Les auteurs de BD s'appauvrissent

Tout ce que vous voulez savoir sur les Petits Formats et sur la BD populaire est ici.
Retrouvez également l'actualité des Fumetti en France, les projets des éditeurs sans oublier les fanzines dédiés.
De Blek le Roc à Akim en passant par Tex Willer, Mister No ou Zagor, c'est ici que ça se passe !!

Les auteurs de BD s'appauvrissent

Messagepar Jean-Louis » Sam 21 Juil 2018, 08:32

A partir de la fin des années 60, les auteurs de BD ont peu à peu gagné une protection sociale décente.

Jusque-là, ils étaient littéralement des forçats du dessin. Pas de retraite, pas d'assurance maladie, pas de congés payés, et un tarif de rémunération à la page très très bas.

Grâce notamment à leurs syndicats, ils ont pu progressivement bénéficier d'une protection sociale correcte, tout comme la plupart d'entre nous, et même d'une carte de journaliste pour certains (elle permet des abattements fiscaux, et de déduire des frais professionnels).

Depuis quelques années, suite à la surproduction d'albums, les tarifs de rémunération à la page chutent dramatiquement, et de nombreux auteurs n'arrivent plus à vivre de leur métier.

De nouveaux coups sont en train de leur être portés par le Gouvernement actuel, dont un des objectifs est de démanteler les acquis sociaux, pour mieux complaire au système libéral, et obéir aux souhaits des financiers, lesquels ont permis l'accession au pouvoir du régime actuel.

Pour en savoir plus, lisez cet article très intéressant de BDzoom :

http://bdzoom.com/132083/actualites/aut ... %e2%80%a6/
Jean-Louis
Guide Spirituel
Guide Spirituel
 
Messages: 6418
Inscription: Mer 27 Aoû 2003, 02:00

Re: Les auteurs de BD s'appauvrissent

Messagepar reedff » Sam 21 Juil 2018, 08:59

Grâce à la Start up Nation un grand retour en arrière, la BD n'est pas le seul secteur touché par ce nivellement vers le bas.
Avatar de l’utilisateur
reedff
Maître Jedi
Maître Jedi
 
Messages: 17881
Inscription: Mer 23 Déc 2009, 21:50
Localisation: gironde

Re: Les auteurs de BD s'appauvrissent

Messagepar drou » Sam 21 Juil 2018, 09:38

Moi aussi j'y penser justement il y a quelques temps:
viewtopic.php?f=189&t=40676

Re: Originaux format raisin à vendre
par Porno kino » Lun 13 Nov 2017, 01:06
drou a écrit:
Porno kino a écrit:
daisy a écrit:
Tout simplement magnifique
Mais pourquoi arrête tu le dessin Pat , punaise t'as tellement à donner encore

Merci beaucoup, Vincent
C'est vrai que j'ai éprouvé un peu de nostalgie en redécouvrant ces posters que j'avais complètement oubliés, mais, même si je le voulais, je n'aurais plus l'occasion de me lancer dans ce genre de travail. Dessiner prend vraiment trop de temps alors que ce sont les romans et les scénars qui me font manger

superbe toutes ces illustrations
je trouve vraiment dommage que les auteurs de BD ne puisse pas vivre de leurs métier dans ce pays

Merci beaucoup, Patrick Concernant le dessin, je me suis mal exprimé. je voulais dire que dessiner un album prend en moyenne une année complète sans rien faire d'autre et que je ne peux pas lâcher la proie pour l'ombre en amputant largement mon temps de travail pour dessiner alors que j'ai réussi à me faire une petite réputation en tant qu'écrivain, situation qui exige de continuer à écrire. Néanmoins, même si ces boulots sont toujours très incertains, il est possible de gagner convenablement sa vie comme dessinateur si on bosse avec de gros éditeurs
Patrice Lesparre.
Porno kino
il y a toujour un PF qui vous manque
pour retrouver la petition sur swing c'est ici
http://www.forumpimpf.net/viewtopic.php?t=6129
Avatar de l’utilisateur
drou
Maître Jedi
Maître Jedi
 
Messages: 13685
Inscription: Jeu 04 Déc 2003, 02:00
Localisation: Melrand (56) et aujourd'hui Echillais (17)

Re: Les auteurs de BD s'appauvrissent

Messagepar Porno kino » Mar 07 Aoû 2018, 16:14

drou a écrit:Moi aussi j'y penser justement il y a quelques temps:
http://forumpimpf.net/viewtopic.php?f=189&t=40676

Re: Originaux format raisin à vendre
par Porno kino » Lun 13 Nov 2017, 01:06
drou a écrit:
Porno kino a écrit:
daisy a écrit:
Tout simplement magnifique
Mais pourquoi arrête tu le dessin Pat , punaise t'as tellement à donner encore

Merci beaucoup, Vincent
C'est vrai que j'ai éprouvé un peu de nostalgie en redécouvrant ces posters que j'avais complètement oubliés, mais, même si je le voulais, je n'aurais plus l'occasion de me lancer dans ce genre de travail. Dessiner prend vraiment trop de temps alors que ce sont les romans et les scénars qui me font manger

superbe toutes ces illustrations
je trouve vraiment dommage que les auteurs de BD ne puisse pas vivre de leurs métier dans ce pays

Merci beaucoup, Patrick Concernant le dessin, je me suis mal exprimé. je voulais dire que dessiner un album prend en moyenne une année complète sans rien faire d'autre et que je ne peux pas lâcher la proie pour l'ombre en amputant largement mon temps de travail pour dessiner alors que j'ai réussi à me faire une petite réputation en tant qu'écrivain, situation qui exige de continuer à écrire. Néanmoins, même si ces boulots sont toujours très incertains, il est possible de gagner convenablement sa vie comme dessinateur si on bosse avec de gros éditeurs
Patrice Lesparre.
Porno kino


Merci de m'avoir cité, ami Patrick :wink: Au-delà de cette petite fierté égocentrique, je tiens à remercier Jean-Louis pour la création de ce post, qui a le mérite d'attirer l'attention sur la situation actuelle des auteurs. L'article est très intéressant et fort justement, hélas, pessimiste. Si travailler avec de gros éditeurs (et uniquement les gros, parce que les petits, même avec plein de bonne volonté, ne peuvent pas suivre) permettait à des auteurs BD de vivre convenablement jusque-là ("convenablement" ne signifiant pas "confortablement"), la hausse non compensée de la CSG va forcer les auteurs les plus fragilisés à cesser leur activité. Voilà qui constitue une injustice majeure et j'espère que les diverses mobilisations forceront le gouvernement à agir enfin dans le bon sens, lequel implique de négocier un nouveau statut d'auteur, tout simplement.
Et comme on ne va pas non plus en oublier les plaisirs simples de l'existence, bonne fin d'été à tous les pimpfeurs :beer:
Patrice Lesparre.
Porno kino
Maître 2e Dan
Maître 2e Dan
 
Messages: 2842
Inscription: Jeu 01 Avr 2004, 02:00

Re: Les auteurs de BD s'appauvrissent

Messagepar daisy » Mar 07 Aoû 2018, 21:10

Un sujet d'actualité, il est vraiment terrible que des auteurs qu'ils soient scénaristes ou illustrateurs ou dans d'autres domaines n'arrivent plus à vivre...
Il y a tellement de productions aujourd'hui et Pat pourras me reprendre si je me trompe, son travail superbe avec les différentes casquettes sa connaissance du milieu éditorial ne peux que nous aiguiller... .Soleil est sans doute un des spécialistes en matière de tirage, comment un scénariste très connu peut-il sortir parfois une dizaine d'albums par an, ce n'est pas possible tout en pâtit, scenaris tournant en boucle des illustrateurs prit à la gorge, la BD va mal pour leur auteurs mais pas pour les éditeurs.
Bref j'en arrive presque à penser que les auteurs ne font que de l'alimentaire et que l'art n'est plus la priorité.
Nous avons la chance d'avoir des auteurs édités par de grands noms il serait intéressant d'avoir leur avis, cela vaut aussi pour les traducteurs :wink:
Par Saint Frusquin ! voilà de joyeuses Funérailles...
Liste de recherches viewtopic.php?f=3&t=27953&p=995659#p995659
Liste de séries finies : viewtopic.php?f=137&t=8276&p=954237#p954237
Ma collection sur "La Conquête Spatiale" : http://www.forum-conquete-spatiale.fr/t ... n-de-daisy
Avatar de l’utilisateur
daisy
Grand Maître
Grand Maître
 
Messages: 5301
Inscription: Jeu 21 Mar 2013, 14:11

Re: Les auteurs de BD s'appauvrissent

Messagepar Jean-Louis » Mar 07 Aoû 2018, 22:27

daisy a écrit:Bref j'en arrive presque à penser que les auteurs ne font que de l'alimentaire et que l'art n'est plus la priorité.

Mais l'art n'a jamais été la priorité. :o
L'art ne peut surgir (peut-être) que quand l'incontournable alimentaire a été satisfait.
Personne ne vit de l'air du temps, et rares sont les auteurs qui disposent d'une fortune personnelle, qui leur permettrait de ne faire que ce qu'ils ont envie.

Les éditeurs cherchent à éditer ce qui se vend (ou plutôt ce qu'ils croient qui va se vendre). Les rares qui 'font de l'art' vivotent, et beaucoup finissent pas couler s'ils persistent.
La plupart, cyniquement, inondent le marché, en espérant que dans la masse se produira un succès. Succès relatif, car il est noyé dans la masse, et les tirages sont plus faibles que par le passé. Ce succès relatif permet toutefois de payer les invendus d'autres auteurs, et de continuer...

Côté auteurs, ils sont pris à la gorge, obligé d'accepter des contrats peu avantageux pour être édités, avec une rémunération moindre que par le passé.

C'est le serpent qui se mord la queue. Par avidité, les éditeurs ont surproduit, réduisant la visibilité de chaque auteur ; et maintenant, ils sont coincés : s'il réduisent leur production, ils réduisent du même coup leur visibilité...

Les éditeurs ont scié la branche sur laquelle ils étaient assis ; et comme d'habitude, ce sont les réalisateurs qui en pâtissent le plus (ici les auteurs).
Jean-Louis
Guide Spirituel
Guide Spirituel
 
Messages: 6418
Inscription: Mer 27 Aoû 2003, 02:00

Re: Les auteurs de BD s'appauvrissent

Messagepar Tovenaar » Mer 08 Aoû 2018, 00:47

daisy a écrit:Un sujet d'actualité, il est vraiment terrible que des auteurs qu'ils soient scénaristes ou illustrateurs ou dans d'autres domaines n'arrivent plus à vivre...
Il y a tellement de productions aujourd'hui et Pat pourras me reprendre si je me trompe, son travail superbe avec les différentes casquettes sa connaissance du milieu éditorial ne peux que nous aiguiller... .Soleil est sans doute un des spécialistes en matière de tirage, comment un scénariste très connu peut-il sortir parfois une dizaine d'albums par an, ce n'est pas possible tout en pâtit, scenaris tournant en boucle des illustrateurs prit à la gorge, la BD va mal pour leur auteurs mais pas pour les éditeurs.
Bref j'en arrive presque à penser que les auteurs ne font que de l'alimentaire et que l'art n'est plus la priorité.
Nous avons la chance d'avoir des auteurs édités par de grands noms il serait intéressant d'avoir leur avis, cela vaut aussi pour les traducteurs :wink:

Les dessinateurs et scénaristes de RC et PF n'arrivaient pas à vivre non plus.
La production était gigantesque aussi et de nombreux scénarios étaient recyclés.
Des dessinateurs finissaient par faire du travail bâclé car ils devaient produire au moins une planche par jour.
Il y a eu des exceptions, mais elles sont rares.

Pourtant ces artistes apportaient beaucoup de joie et de bonheur à leurs lecteurs.
Et puis, ces "illustrés" n'étaient pas chers et ils étaient bien visibles dans les kiosques.

Maintenant, les "illustrés" sont cartonnés, très chers, visibles dans les grandes surfaces et les librairies qui subsistent.
Tout et n'importe quoi est maintenant édité en cartonnés et en e-books !

Raoul Giordan, par exemple, pouvait vivre correctement car sa femme était coiffeuse, c'est elle qui apportait de l'argent au ménage.
Autre exemple, Robert Hugues qui avait repris Tim l'Audace a fini par produire des BD érotiques plus rentables sous le pseudo de Mancini.

Quant au statut d'écrivain de littérature populaire, revoyez le film "Le Magnifique" avec Jean-Paul Belmondo. :wink:

Le Magnifique_4.jpg
Image La couche du moche
Avatar de l’utilisateur
Tovenaar
Maître Jedi
Maître Jedi
 
Messages: 26322
Inscription: Mar 11 Avr 2006, 03:34
Localisation: de Vlieg op Maas

Re: Les auteurs de BD s'appauvrissent

Messagepar Database » Mer 08 Aoû 2018, 10:40

daisy a écrit:Un sujet d'actualité, il est vraiment terrible que des auteurs qu'ils soient scénaristes ou illustrateurs ou dans d'autres domaines n'arrivent plus à vivre...
Il y a tellement de productions aujourd'hui et Pat pourras me reprendre si je me trompe, son travail superbe avec les différentes casquettes sa connaissance du milieu éditorial ne peux que nous aiguiller... .Soleil est sans doute un des spécialistes en matière de tirage, comment un scénariste très connu peut-il sortir parfois une dizaine d'albums par an, ce n'est pas possible tout en pâtit, scenaris tournant en boucle des illustrateurs prit à la gorge, la BD va mal pour leur auteurs mais pas pour les éditeurs.
Bref j'en arrive presque à penser que les auteurs ne font que de l'alimentaire et que l'art n'est plus la priorité.
Nous avons la chance d'avoir des auteurs édités par de grands noms il serait intéressant d'avoir leur avis, cela vaut aussi pour les traducteurs :wink:


On accuse souvent les éditeurs. Il y a d'autres pistes :
- Les bibliothèques
On nous oblige à payer des impôts. Avec une partie de notre argent, on construit des bibliothèques, on paye des bibliothécaires et on achète des livres (peu) que l'on met à disposition gratuitement. Si une moyenne de 5 personnes vont successivement emprunter le livre, il y aura eu 5 lectures pour 1 achat. Une partie importante de l'argent investi n'ira à aucun acteur du livre. Si l'auteur est rémunéré au nombre d'exemplaires, il touchera 5 fois moins. L'argent investi dans les murs et les métiers n'ira ni aux auteurs ni aux éditeurs, mais à des étrangers au livre.
Est-ce normal ?
- La loi Lang oblige les vendeurs à ne pas dépasser 5% de réduction (avec des conditions). Est-ce bon ou mauvais ?
- Les grandes surfaces alimentaires ont été autorisées à vendre du livre. Est-ce bon ou mauvais ?
- Des Associations collectent des livres en mode débarras et les donnent gratuitement. Cela ne crée pas d'emploi car c'est fait par des bénévoles. A côté du Marché au livre Brassens, l'été, dans le Parc mitoyen, une Association réduit le CA déjà pauvre des libraires en proposant des livres à l'échange. Cet Association n'a rien à voir avec le Marché lui-même. Est-ce normal ?
- Si ce n'est pas le cas des scénarios, le beau dessin de BD relève de l'Art. L'Art n'a quasiment jamais été rentable, sauf pour quelques-uns, et encore, pas toujours de leur vivant ! Ceux qui choisissent le métier de dessinateur (que j'aime beaucoup par ailleurs) doivent apprécier la dimension économique de leur choix. Bien gagner sa vie en ne faisant que des choses que l'on aime est assez rare. Il faut le savoir.
- L'Art a longtemps vécu grâce à des mécènes. Où sont-ils aujourd'hui ?
- Le dessinateur qui réalise une page par semaine devrait toucher un an de salaire pour une BD de 44/46 pages. Les aspects financiers du métier ne sont pas forcément très complexes. Ceci devrait faire partie de la formation. Est-ce le cas ?
- Certains pays comme les US, et certaines productions françaises se sont organisés pour accélérer les publications, et répondre au public toujours plus pressé. Du coup, l'artiste y perd son âme. Peut-on faire autrement ?

Et je suis probablement loin d'avoir fait le tour du sujet ...

Quelle est l'importance relative de ces différents domaines ? Les artistes peuvent-ils redescendre sur Terre pour en parler ? (je galèje ... :lol: ).
Avatar de l’utilisateur
Database
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
 
Messages: 1388
Inscription: Jeu 27 Oct 2016, 01:45

Re: Les auteurs de BD s'appauvrissent

Messagepar nano » Mer 08 Aoû 2018, 12:44

Que voilà de belles perspectives de discussions. :faim:
J'ajouterai une autre question. Que touche les auteurs sur tous les achats d'occasion que nous faisons ici et ailleurs? Vous n'avez pas honte.

PS: Je ne suis pas auteur et moi aussi je m'appauvris sous les prélèvements comme les auteurs.
Alors soutenez moi...
#pognonoutégmailaucul
La petite fiente universelle!!!!!!!!!!
Avatar de l’utilisateur
nano
Demi-Dieu
Demi-Dieu
 
Messages: 9501
Inscription: Jeu 02 Avr 2015, 16:10

Re: Les auteurs de BD s'appauvrissent

Messagepar daisy » Mer 08 Aoû 2018, 13:08

" Database": On accuse souvent les éditeurs. Il y a d'autres pistes :
- Les bibliothèques
On nous oblige à payer des impôts. Avec une partie de notre argent, on construit des bibliothèques, on paye des bibliothécaires et on achète des livres (peu) que l'on met à disposition gratuitement. Si une moyenne de 5 personnes vont successivement emprunter le livre, il y aura eu 5 lectures pour 1 achat. Une partie importante de l'argent investi n'ira à aucun acteur du livre. Si l'auteur est rémunéré au nombre d'exemplaires, il touchera 5 fois moins. L'argent investi dans les murs et les métiers n'ira ni aux auteurs ni aux éditeurs, mais à des étrangers au livre.

Bon ben euhhh je suis bien placé pour entamer une discussion sur ce sujet :sifl:
Nos missions:
"La charte du droit fondamental des citoyens à accéder à l'information et aux savoirs par les bibliothèques (Juin 2015) publiée par l' Association des bibliothécaire français
La charte a pour principal objectif d’affirmer le rôle essentiel et stratégique des bibliothèques dans les dispositifs des politiques publiques favorisant l’exercice des droits fondamentaux du citoyen à s’informer, apprendre, partager et inventer ses usages. Il s’agit aussi d’encourager et de valoriser auprès des publics, des professionnels et des tutelles ces lieux publics d’accès à la culture, à la formation et leurs actions en faveur du partage des savoirs et savoir-faire."
Notre rémunération :
Cadre de fonctionnaires souvent payés au lance-pierre.... sans commentaires particuliers sur ce sujet il suffit de se pencher sur la grille indiciaire des professionnels des bibliothèques.

"Nano" :Que voilà de belles perspectives de discussions. :faim:
Yeppppp y'avait longtemps :love1: enfin du fonds :lol6:
Par Saint Frusquin ! voilà de joyeuses Funérailles...
Liste de recherches viewtopic.php?f=3&t=27953&p=995659#p995659
Liste de séries finies : viewtopic.php?f=137&t=8276&p=954237#p954237
Ma collection sur "La Conquête Spatiale" : http://www.forum-conquete-spatiale.fr/t ... n-de-daisy
Avatar de l’utilisateur
daisy
Grand Maître
Grand Maître
 
Messages: 5301
Inscription: Jeu 21 Mar 2013, 14:11

Re: Les auteurs de BD s'appauvrissent

Messagepar Jean-Louis » Mer 08 Aoû 2018, 13:39

Effectivement, il faut supprimer les bibliothèques, comme ça, les jeunes et les gens qui n'ont pas les moyens ne risquent pas de prendre goût à la lecture, et d'acheter par la suite des livres, quand leurs moyens leur permettent.

Sérieusement, les bibliothèques ne sont pas en concurrence, mais en complément des libraires.

Quelqu'un qui recherche les dernières nouveautés ne va pas les trouver en bibliothèque, mais en librairie.
Quand bien même une bibliothèque aurait les derniers best-sellers (est-ce qu'il n'y a pas un délai entre la parution et l'éventuelle disponibilité en bibliothèque ? Daisy pourrait sans doute nous éclairer sur la question) , une fois que l'exemplaire est prêté, les autres amateurs sont obligés d'attendre son retour en prêt. Les impatients vont l'acheter en librairie...

Par ailleurs, la rotation est telle en librairie (ceci ajouté à la tendance des éditeurs à conserver un stock minimum) qu'il n'est souvent plus possible de trouver un livre vieux de 2 ou 3 ans, il est épuisé. Il ne reste plus qu'à se tourner vers les bibliothèques.
Jean-Louis
Guide Spirituel
Guide Spirituel
 
Messages: 6418
Inscription: Mer 27 Aoû 2003, 02:00

Re: Les auteurs de BD s'appauvrissent

Messagepar daisy » Mer 08 Aoû 2018, 14:56

Sur la question des "News", n'importe quelle médiathèque aujourd'hui est au taquet au niveau des sorties sur les imprimés, que ce soit des romans ou des bds, aucun délai de mise à disposition n'est obligatoire (pour ma part je fais des commandes de bds mensuelles entre 25 et 30 titres , ils sont mis en rayon après traitement +- 2 jours, le délai se situe surtout au niveau du fournisseur +- 3 semaines suivant la librairie). Aujourd'hui les usagers ne veulent qu'une seule chose des nouveautés encore des nouveautés et toujours des nouveautés....
Seul le support numérique (dvd essentiellement a une mise à dispo légale décalée).
Voilà, voiloù :wink:
Par Saint Frusquin ! voilà de joyeuses Funérailles...
Liste de recherches viewtopic.php?f=3&t=27953&p=995659#p995659
Liste de séries finies : viewtopic.php?f=137&t=8276&p=954237#p954237
Ma collection sur "La Conquête Spatiale" : http://www.forum-conquete-spatiale.fr/t ... n-de-daisy
Avatar de l’utilisateur
daisy
Grand Maître
Grand Maître
 
Messages: 5301
Inscription: Jeu 21 Mar 2013, 14:11

Re: Les auteurs de BD s'appauvrissent

Messagepar Database » Mer 08 Aoû 2018, 22:27

daisy a écrit:
Database a écrit:: On accuse souvent les éditeurs. Il y a d'autres pistes :
- Les bibliothèques
On nous oblige à payer des impôts. Avec une partie de notre argent, on construit des bibliothèques, on paye des bibliothécaires et on achète des livres (peu) que l'on met à disposition gratuitement. Si une moyenne de 5 personnes vont successivement emprunter le livre, il y aura eu 5 lectures pour 1 achat. Une partie importante de l'argent investi n'ira à aucun acteur du livre. Si l'auteur est rémunéré au nombre d'exemplaires, il touchera 5 fois moins. L'argent investi dans les murs et les métiers n'ira ni aux auteurs ni aux éditeurs, mais à des étrangers au livre.:



Bon ben euhhh je suis bien placé pour entamer une discussion sur ce sujet :sifl:
Nos missions:
"La charte du droit fondamental des citoyens à accéder à l'information et aux savoirs par les bibliothèques (Juin 2015) publiée par l' Association des bibliothécaire français
La charte a pour principal objectif d’affirmer le rôle essentiel et stratégique des bibliothèques dans les dispositifs des politiques publiques favorisant l’exercice des droits fondamentaux du citoyen à s’informer, apprendre, partager et inventer ses usages. Il s’agit aussi d’encourager et de valoriser auprès des publics, des professionnels et des tutelles ces lieux publics d’accès à la culture, à la formation et leurs actions en faveur du partage des savoirs et savoir-faire."


Donc on classe les livres en deux :
- Educatifs (propos unique du livre)
- Loisirs (on en apprend toujours quelque chose, mais ce n'est pas le seul propos)
Et on interdit la 2e catégorie aux Bibliothèques ...

Entendons-nous bien, il s'agit ici d'une discussion , pas d'une guerre contre les bibliothèques. Les arguments économiques que j'ai donné sont presque imparables, mais sur ce seul plan.
Le reste pourrait aussi être repensé et réorganisé ... On en reparlera sûrement.
Avatar de l’utilisateur
Database
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
 
Messages: 1388
Inscription: Jeu 27 Oct 2016, 01:45

Re: Les auteurs de BD s'appauvrissent

Messagepar Tovenaar » Mer 08 Aoû 2018, 22:33

Database a écrit: Donc on classe les livres en deux :
- Educatifs (propos unique du livre)
- Loisirs (on en apprend toujours quelque chose, mais ce n'est pas le seul propos)
Et on interdit la 2e catégorie aux Bibliothèques ...


Des BD comme Persépolis ou l'Arabe du futur risquent d'être classées dans la catégorie "livres éducatifs" à cause du côté "édifiant" de leur scénario sur lequel les médias et les "spécialistes" insistent à tout bout de champ.
Et un foutage de gueule comme Tu n'as rien à craindre de moi de Joann Sfar sera considéré comme une "œuvre d'art" et sera imposé dans les bibliothèques.
Image La couche du moche
Avatar de l’utilisateur
Tovenaar
Maître Jedi
Maître Jedi
 
Messages: 26322
Inscription: Mar 11 Avr 2006, 03:34
Localisation: de Vlieg op Maas

Re: Les auteurs de BD s'appauvrissent

Messagepar Database » Mer 08 Aoû 2018, 22:47

Jean-Louis a écrit:Effectivement, il faut supprimer les bibliothèques, comme ça, les jeunes et les gens qui n'ont pas les moyens ne risquent pas de prendre goût à la lecture, et d'acheter par la suite des livres, quand leurs moyens leur permettent.
Sérieusement, les bibliothèques ne sont pas en concurrence, mais en complément des libraires..


Quel est le profil des gens qui vont chercher des livres dans les bibliothèques ? Sont-ils vraiment jeunes ou pauvres ?
Franchement, un poche à 20ct sur le Boul'mich, c'est à la portée de tout le monde.
Sérieusement, les bibliothèques font concurrence aux librairies (pas de restriction a dit Daisy) de neuf et aussi aux librairies d'ancien. C'est économiquement évident. (Mais elles ne sont pas les seules).
En plus, il s'agit ENCORE d'un transfert du monde du commerce vers l'administration. Une sorte de socialisation de la Société. Or on sait depuis longtemps que l'Etat est un mauvais gestionnaire qui consomme souvent les impôts mal. Donc si on prend moins d'argent aux pauvres et aux parents des jeunes via l'impôt, il en restera plus pour les livres (et même relativement BEAUCOUP plus, puisque rien ne sera plus détourné).
Enfin, on peut distribuer aux jeunes et aux pauvres des chèques-livres, on peut faire une SS de la culture qui rembourserait certains livres etc ...
Il y aurait donc eu bien d'autres moyens que les bibliothèques. La Presse, par exemple est aussi un moyen de distribuer la culture ou l'information, aidé par l'état ...


Jean-Louis a écrit:Quelqu'un qui recherche les dernières nouveautés ne va pas les trouver en bibliothèque, mais en librairie.
..

Donc ça, Daisy l'a dit, c'est une fausse idée.

Jean-Louis a écrit:Quand bien même une bibliothèque aurait les derniers best-sellers (est-ce qu'il n'y a pas un délai entre la parution et l'éventuelle disponibilité en bibliothèque ? Daisy pourrait sans doute nous éclairer sur la question) , une fois que l'exemplaire est prêté, les autres amateurs sont obligés d'attendre son retour en prêt. Les impatients vont l'acheter en librairie...
..

Non, non, ils prennent un autre livre ... qui est disponible. J'ai regardé les gens faire.

Jean-Louis a écrit:Par ailleurs, la rotation est telle en librairie (ceci ajouté à la tendance des éditeurs à conserver un stock minimum) qu'il n'est souvent plus possible de trouver un livre vieux de 2 ou 3 ans, il est épuisé. Il ne reste plus qu'à se tourner vers les bibliothèques.

Non non, tu oublies le réseau des librairies d'occasion. D'ailleurs puisque la TVA sur le livre est basse, ne pourrait-on pas l'orienter vers une certaine rétribution des auteurs, même sur le Livre d'occasion ?
Avatar de l’utilisateur
Database
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
 
Messages: 1388
Inscription: Jeu 27 Oct 2016, 01:45

Re: Les auteurs de BD s'appauvrissent

Messagepar Database » Mer 08 Aoû 2018, 23:03

Tovenaar a écrit:
Database a écrit: Donc on classe les livres en deux :
- Educatifs (propos unique du livre)
- Loisirs (on en apprend toujours quelque chose, mais ce n'est pas le seul propos)
Et on interdit la 2e catégorie aux Bibliothèques ...


Des BD comme Persépolis ou l'Arabe du futur risquent d'être classées dans la catégorie "livres éducatifs" à cause du côté "édifiant" de leur scénario sur lequel les médias et les "spécialistes" insistent à tout bout de champ.
Et un foutage de gueule comme Tu n'as rien à craindre de moi de Joann Sfar sera considéré comme une "œuvre d'art" et sera imposé dans les bibliothèques.


A développer quelques cas particuliers, le propos général disparait assez vite. Les témoignages romancés ne sont pas uniquement de l'éducatif. Les œuvres d'imagination non plus (donc la majorité de l'Art).
Ceci dit, tu m'éveilles un point. C'est le côté Big Brother des bibliothèques. On ne peut y choisir que les livres qui ont été sélectionnés par une personne qui dépend d'une Collectivité Territoriale. Il peut y avoir des orientations prosélytes. Le système a donc des aspects dangereux pour la liberté d'esprit.

Supposons que Daisy nous dise :
"Oh non, je n'ai pas acheté ce livre, il ne me plait pas !"
Comment réagirais-tu ?

(Daisy, je n'ai rien contre toi :mdr: )
Avatar de l’utilisateur
Database
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
 
Messages: 1388
Inscription: Jeu 27 Oct 2016, 01:45

Re: Les auteurs de BD s'appauvrissent

Messagepar daisy » Jeu 09 Aoû 2018, 09:13

"Database" Quel est le profil des gens qui vont chercher des livres dans les bibliothèques ? Sont-ils vraiment jeunes ou pauvres ?
Franchement, un poche à 20ct sur le Boul'mich, c'est à la portée de tout le monde.
Sérieusement, les bibliothèques font concurrence aux librairies (pas de restriction a dit Daisy) de neuf et aussi aux librairies d'ancien. C'est économiquement évident. (Mais elles ne sont pas les seules).
En plus, il s'agit ENCORE d'un transfert du monde du commerce vers l'administration. Une sorte de socialisation de la Société. Or on sait depuis longtemps que l'Etat est un mauvais gestionnaire qui consomme souvent les impôts mal. Donc si on prend moins d'argent aux pauvres et aux parents des jeunes via l'impôt, il en restera plus pour les livres (et même relativement BEAUCOUP plus, puisque rien ne sera plus détourné).
Enfin, on peut distribuer aux jeunes et aux pauvres des chèques-livres, on peut faire une SS de la culture qui rembourserait certains livres etc ...
Il y aurait donc eu bien d'autres moyens que les bibliothèques. La Presse, par exemple est aussi un moyen de distribuer la culture ou l'information, aidé par l'état ...

Bon ...
1- Le profil des usagers : nous touchons la catégorie des enfants de 6 mois jusqu'à 13-14 ans, plus difficile après (autres problématiques qu'ont les ados), puis ils reviennent lorsqu'ils sont eux même parents +-25 ans, une certaine partie de la population (30 -60 ans) très avide de nouveautés qui en prends pas mal en librairie mais à 20-25 € le bouquin ben ils ne peuvent pas tout acheter..., une partie non négligeable de personnes âgées qui ne fréquentent les médiathèques que par un besoin de lien social (et oui c'est aussi notre rôle) ....
2- La presse, nous proposons bien évidemment quotidiens et périodiques dans de nombreux domaines ...

"Database" Ceci dit, tu m'éveilles un point. C'est le côté Big Brother des bibliothèques. On ne peut y choisir que les livres qui ont été sélectionnés par une personne qui dépend d'une Collectivité Territoriale. Il peut y avoir des orientations prosélytes. Le système a donc des aspects dangereux pour la liberté d'esprit.

3- en tant que fonctionnaire nous ne faisons pas de rétention d'ouvrages, contraire à l'éthique de la fonction publique, mais nous essayons de faire une sélection des ouvrages qui sont sensés plaire, pour ma part je me sert de revues pro mais aussi de BDthèque (qui me permets d'avoir une vue large sur la production et les avis d'un lectorat passionné)...

"Database" (Daisy, je n'ai rien contre toi :mdr: )
4- Moi non plus, je suis ouvert à toutes sortes de pratiques pouvant améliorer notre mission de lecture publique :bise:
Par Saint Frusquin ! voilà de joyeuses Funérailles...
Liste de recherches viewtopic.php?f=3&t=27953&p=995659#p995659
Liste de séries finies : viewtopic.php?f=137&t=8276&p=954237#p954237
Ma collection sur "La Conquête Spatiale" : http://www.forum-conquete-spatiale.fr/t ... n-de-daisy
Avatar de l’utilisateur
daisy
Grand Maître
Grand Maître
 
Messages: 5301
Inscription: Jeu 21 Mar 2013, 14:11

Re: Les auteurs de BD s'appauvrissent

Messagepar Database » Jeu 09 Aoû 2018, 11:44

daisy a écrit:Bon ...
1- Le profil des usagers : nous touchons la catégorie des enfants de 6 mois jusqu'à 13-14 ans, plus difficile après (autres problématiques qu'ont les ados), puis ils reviennent lorsqu'ils sont eux même parents +-25 ans, une certaine partie de la population (30 -60 ans) très avide de nouveautés qui en prends pas mal en librairie mais à 20-25 € le bouquin ben ils ne peuvent pas tout acheter..., une partie non négligeable de personnes âgées qui ne fréquentent les médiathèques que par un besoin de lien social (et oui c'est aussi notre rôle) ....
2- La presse, nous proposons bien évidemment quotidiens et périodiques dans de nombreux domaines ... :


Merci pour tes précisions éclairantes.

Pour la première catégorie, je ne vois pas bien un bébé de 9 mois venir tout seul choisir un livre ni même intervenir pour son choix. Il se pourrait donc que tes statistiques soient liées au type de livre prêté et non au public qui le choisit. Ta réponse, intéressante, ne répond donc pas directement au sujet levé par Jean-Louis (Les jeunes et les pauvres).

Pour ce qui concerne le lien social, la bibliothèque est un très mauvais endroit. D'abord, souvent le lieu d'exposition fait aussi office de salle de lecture, donc le silence est la règle. Ensuite les gens qui sont là viennent pour choisir des livres, pas pour papoter. Je n'ai jamais entendu des personnes âgées dire "On se retrouve à la bibliothèque". Plus généralement, une médiathèque peut inclure des espaces "relationnels", mais c'est un autre sujet, que l'on peut à nouveau relier au sujet de "Big Brother". Est-ce à l'Etat d'organiser les relations entre les citoyens ?

Enfin, pour la Presse. En première apparence, on sait que la Presse ne propose que le dernier numéro des revues parues. Donc en proposer un peu de plus anciens peut être utile. A nouveau cela fait concurrence aux librairies d'ancien. Par ailleurs, s'il est équipé pour (et c'est de plus en plus le cas), un libraire Presse peut commander un numéro pas trop ancien pour un client. L'argument de "matériel pas disponible" n'est donc pas utilisable.


Database a écrit: Ceci dit, tu m'éveilles un point. C'est le côté Big Brother des bibliothèques. On ne peut y choisir que les livres qui ont été sélectionnés par une personne qui dépend d'une Collectivité Territoriale. Il peut y avoir des orientations prosélytes. Le système a donc des aspects dangereux pour la liberté d'esprit.
daisy a écrit:3- en tant que fonctionnaire nous ne faisons pas de rétention d'ouvrages, contraire à l'éthique de la fonction publique, mais nous essayons de faire une sélection des ouvrages qui sont sensés plaire, pour ma part je me sert de revues pro mais aussi de BDthèque (qui me permets d'avoir une vue large sur la production et les avis d'un lectorat passionné)...


Ton explication confirme ma conclusion. Ton avis est orienté. Mais ce n'est qu'une vision générale, le 'danger' est identique quand on va dans une librairie, le libraire ne proposant que certains livres ... (mais on y peut TOUT commander).

C'est sympathique d'avoir des fonctionnaires (de CT) qui essayent de faire leur travail le plus proprement possible, mais si ce travail est lié à une déviation communisante de la Société, cela ne corrige qu'une partie du problème. Ce dernier étant que ceux qui fabriquent les livres, en majorité, gagnent très mal leur vie. L'Etat français est reconnu comme le plus tentaculaire du monde (ou presque). Cela détourne plein d'argent de la vie économique, et ne 'produit' rien. Les Bibliothèques Publiques, quelques soient les bons sentiments qui ont provoqué leur création, contribuent à cela.
On sait désormais pertinemment qu'il vaut mieux apprendre à quelqu'un à travailler pour se nourrir que de lui donner à manger. Quelqu'un qui a lu et appris sera plus cultivé et grâce à cela trouvera un boulot mieux rémunéré et pourra s'acheter des livres pour continuer à s'instruire. Il reste à s'occuper du début, et ça, c'est le boulot de l'Education Nationale. C'est encore un autre sujet.
On sait aussi que, trop souvent, les bons sentiments mènent à des catastrophes. Nous étions au bord du gouffre, mais nous avons fait un grand pas en avant ! :lol:

Drôle de conclusion, assortie d'une certaine logique, mais bien sûr liée à ma vision libérale du monde. D'autres avis sont sollicités. :wink:

Pour ne pas être entièrement négatif, je proposerais une autre approche.
La fonction des bibliothèques type BNF reste au plan historique.
Les autres bibliothèques ne proposent plus de livres, mais juste des informations sur ceux-ci. Des communiqués de presse, quelques-uns à titre d'exemples, pour tourner quelques pages, voire des extraits. Avec un peu d'argent public, les bibliothèques soutiennent le commerce local du livre, par exemple en donnant des bons d'achat aux plus démunis. On irait donc dans une bibliothèque, soit pour consulter des ouvrages très anciens (par exemple au moins 200 ans) ou pour s'informer, auprès de spécialistes, de ce qui existe. Le côté contact avec des personnes resterait et cela réduirait le côté dépersonnalisation de Google.
On pourrait envisager un "département" plus fourni, mais réservé aux chercheurs. Pour ceux qui ne savent pas, l'accès du grand public dans les collections de la BNF a fait un carnage abominable (les gens partant avec les pages ou fascicules qui les intéressaient).
Ce qui fait tout de même pas mal de choses à revoir ... (avis personnel)
Avatar de l’utilisateur
Database
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
 
Messages: 1388
Inscription: Jeu 27 Oct 2016, 01:45

Re: Les auteurs de BD s'appauvrissent

Messagepar Jean-Louis » Jeu 09 Aoû 2018, 12:09

Comme fréquemment avec un participant, ce sujet part dans tous les sens (je rappelle qu'il est dans ce sujet question de l'appauvrissement des auteurs BD).
Et qu'au lieu d'ouvrir un sujet distinct sur les bibliothèques, on se retrouve avec un hors-sujet.

Ce n'est pas possible de discuter posément dans ces conditions : un aspect de la discussion à peine entamé, c'est déjà parti sur une autre piste... :arfl:
Jean-Louis
Guide Spirituel
Guide Spirituel
 
Messages: 6418
Inscription: Mer 27 Aoû 2003, 02:00

Re: Les auteurs de BD s'appauvrissent

Messagepar daisy » Jeu 09 Aoû 2018, 12:26

Jean-Louis a écrit:Comme fréquemment avec un participant, ce sujet part dans tous les sens (je rappelle qu'il est dans ce sujet question de l'appauvrissement des auteurs BD).
Et qu'au lieu d'ouvrir un sujet distinct sur les bibliothèques, on se retrouve avec un hors-sujet.

Ce n'est pas possible de discuter posément dans ces conditions : un aspect de la discussion à peine entamé, c'est déjà parti sur une autre piste... :arfl:


Tu as tout à fait raison Jean-louis, c'est un peu de ma faute, certains propos m'ayant piqué au vif sur un métier que je pratique avec passion depuis 1988 ...
Je n'interviendrais plus sur ce post :wink:
Par Saint Frusquin ! voilà de joyeuses Funérailles...
Liste de recherches viewtopic.php?f=3&t=27953&p=995659#p995659
Liste de séries finies : viewtopic.php?f=137&t=8276&p=954237#p954237
Ma collection sur "La Conquête Spatiale" : http://www.forum-conquete-spatiale.fr/t ... n-de-daisy
Avatar de l’utilisateur
daisy
Grand Maître
Grand Maître
 
Messages: 5301
Inscription: Jeu 21 Mar 2013, 14:11

Suivante

Retourner vers Le Cercle des PF disparus ? / La BD Populaire en 2018

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités