la parution de Tintin Reporter n°33 du 20 Juillet 1989 où figurait les planches originales Tintin sur la lune…
C’est l’aspect comment Hergé faisait une Bd qui est développé ici.
Pour cela j'avais l'autorisation d'aller piocher les originaux à Bruxelles dans les tiroirs d'Hergé accompagné de Philippe Goddin, archiviste en titre de la maison Hergé qui notait ce que je prenais.
Je me retrouvais ensuite le train direction Paris avec sous le bras un carton à dessins d’originaux de Hergé valant une véritable fortune !!
Je pus également fournir pour Tintin Reporter n°27 une planche noir et blanc de format à l'Italienne qui suscita bien des interrogations , je la fit quand même coloriser avant de la placer dans le magazine, non sans oublier de changer le lettrage et de placer celui de l'album du Temple du soleil grâce au talent du lettreur *Dom (* lettreur de Druillet ) .
Cette unique planche de ce genre en noir et blanc était un essai sans suite, dessiné par Hergé pour un premier projet de Tintin envisageant d'aller sur la Lune.
Pourquoi? Lors du temple du Soleil, sauvé par une éclipse de Lune, Tintin pensa au fait qu'il devrait y aller sur cette Lune .
Mais en manque de documentation, Hergé coupa court et cette planche resta telle quelle, il ne reprit un tout autre synopsis que des années plus tard, ce qui donna Objectif Lune.
Quand je partais chercher des planches d'Hergé à Bruxelles, les premiers temps, j'allais également chercher des bd dans les anciens locaux du journal Tintin Belgique pour combler des manques.

L'équipe était dirigée par Jean Luc Vernal scénariste de Jugurtha et futur responsable d'Hello Bd.

Une autre rubrique nouvelle : l'histoire de l'invention .
Dès Tintin reporter n°25 du 26 Mai 1989
C’est l’aspect Professeur Tournesol qui est développé ici.

Partant du principe que certaines découvertes scientifique étaient tellement stupéfiantes, nous proposions 4 pages réparties entre 4 dessinateurs. Chacun allait raconter à sa façon, en inventant une histoire fictive de cette invention (par exemple le four à micro-ondes) Mais l’une de ces 4 histoires était la vraie, restait au lecteur de trouver et de voter.

Enfin j’ai mis au mpoint une autre nouvelle rubrique : L’Info par la bande
Dès Tintin reporter n°23 du 12 Mai 1989
C’est l’aspect reporte-journaliste de Tintin qui est développé ici.

La rubrique relatait en bande dessinées des faits réels dont le public n’avait pas encore reçu d’images, des faits d’actualité. J’avais demandé aux scénaristes de m’alerter si un sujet semblait susceptible d’être traité en 2 planches Bd. Pendant ce temps j’avais sous la main 5 ou 6 dessinateurs prêts à réaliser 2 planches en moins de 48 heures. Tous ces auteurs étaient volontaires, bien entendu., ça leur plaisait, l’expérience était novatrice. Je demandais à l’imprimeur de garder 2 pages libres jusqu’au dernier moment : soir une « info par la bande « était réalisée juste à temps soit on mettait deux pages « bouche-trou ».
Traiter l’actu en Bd, ce fut une grande première, le défi a été relevé.
Je suis assez fier que nous ayons pu traiter des actus devenues historiques comme :
la révolution des étudiants chinois de la Place Tian'anmen.
La brèche dans les barbelés en Hongrie, par où des gens fuyaient vers l’Ouest, brèche qui a constitué le point de départ de la chute du mur de Berlin… etc.


La fin du journal
Bien que les chiffres remontaient en flèche en même temps que le nombre de lecteurs l'ambiance changeait , on sentait qu'il se passait quelque chose .Alain Baran venait de Belgique et laissait entendre que les chiffres ne remontaient pas assez fort .Puis vint un nouveau Directeur Jean Loup Dherse, qui nous arrivait directement d'Eurotunnel et qui ne connaissait pas grand-chose au monde de la bd .
Quelque temps après Alain Baran me prévient de la fin proche de Tintin reporter mais il il souhaite que je continue de travailler pour Fondation Hergé. Puis ce fut le tour de Vincent Montagne qui me proposait une place chez Dargaud.
Malgré ces propositions, j'étais effondré que Tintin reporter s’arrête. Ce n'était pas autre chose qu’un énorme gâchis. Tout stopper ainsi , alors que les ventes redémarraient et que le journal avait trouvé ses marques et ses lecteurs . Alors que les dessinateurs enthousiastes s’étaient lancés dans des projets passionnants.
J'écrivais à JeanLoup Dherse pour lui dire que Dargaud à l'époque avait quand même laissé sa chance à Astérix alrs qu’il ne vendait que 4 000 albums ....on connait la suite.
Rien n'y fit et après le double n°34 du 24 Juillet 1989 on mit clef sous porte au grand désespoir de tout le monde et surtout des auteurs qui s'étaient investis. Comme j’avais lancé tous ces projets, j’ai obtenu de la direction que tous les travaux engagés et non édités soient rémunérés au point où les dessinateurs en étaient. 2 pages de crayonnés ? Ok ils seront payé tant. 3 pages encrées ? Ce sera tant . 4 pages mises en couleur : tel prix. Ce n’était que justice. Même si ça se passe rarement ainsi quand un journal ferme en faillite, et pour cause ! Ici le journal fermait sans faillite, il était donc normal de réclamer le règlement des choses commandées, au point où les auteurs en étaient. Ce qui fut fait, à la grande surprise des dessinateurs qui n’avaient jamais vu ça.
Hello Bd n'a pas remplacé Tintin Reporter quand ce dernier a disparu , l'arrêt de Tintin Reporter le 24 Juillet 1989 et le démarrage d'Hello Bd le 26 Septembre 1989 pourraient le laisser croire .

Ces deux magazines s'adressaient à deux tranches d'âges totalement différentes, Tintin reporter étant par son contenu destiné aux jeunes de moins de 15 ans, Hello Bd lui, était adressé aux jeunes adultes anciens lecteurs de Tintin Hebdomadaire voulant continuer à lire les séries habituelles à succès.


Pour ma part une page se tournait et je me dirigeais à présent vers de nouvelles aventures comme illustrateur indépendant puis auteur d’une série de BD : Les indices pensables qui présentent l’originalité de montrer des passerelles entre l’histoire des grands courants philosophiques et des grandes découvertes scientifiques. Grâce au succés de cette série, j’ai pu monter ma boite : Brunor-éditions.
Voilà, j'arrive donc au bout de mon récit et j'espère vous avoir apporté tout ou partie des éléments que vous cherchiez au sujet de Tintin Reporter >>
Brunor, le 22 avril 2017

www.brunor.fr
Le reste se passe ici désormais changement d'adresse depuis Mai 2015 facebook.com/groups/Les.amis.du.journal.Pilote
Avatar de l’utilisateur
PILOTEZERO
Disciple
Disciple
 
Messages: 606
Inscription: Lun 27 Aoû 2012, 16:34
Localisation: Saint Florent sur Auzonnet Gard

Re: De Plein la gueule pour pas un rond à Tintin Reporter n°

Messagepar drou » Sam 22 Avr 2017, 22:39

superbe reportage :jap: merci Pilotezéro
il y a toujour un PF qui vous manque
pour retrouver la petition sur swing c'est ici
http://www.forumpimpf.net/viewtopic.php?t=6129
Avatar de l’utilisateur
drou
Maître Jedi
Maître Jedi
 
Messages: 15418
Inscription: Jeu 04 Déc 2003, 02:00
Localisation: Melrand (56) et aujourd'hui Echillais (17)

Re: De Plein la gueule pour pas un rond à Tintin Reporter n°

Messagepar Blek » Dim 23 Avr 2017, 01:27

Interessant en effet :pouce:
Je déplace dans la section des journaux Tintin :wink:

Il existe un scan de ce Tintin Reporter zéro ?
Au moins un scan de la couv ?
Avatar de l’utilisateur
Blek
Technicien du forum
Technicien du forum
 
Messages: 35308
Inscription: Dim 24 Aoû 2003, 02:00
Localisation: Lutèce

Re: De Plein la gueule pour pas un rond à Tintin Reporter n°

Messagepar Blasond'argent » Dim 23 Avr 2017, 11:11

drou a écrit:superbe reportage :jap: merci Pilotezéro

:o
:prie:
:pouce:
:chapeau:
Si on peut aider les autres, on y va ! Tel Blason d'argent !
Avatar de l’utilisateur
Blasond'argent
Maître 4e Dan
Maître 4e Dan
 
Messages: 4691
Inscription: Mer 12 Déc 2012, 09:41
Localisation: Partout où il y a un bien à faire ou un mal à réparer !

Re: De Plein la gueule pour pas un rond à Tintin Reporter n°

Messagepar PILOTEZERO » Dim 23 Avr 2017, 13:25

Blek a écrit:Interessant en effet :pouce:
Je déplace dans la section des journaux Tintin :wink:

Il existe un scan de ce Tintin Reporter zéro ?
Au moins un scan de la couv ?


Il y a différentes versions de Tintin Reporter n°0
D'après ce que j'ai récolté et scanné page à page en 600 dpi grâce à un ami collectionneur qui m'a envoyé les 3 fascicules différents .
Je pense avoir tout réunis y compris le cahier prototype originel qui m'a été envoyé en scan définition plutôt moyenne (ce dernier fait avec des collages sans trop de logique .)

Le plus important à retenir étant que ce projet étant caché est conçu bien avant la fin du journal de Tintin et les fascicules test étaient sous embargo avec un tampon (style ne pas divulguer) sur les couvertures

Par contre quel est le risque avec Moulin- sar si je place des scan de Tintin inédit hein? ...et oui !!! :heu:
Le reste se passe ici désormais changement d'adresse depuis Mai 2015 facebook.com/groups/Les.amis.du.journal.Pilote
Avatar de l’utilisateur
PILOTEZERO
Disciple
Disciple
 
Messages: 606
Inscription: Lun 27 Aoû 2012, 16:34
Localisation: Saint Florent sur Auzonnet Gard

Re: De Plein la gueule pour pas un rond à Tintin Reporter n°

Messagepar PILOTEZERO » Dim 23 Avr 2017, 14:05

Blek a écrit:Interessant en effet :pouce:
Je déplace dans la section des journaux Tintin :wink:

Il existe un scan de ce Tintin Reporter zéro ?
Au moins un scan de la couv ?



J'avais placé ceci au début de mes recherches ,trouvé sur le net , depuis j'ai le reste .
viewtopic.php?f=137&t=36362&start=140#p906522
Le reste se passe ici désormais changement d'adresse depuis Mai 2015 facebook.com/groups/Les.amis.du.journal.Pilote
Avatar de l’utilisateur
PILOTEZERO
Disciple
Disciple
 
Messages: 606
Inscription: Lun 27 Aoû 2012, 16:34
Localisation: Saint Florent sur Auzonnet Gard


Retourner vers Le Journal de Tintin - Hergé

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité